La recharge sans fil du S8 est agréable, mais pas parfaite

Nicolas Furno |

Pendant un mois, je vais utiliser un Galaxy S8+ à la place de mon iPhone 7 Plus. Vous pouvez suivre mon expérience avec notre nouvelle timeline !

Samsung a enfin remisé l’horrible port micro-USB et ses Galaxy S8 intègrent un port USB-C pour la recharge et la synchronisation. C’est un connecteur bien supérieur, parce qu’il est réversible et nettement plus facile à entrer que son prédécesseur. Si l’on compare les S8 et les S7, c’est un progrès indéniable, mais en tant qu’utilisateur d’iPhone, c’est moins franc.

Samsung Galaxy S8+ avec USB-C en haut, iPhone 7 Plus avec Lightning en bas. Cliquer pour agrandir

Sur le papier, le Lightning et l’USB-C sont largement similaires. Leur format est proche, ils sont tous deux réversibles et on pourrait presque les confondre. À tel point que plusieurs rumeurs évoquaient la possibilité, pour Apple, d’abandonner son connecteur pour rejoindre le standard avec un futur iPhone. Et pourtant, à l’usage, la différence entre les deux est légère, mais bien réelle.

Je ne sais pas si c’est la faute de l’USB-C ou celle de Samsung, mais brancher et débrancher le S8+ nécessite clairement plus d’effort que l’iPhone 7 Plus. Il faut plus de force pour l’insérer et pour le retirer que le connecteur propriétaire d’Apple. Encore une fois, ce n’est pas une différence énorme et on prend vite le pli avec l’USB-C, mais le Lightning est souvent plus agréable au quotidien.

L’autre différence tient dans le choix opposé de ces deux connecteurs. Le Lightning est une fiche qui vient s’insérer dans le téléphone où il n’y a qu’un trou. Avec l’USB-C, le trou est du côté du connecteur à insérer et la fiche est à l’intérieur du téléphone. Cela n’a l’air de rien, mais cela permet au connecteur d’Apple de « glisser » beaucoup plus facilement en place. Ses bords sont arrondis et il vient trouver sa place plus facilement, là où il faut viser plus précisément avec le S8. Là encore, ce n’est pas une grosse différence, mais dans le noir par exemple, j’ai encore souvent du mal à brancher le téléphone de Samsung.

Lightning au-dessus, USB-C en dessous. Cliquer pour agrandir

L’un des intérêts du S8 toutefois, c’est qu’il ne se limite pas aux câbles pour recharger sa batterie. Le téléphone est compatible avec le standard de recharge sans fil Qi, ce qui fait que vous pouvez remplir sa batterie avec n’importe quel chargeur dans cette norme. N’en ayant pas sous la main, nous avons décidé de tester le chargeur induction officiel de Samsung.

Affiché à 80 € mais vendu actuellement 60 €, c’est un produit premium recouvert de faux cuir et équipé d’un mécanisme étonnamment complexe pour permettre de recharger un téléphone à l’horizontale ou à la verticale. Passons sur son emballage en plastique transparent assez cheap, à ce prix, Samsung ne fournit ni câble, ni chargeur ! J’étais le premier à me moquer du prix de la station de recharge conçue par Apple pour sa montre, mais le câble était au moins fourni à ce prix.

Le S8 sur le socle de recharge. Quand le téléphone est bien positionné et que la charge commence, une LED s’allume et l’écran signale la recharge par induction avec une animation au centre de l’écran. Cliquer pour agrandir

Cette petite mesquinerie oblige à ajouter un câble et un chargeur USB à l’ensemble, ou bien reprendre ceux qui sont livrés avec le S8. Ce dernier est compatible avec la recharge rapide promise par Samsung en induction et qui doit permettre d’utiliser son téléphone pendant plusieurs heures avec quelques minutes de recharge seulement.

Je n’ai pas testé les deux méthodes de manière scientifique, mais ceux qui l’ont fait ont noté des temps de recharge malgré tout plus lents en induction, par rapport au câble branché directement dans le téléphone. À dire vrai, cette recharge rapide ne m’intéressait pas, puisque je voulais tester l’induction sur ma table de chevet, pendant toute la nuit.

Commençons avec la bonne nouvelle. Recharger le S8 avec la station de recharge sans fil est plus simple et plus agréable au quotidien qu’avec le câble. Il suffit de le poser à peu près sur la station et la recharge commence dans la foulée. J’aurais aimé plus de souplesse encore (impossible de poser le téléphone sur l’écran, et à plat, il est assez facile de placer le téléphone hors de la zone de recharge), mais c’est plaisant à l’usage de le poser sans trop s’en soucier.

Malheureusement, la station de recharge de Samsung n’a pas du tout été prévue pour un usage de nuit, sur une table de nuit. Pour commencer, elle intègre une LED toujours allumée et qui éclaire généreusement la pièce dans le noir. Ceux qui aiment les veilleuses seront heureux de voir ainsi la pièce bien éclairée. Les autres chercheront à masquer la LED, par exemple avec une chaussette, ce qui est loin d’être optimal (j’ai testé pour vous).

Le deuxième problème dans ce cadre, c’est que la station de recharge intègre un ventilateur. Oui, vous avez bien lu, il y a un ventilateur qui est chargé, non pas de refroidir le téléphone, mais le chargeur lui-même. Et il n’est pas là pour faire de la figuration, il s’active dès que vous posez le téléphone et il ne s’arrête qu’une fois la batterie à 100 %. En pleine journée dans un bureau, on ne l’entend pas, mais en pleine nuit, il fait un bruit pas possible… tout ça pour une recharge ! 🤔

Pour offrir une recharge rapide, Samsung a été contraint d’intégrer un ventilateur dans la base de recharge. Je n’aurais pas fait ce choix, si cela ne tenait qu’à moi… Cliquer pour agrandir

Après cet essai infructueux, j’ai ramené le chargeur à la rédaction et dans ce contexte, il est bien plus utile et agréable. J’ai positionné l’appareil pour que le téléphone soit tenu à la verticale et il agit ainsi comme une station d’accueil, ce qui est assez pratique. C’est un confort indéniable, mais je ne suis toujours pas convaincu que le tarif demandé soit justifié.

Le faux cuir est aussi facile à salir que difficile à nettoyer, si bien qu’il perd vite de sa superbe. Samsung a créé un objet plutôt joli, mais après à peine deux semaines d’utilisation, il est déjà bien sale. Bref, même si la recharge sans fil vous intéresse, je recommanderais plutôt un autre modèle. Anker commercialise un modèle compatible avec la recharge rapide, il dispose d’un interrupteur pour éteindre sa LED et il n’intègre pas de ventilateur, le tout pour une trentaine d’euros, mais sans chargeur, ni câble là aussi (via).

Je n’ai pas vraiment eu l’impression de recevoir un produit à 70 €… Cliquer pour agrandir

De manière plus générale, la recharge sans fil est une bonne idée, mais elle n’est pas sans défaut. On n’y pense pas nécessairement, mais elle ne permet pas d’utiliser le téléphone pendant la recharge. L’induction est une technologie qui nécessite un contact très proche, à tel point que parler de sans fil est presque un abus de langage. On est plus proche d’un connecteur aimanté que d’une recharge vraiment sans fil, où l’on pourrait prendre le téléphone et bouger avec.

Quelques rumeurs ont évoqué cette option pour le futur iPhone, mais les derniers bruits de couloir évoquent plutôt une recharge par induction comme le fait Samsung. Si c’est le cas, ce sera un ajout appréciable, mais pas autant que la véritable recharge sans fil, qui permettrait d’utiliser le téléphone pendant la charge. C’est peut-être encore de la science-fiction, mais ce sera, à mon avis, la vraie nouveauté significative.