La fragmentation d’Android, de l’histoire ancienne ?

Anthony Nelzin-Santos |

La sempiternelle question de la fragmentation va-t-elle devenir un nouveau sophisme, une reductio ad fragmentum dont Apple use et abuse ? Si l’on en croit les quelques données publiées par Google et le ressenti des développeurs, c’est peut-être déjà le cas.

L'illustration classique de la fragmentation des formats d'appareils Android. Image OpenSignal, 2013.
L'illustration classique de la fragmentation des formats d'appareils Android. Image OpenSignal, 2013.

Fragmentation : « ce mot veut tout dire, ce mot ne veut rien dire », s’énervait Dan Morrill… en 2010 déjà. Malgré les dénégations de l’ingénieur travaillant sur Android, la fragmentation n’était à l’époque pas « un mythe » : il s’agissait d’un véritable problème de compatibilité des APIs et de format des appareils Android.

Mais depuis, Google a ralenti le rythme de développement d’Android, et il n’y a plus grand monde pour fabriquer des smartphones à clavier physique ou écrans carrés. De fait, ramener Android à la fragmentation est aujourd’hui aussi pertinent que de disqualifier Microsoft parce qu’elle a commis Internet Explorer 6.

Même parmi les développeurs iOS, on admet volontiers que Google a corrigé le tir. De ce point de vue, l’expérience de Russell Ivanovic, dont le podcatcher Pocket Casts est une référence aussi bien sur iPhone que sur Nexus 5, est instructive. Son application iPhone est déclinée en deux formats : un pour les écrans 3,5 pouces, un pour les écrans 4 pouces. Les ressources pour les écrans 3,5 pouces doivent être exportées dans deux définitions (non-Retina/Retina), mais cela ne change rien au travail général.

La situation est aujourd’hui très similaire côté Android : pour couvrir les dix appareils les plus populaires chez ses clients, et la plupart des autres, il lui suffit de prendre en compte trois formats. Le format 16:9 est devenu un standard de l’industrie du smartphone dont peu d’appareils s’écartent, à l’exception notable du Nexus 4 (légèrement plus haut) et du Galaxy Note (légèrement plus large).

Les formats d'écran auxquels sont réellement confrontés la plupart des développeurs Android. Image Russell Ivanovic.
Les formats d'écran auxquels sont réellement confrontés la plupart des développeurs Android. Image Russell Ivanovic.

Les choses sont différentes sur tablettes, où les interfaces sont conçues moins selon des formats (16:9, 4:3…) que selon des tailles (7 pouces, 10 pouces…). Mais le fait est que la fragmentation est un problème moins pressant qu’il ne l’était — d’autant moins que la compatibilité des APIs n’est aujourd’hui plus liée à la version du système. Apple s’amuse qu’Android 4.1 soit la version la plus utilisée quand Android 4.4 est sorti et Android 5.0 a été présenté ?

Google lui répond en affirmant que 93 % des utilisateurs d’Android utilisent la dernière version des Google Play Services, qui est devenue la brique logicielle la plus importante du système. Sous le contrôle strict de Google, les applications embarquées et les APIs sont mises à jour toutes les six semaines, indépendamment d’Android, des fabricants et des opérateurs. Android y a sans doute perdu en ouverture, mais il y a gagné en cohérence.


avatar Ast2001 | 

Il faut qu'Apple arrête de comparer des % de déploiement de mises à jour entre iOS et Android car c'est comme comparer des pommes et des oranges. Cela n'a rien à voir. De part la nature d'iOS et Android, une mise à jour système correspond à deux choses très différentes. Et dans une certaine mesure, on peut même dire qu'il y a plus d'appareils Android dans la dernière version du système que d'iPhones...

avatar joneskind | 

@Ast2001

"Et dans une certaine mesure, on peut même dire qu'il y a plus d'appareils Android dans la dernière version du système que d'iPhones..."

Compte tenu du volume de téléphones en circulation tu veux dire ?

Puisqu'il est question des développeurs (l'article fait l'impasse sur les nombreuses optimisations logicielles des derniers Android, plutôt destinées aux clients) permet moi d'ajouter qu'un client iOS rapporte 5 fois plus qu'un client Android, donc ça compense un peu.

PS: ça tombe bien que tu sois le premier à commenter. J'ai toujours pas eu droit aux MaJ de sécurité sur le Xperia. Une solution ?

PPS: Et avant que Phantoom ne vienne me chier une pendule parce que je parle d'un téléphone Android pas à jour - Oui, c'est un téléphone à 100€, et c'est pas le sujet.

avatar Ast2001 | 

Non, je ne parlais, bien d'un % global par rapport au parc :-)

Pour la mise à jour de ton smartphone, j'avais un peu regardé l'autre jour et visiblement, Sony a arrêté. Je trouve lamentable cette politique surtout face à une faille de sécurité. Surtout que j'ai plus ou moins l'impression que ton modèle est le seul que Sony ne semble plus mettre à jour :-( Politique de merde.

Maintenant, avec Play Service 5, Google indique pouvoir patcher les failles de sécurité indépendamment de la politique du constructeur. Savoir si cela concerne ton téléphone (ou uniquement les nouveaux smartphones), franchement je n'en sais rien.

avatar joneskind | 

@Ast2001

"Non, je ne parlais, bien d'un % global par rapport au parc :-)"

Alors là je ne suis vraiment pas du tout d'accord avec toi. Si tu regardes le pourcentage de iBidules sous iOS7 par rapport au pourcentage de aBidule sous KitKat, on en est très très loin. À moins que tu ne considère Android 4.x comme le "dernier" Android - ce qui n'aurait aucun sens vu les différences considérables qui existe entre ses différentes versions - et auquel cas tu risque fort de déchanter à la sortie d'Android 5 (qui change bizarrement de numéro alors que le noyau lui ne change pas)

Du coup j'aimerais bien que tu m'expliques ce que tu entends par "dernier Android"

avatar iguanodon | 

@joneskind
Fait gaffe ! Tu vas finir comme ce78 et son écran thunderbolt avec la mise a jour de ton xperia ;-)

avatar joneskind | 

@iguanodon

^_^

Pas grave, il me fait rire ce78.

Et à priori, c'est bien la dernière fois que j'en parle puisqu'il semble que la version 5 des Google Play Service ne soient pas suffisants pour protéger ce téléphone.

Du coup je vais plutôt acheter un iPhone 4S d'occasion, mais là les prix sont différents (contrairement à ce que Phantoom avait l'air de dire, on est plutôt dans les 250€ en moyenne pour un téléphone en bon état, ce qui reste plus que correct pour un téléphone qui va sur ses 3 ans)

avatar macouillelafripouille | 

Tu oublies de dire que le fait que les android n'aient pas droit aux mise à jour font que les gens changent de smartphone plus rapidement. C'est une forme d'obsolescence. Je connais des gens qui ont encore un iphone 3GS ou 4 et qui l'utilisent beaucoup.
Android en dessous de la 4 est inutilisable, une sorte d'accident industriel.

avatar trollol0l | 

Pourtant ya encore des gens qui utilisent des smartphones android en 2.3.x, et qui peuvent même installer les appli dispo sur le market, sans que ça es dérangent plus que ça.

avatar ddrmysti | 

C'est clair qu'il est totalement stupide de comparer deux système d'opération similaires tournant tous les deux sur le même type d’appareils...

La news me rappel une news il y a quelque temps, où google affirmait que les chromebook preçaient en entreprise en prennant un unique exemple d'une boite qui faisait l'expérience de remplacer une partie de son parc de mac pour des chromebook. C'est toujours très facile de prendre un exemple unique qui nous met en valeur et tenter de faire passer ça pour une généralité...

avatar JLG47 | 

S'il n'y avait que les formats et les définissons d'écrans, le problème serait assez simple, quoique lourd à gérer, mais si l'on ajoute les multiples configurations matérielles et les versions systèmes personnalisées par les fabriquants, nous sommes proche de la mission impossible. Et pourtant, cela fonctionne. A quel prix pour les développeurs?
Toute la différence entre un système propriétaire et un qui prétend à l'universalité.

avatar qj | 

Une différence majeure, sur Android on peut développer sans trop se préoccuper du format, les vues sont générées à peu près correctement, un peu comme avec un navigateur web.

Par contre c'est très difficile à faire sur iOS. Il semble que cela soit en train de changer cela dit. Mais Android a pas mal d'avance sur ce point.

avatar Domsware | 

@qj :
Tu te trompes complètement pour iOS : AutoLayout permet d'automatiser cela d'une manière très simple et très rapide.
Et ce depuis iOS 6 et grandement amélioré avec iOS 7.

avatar qj | 

C'est pour ça que j'ai précisé que c'était en train de changer.
Comme c'était trop contraignant j'ai arrêté le dev iOS. Du coup je n'ai pas encore regardé AutoLayout.
Android a eu la bonne idée d'introduire tout ça dès le départ.

avatar Mithrandir | 

Il n'y a pas que les versions Android, il y a aussi les milliers de modèles de smartphones qui fonctionnent différemment, sachant que les APIs de google sont loin d'être précises dès qu'on s'approche du matériel.

avatar Mithrandir | 

Sachant sur la gestion des formats sur Android est loin d'être aussi simple que ça, et que si c'est pour avoir la même chose qu'un smartphone sur une tablette, c'est pas la peine...

avatar Teenage | 

Attention, Microsfot est toujours en phase de disqualification car après IE 6 et récidive avec IE8 et Ie9 ( sans parler de vista et Windows 8)

avatar dscreve | 

Android 2.3.3 représente encore 14% du parc Android en activité...combien de terminaux iOS 4 encore en activité ? moins de 3% pour iOS 3,4, et 5.....
Autant on peut zappeur iOS 4, autant Gingerbread reste incontournable avec un tel taux d'activité...

avatar bibi81 | 

Apple oblige les développeurs à utiliser la dernière version de l'API, ce n'est donc pas on peut zapper iOS 4 qu'il faut écrire mais on doit zapper iOS 4. Du côté de Gingerbread les utilisateurs eux ont toujours la possibilité d'installer de nouvelles applications. Ceci explique peut-être pourquoi il y a un tel écart dans les pourcentages du parc en activité... Comme certains le disent l'obsolescence programmée est du côté de Google, mais dans les faits c'est complètement faux !

avatar joneskind | 

@bibi81

"Apple oblige les développeurs à utiliser la dernière version de l'API, ce n'est donc pas on peut zapper iOS 4 qu'il faut écrire mais on doit zapper iOS 4"

N'importe quoi. Non seulement Apple n'oblige rien du tout mais en plus le développeur peut proposer des versions différentes de son App pour assurer la compatibilité avec les anciens systèmes. Tu délires complètement mon pauvre.

"Comme certains le disent l'obsolescence programmée est du côté de Google, mais dans les faits c'est complètement faux !"

Dans les faits le Nexus 3 n'a pas droit aux optimisations logicielles des derniers Android alors que le matériel est parfaitement capable. Donc dans les faits la légèreté des contraintes de Google sur les constructeurs provoque une obsolescence artificielle du matériel.

avatar Nesus | 

C'est très beau comme débat, mais là réalité que je connais est très loin de ça. Avec le Xperia en ma possession j'ai un paquet de bug sur une dizaine d'applications. Le playstore qui la te régulièrement et des comportement très bizarre. Genre le téléphone qui devient brûlant quand j'utilise l'application de gestion de note de frais.
Google a trouvé un bon rafistolage pour réduire la fracture, mais il en reste. Après c'est surtout que les dev s'en moquent. L'idée étant : achetez un modèle reconnu ou souffrez de expérience mauvaise.
Je ne parle nullement des jeux. Mon téléphone étant professionnel, je n'en installé aucun.

avatar joneskind | 

@Nesus

Quel modèle de Xperia ? le E aussi ou un modèle plus puissant ?

CONNEXION UTILISATEUR