Le web concurrence l'App Store, selon Apple

Mickaël Bazoge |

En Australie, l'enquête de l'autorité de la concurrence sur les pratiques de l'App Store est l'occasion pour Apple de dérouler des arguments plus ou moins convaincants. Après s'être dit « surpris » des critiques des développeurs concernant la validation des applications, le constructeur a sorti une nouvelle carte pour se défendre des accusations de monopole.

Apple s'oppose à la caractérisation de la Competition & Consumer Commission (ACCC), selon laquelle l'App Store serait la boutique d'applications bénéficiant de la position la plus dominante, « et de loin ». La Pomme est confrontée à la concurrence « des sites web des développeurs et d'autres points de vente qui permettent aux consommateurs d'obtenir des applications tierces à utiliser sur les appareils iOS », affirme-t-elle.

« Même si un utilisateur ne possède que des appareils iOS, la distribution [d'apps] est loin de se limiter au seul App Store, parce que les développeurs ont de multiples alternatives pour distribuer leurs apps », poursuit la défense d'Apple qui dispose donc que le web est une plateforme concurrente à l'App Store. Les utilisateurs peuvent ainsi « acheter et consommer des biens numériques ou des services sur un site web ».

Et Apple de décrire comment les navigateurs web peuvent distribuer des progressive web apps (PWA) qui « suppriment la nécessité de télécharger une application via l'App Store ». Et de donner l'exemple d'Amazon, de Microsoft et de Google qui proposent des PWA pour leurs services de streaming de jeux vidéo (respectivement Luna, Game Pass et Stadia). Un type de service pour lequel Apple a érigé des barrières si élevées que les éditeurs ont préféré prendre la route de la web app.

Par ailleurs, les PWA sont encore loin d'égaler les applications natives, elles n'ont pas accès à certaines API (pas de badge rouge sur l'icône, par exemple). Apple explique être en concurrence avec les autres plateformes, comme le Play Store de Google, le constructeur cite également les boutiques d'Amazon et de Samsung, l'Epic Games Store, le Microsoft Store ou encore Setapp… Même si aucune de ces échoppes n'a droit de cité sur iOS alors qu'on peut installer des concurrents au Play Store sur Android, et même des rivaux du Mac App Store sur Mac (on peut même installer sur ce dernier des applications, des vraies, depuis internet !).


Source
avatar Bounty23 | 

C’est se moquer du monde ^^’

avatar rnov | 

Cette blague

avatar quentinf33 | 

Ouais là ils s’enfoncent… leur argumentation sur le Play Store, Epic Games Store etc est désolante là…

avatar geooooooooffrey | 

Les gobelets en plastique reliés par une ficelle concurrencent l'iPhone.

avatar Hatoine | 

C’est trop je passe sur Windows phone !

avatar Lu Canneberges | 

Après, c’est pas si faux quand on se rappelle que Steve Jobs voulait à la base qu’il n’y ait que des web apps et pas d’App Store du tout... (je capilotracte / fais l’avocat du diable)

Et c’est vrai que les PWA d’aujourd’hui peuvent être très convaincantes/utiles pour des apps interdites d’App Store ou pour des dèvs qui ne veulent pas coder en natif.

avatar bibi81 | 

Après, c’est pas si faux quand on se rappelle que Steve Jobs voulait à la base qu’il n’y ait que des web apps et pas d’App Store du tout...

Jusqu'à ce qu'il se rende compte (ou que quelqu'un lui dise) qu'un store verrouillé et exclusif pouvait rapporter beaucoup à Apple.

avatar zspy59 | 

Flutter permet de développer une application web, iOS, Android, macOS, Windows et Linux en même temps.
Même si ça a des limites, l’appli web reste une alternative.

avatar byte_order | 

@zspy59

Quel rapport avec le problème ici ?
Le problème ici c'est pas un abus potentiel d'Apple sur les technologies de développement d'apps pour iOS (a ne pas confondre avec *depuis* un iPhone, ce que Apple semble ne pas se gêner de faire dans ces arguments de plus en plus pathétiques), mais un abus potentiel d'Apple sur leur *distribution*.

avatar Nesus | 

@byte_order

Et Apple a raison. Tout le monde confond, confort de distribution et possibilité de distribution. Ce qu’Apple essaie de corriger avec ces exemples. Après est-ce qu’il faut considérer que parce que c’est plus facile avec l’app store, l’app store devient de facto le seul moyen de fournir ? J’ai plusieurs web app très bien faites et qui me conviennent parfaitement. Alors oui, il n’y pas de notifications, mais chez moi aucun apps n’a de notification (sauf téléphone et message).
À la fin la justice tranchera, mais il y a une grosse mauvaise fois de la part de l’auteur de l’article (le parti pris est dès la première ligne) ainsi que des éditeurs tierces qui veulent le beurre et l’argent du beurre. Il y a aussi de la mauvaise fois d’Apple qui a tout fait pour mettre sa plateforme en avant avec souvent des manières peu orthodoxes. Mais tout ceux qui écrivent qu’il y a monopole d’installation font une erreur. C’est comme dire que Google search est en monopole parce qu’il est par défaut (même si j’en conviens, il est beaucoup plus facile de changer de navigateur, que d’installer une app web ou un store alternatif, ou une app non signée).

avatar webHAL1 | 

@Nesus :
« C’est comme dire que Google search est en monopole parce qu’il est par défaut [...] »

Non, c'est justement toute la différence : on PEUT changer de moteur de recherche par défaut, PAS de boutique d'applications sur iOS et iPadOS. Si l'App Store était la boutique d'applications par défaut dans iOS et iPadOS et qu'on pouvait en changer pour une autre, votre parallèle serait valable. Là, c'est comme si Google était le seul moteur de recherche possible sur un appareil et, face aux reproches, l'entreprise disait : « nous n'avons pas de monopole, les utilisateurs peuvent rechercher des informations en demandant à leur entourage ou en appelant les renseignements ».

avatar byte_order | 

@Nesus

> Et Apple a raison. Tout le monde confond, confort de distribution et possibilité de distribution.

Et vous vous confondez le périmètre fonctionnel de iOS avec le périmètre fonctionnel de web apps. Comme si c'était interchangeable. Ce n'est pas le cas.
Le jour où l'ensemble des fonctions programmatiquement disponibles sur iOS le sont de manière indistincte entre une app codée nativement et une web app, là, on pourra parler d'alternative à la distribution "d'apps" au sens large et générique du terme.

Là, vous et Apple jouez sur le fait que si certaines fonctions sont réalisables sans utiliser autre chose que des technos web standardisées - que Apple, en plus, traine des pieds à implémenter complètement dans le moteur web qu'elle impose dans les appareils iOS.

Les web apps ne sont pas des apps iOS. Elles ne s'exécutent pas directement sur les appareils iOS, elles reposent sur le moteur web, rien d'autre.
Et les apps iOS ne sont pas exécutables ailleurs que sur iOS, tandis que les web apps elles, si.

Qualifier des web apps "d'apps" pour appareils iOS, c'est du grand foutage de gueule.
Si on va par là, n'importe quel site web devient une "app" !?
Ridicule.

avatar webHAL1 | 

@byte_order :
« [...] certaines fonctions sont réalisables sans utiliser autre chose que des technos web standardisées - que Apple, en plus, traine des pieds à implémenter complètement dans le moteur web qu'elle impose dans les appareils iOS. »

Le fait qu'elle impose le moteur de rendu HTML sur iOS est d'ailleurs un autre monopole de sa part, qui fait que les développeurs d'applications Web ne sont pas libres de faire de qu'ils veulent.
Apple peut choisir du jour au lendemain d'assurer ou non le support d'un standard ou d'une technologie Web sur iOS, et aucune alternative ne sera possible.

avatar Sindanárië | 

A l’époque de Jobs, il n’y avait pas tout ce bordel.
Il faut virer Cook, c’est de sa faute.

avatar nnay07 | 

Il est intéressant de voir les arguments d’Apple.

avatar elesse | 

Petit HS, sur quelle version de l’OS voit-on les barres du signal réseau ainsi dessinées ?

avatar r e m y | 

iPhone double SIM

avatar elesse | 

@r e m y

Merci 😉

avatar parkerboi | 

@elesse

En fait, il s’agit de l’affichage des barres de signal lorsqu’on est en configuration double SIM (SIM + eSIM chez nous)

avatar elesse | 

@parkerboi

Ah ! Merci 😉

avatar marenostrum | 

pour la porno ils ont raison. bref les contenus, les apps c'est autre chose. ce n'est pas la même expérience, et quand on voit que même des sites comme celui-ci font des apps et se contentent pas de leur site, leur argument tombe à l'eau. il faut virer leurs avocats.

avatar Krysten2001 | 

C’est très astucieux. En empêchant ce qu’Amazon, Microsoft veulent faire et en les obligeant à faire des webapps, Apple se crée des arguments pour qu’on ne lui reproche pas son App Store.

avatar byte_order | 

@Krysten2001

En entravant la concurrence, via les règles de distribution d'apps iOS, en les obligeant à se rabattre sur des alternatives aux apps iOS, l'argument qu'il n'y pas d'entrave à la concurrence sur la distribution d'apps iOS disparait ?

Par quel miracle !?!

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

En entravent la concurrence ? Apple ne peut pas protéger son business comme toute entreprise ?

Les développeurs ont une alternative maintenant avec les webapps.

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> En entrav*a*nt la concurrence ?

Interdire les apps iOS de streaming de jeu vidéo de tiers alors même qu'on a 2 apps d'Apple qui reposent sur le streaming de contenu et qu'une troisième d'Apple repose sur le jeux vidéo par abonnement, oui, c'est clairement une entrave à la concurrence.

> Apple ne peut pas protéger son business comme toute entreprise ?

Si si.
En respectant les règles du marché en question.
Qui, bien souvent, interdit d'abuser d'un monopole de distribution pour entraver la concurrence avec ses propres services complémentaires.

> Les développeurs ont une alternative maintenant avec les webapps.

Les webapps ne sont pas des apps *pour* iOS.
Ce sont des apps pour navigateurs web compatibles avec certaines API. Que Safari implémente le moins bien, au passage, et c'est clairement pas un hasard.

Prétendre que cela constitue une alternative pour distribuer des apps *pour* iOS est clairement un mensonge.

La prochaine fois que je lis ici quelqu'un se plaindre que tel service n'a pas une app iOS native et que c'est une honte, j'attends de vous de réagir dans la foulée en soulignant que si si y'a une app, suffit d'aller sur le site web du service.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"oui, c'est clairement une entrave à la concurrence."

Pour toi mais tant que la chose n’est pas jugée ce n’est pas “clairement”

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Pour toi

Vu que j'écris ça en tant qu'internaute lambda, c'est une évidence qu'il s'agit de mon opinion.

> mais tant que la chose n’est pas jugée ce n’est pas “clairement”

Le fait que la justice tranchera ne changera rien à mon opinion. Elle sera simplement soit en accord avec une décision de justice soit je serais en désaccord.

Y'a une différence entre ce que l'on pense être bon et mauvais et ce que la loi existante juge. Par exemple, je suis "clairement" pour le droit à l'euthanasie, c'est pourtant "clairement" interdit par la loi de mon pays. L'homosexualité est encore jugé comme un délit voir un crime dans pas mal de pays et l'était y'a pas si longtemps de cela dans des pays se considérant pourtant comme très progressifs. C'est pas feu Alan Turing qui pourra me contredire sur ce point.

J'espère donc que le régulateur décidera dans le même sens que moi, mais si ce n'est pas le cas, je continuerais à penser que c'est clairement une entrave à la concurrence. Et ce tant que la plateforme logicielle est vendue.

avatar Mageekmomo | 

Ça s'appelle comment au delà de la mauvaise foi ?

avatar occam | 

C’est beau, la solidarité entre grands groupes.

Quand Intel prend les gens pour des cons, Apple vient à la rescousse pour montrer qu’Intel n’est pas seul, et qu’on peut être encore plus gros, encore plus riche, et néanmoins prendre encore plus de gens pour encore plus cons.

(Le seul problème : les gens votant avec leur portefeuille, ils continuent pour la plupart à conforter Apple, Intel et tutti quanti dans la piètre opinion que ces groupes se font de leurs clients.)

avatar Tatooland | 

Incroyable cette mauvaise foi. C’est vraiment du foutage de gueule.
C’est comme si une entreprise en situation de monopole dans l’industrie automobile disait que sa situation n’est pas monopolistique car les gens peuvent utiliser des vélos ou se déplacer à pied. N’importe quoi !

avatar byte_order | 

> des sites web des développeurs et d'autres points de vente qui permettent aux consommateurs
> d'obtenir des applications tierces à utiliser sur les appareils iOS

C'est totalement faux.
Ce ne sont pas des "applications" utilisables "sur" les appareils iOS.

Ce sont des applications web utilisables depuis n'importe quel appareil disposant d'un navigateur web. Donc "depuis" un appareil iOS, aussi. Enfin, tant que Safari supporte correctement les fonctionnalités PWA nécessaires, ce qui est loin d'être aussi systématique qu'on pourrait l'espérer. Une coincidence, sûrement.

Mais prétendre que ce sont des applications utilisables "sur" des appareils iOS, c'est totalement se foutre de la gueule du monde.

avatar BeePotato | 

@ byte_order : « Mais prétendre que ce sont des applications utilisables "sur" des appareils iOS, c'est totalement se foutre de la gueule du monde. »

Pourtant, lorsque leur code s’exécute, c’est bien sur l’appareil iOS. Il n’y a aucun foutage de gueule là dedans.

avatar francoismarty | 

Les PWA sont mal supportées sur iOS, évidemment volontairement, pour ne pas faire de l'ombre à leur store. On ne peut donc pas parler de véritable concurrence.

avatar byte_order | 

@BeePotato
> Pourtant, lorsque leur code s’exécute, c’est bien sur l’appareil iOS

Non. Le code s'exécute "dans" un navigateur web.
Ce qui s'exécute réellement sur l'appareil iOS, c'est le code du navigateur web, pas le code de l'app web.

> Il n’y a aucun foutage de gueule là dedans.

Oh que si.
On lit ici même plein de gens râler contre les "apps" qui ne sont pas assez "natives" alors même que ce sont des apps iOS mais reposant sur un framework web style Electron. Mais quand il s'agit de défendre que l'AppStore est contournable, alors là on n'hésite pas a qualifier les "apps" les moins natives qui soient, les "apps" PWA des sites web, comme des apps tout à fait comparables aux apps natives visant directement iOS. Tout site web est une app pour appareil iOS maintenant, et le web est un store de distribution d'apps pour appareils iOS désormais !?

C'est de la grande hypocrisie et du grand foutage de gueule.

avatar BeePotato | 

@ byte_order : « Non. Le code s'exécute "dans" un navigateur web.
Ce qui s'exécute réellement sur l'appareil iOS, c'est le code du navigateur web, pas le code de l'app web. »

Ce qui s’exécute sur l’appareil, c’est tout le code, navigateur comme « applications web » (je mets des guillemets parce que je n’ai jamais bien aimé ce terme).

« On lit ici même plein de gens râler contre les "apps" qui ne sont pas assez "natives" alors même que ce sont des apps iOS mais reposant sur un framework web style Electron. Mais quand il s'agit de défendre que l'AppStore est contournable, alors là on n'hésite pas a qualifier les "apps" les moins natives qui soient, les "apps" PWA des sites web, comme des apps tout à fait comparables aux apps natives visant directement iOS. »

Les deux ne sont absolument pas incompatibles, et ce n’est donc pas du foutage de gueule : le fait que ce soit pourri n’en fait pas moins une concurrence, s’il y a des gens qui se contentent de ça au lieu d’utiliser des applications natives.
Ce n’est pas nouveau comme principe : on le connaît depuis longtemps avec Windows. 😉

avatar byte_order | 

@BeePotato
> Ce qui s’exécute sur l’appareil, c’est tout le code, navigateur comme « applications web »

Nope. Le code des applications web est en Javascript quasi exclusivement.
Ni l'appareil ni iOS ne sait exécuter du code javascript nativement.
C'est bel et bien le code du navigateur qui exécute le code javascript, pas l'appareil.
Retirer le navigateur, et votre webapp ne s'exécute plus.
Ou, cas plus réel, Apple retire le support de tel API Javascript de son navigateur, et votre webapp ne s'exécute plus.

> Les deux ne sont absolument pas incompatibles,

Ah si. On ne peut pas dire que les webapps c'est moins bien que les apps natives et dire dans le même temps que les webapps peuvent être en concurrence directe, sans entrave, avec les apps natives.

> et ce n’est donc pas du foutage de gueule :
> le fait que ce soit pourri n’en fait pas moins une concurrence

Non.
Par contre le fait que cela soit forcément plus pourri comme expérience utilisateur en fait une entrave à la concurrence.

> Ce n’est pas nouveau comme principe : on le connaît depuis longtemps avec Windows.

Merci de donner un exemple où un développeur visant Windows a du se rabattre sur une solution alternative plus limitée et offrant une expérience plus "pourrie" à cause de règles de distribution des logiciels utilisant l'API publique de Windows.

A ma connaissance, il n'existe pas de règles de distribution de logiciels utilisant l'API de Windows. Mais je suis tout ouïe d'être éclairer sur ce point.

avatar BeePotato | 

@ byte_order : « Nope. »

Yup.

« Ni l'appareil ni iOS ne sait exécuter du code javascript nativement. »

iOS, si. Mais ce n’est pas la question.

« C'est bel et bien le code du navigateur qui exécute le code javascript, pas l’appareil. »

Non. Le navigateur se contente de compiler le code JS, pour qu’il puisse ensuite être exécuté par… l’appareil.
Ce qui permet au code JS de tourner sur l’appareil.

« On ne peut pas dire que les webapps c'est moins bien que les apps natives et dire dans le même temps que les webapps peuvent être en concurrence directe, sans entrave, avec les apps natives. »

Ce « sans entrave » est nouveau dans le discours. On peut bien sûr tout à fait considérer les « applications web » comme concurrentes des applications natives, bien que moins bien que ces dernières. Et c’est normal.

« > et ce n’est donc pas du foutage de gueule :
> le fait que ce soit pourri n’en fait pas moins une concurrence
Non. »

Ah ben voilà : merci de confirmer ce que j’ai écrit ci-dessus. 🙂

« Par contre le fait que cela soit forcément plus pourri comme expérience utilisateur en fait une entrave à la concurrence. »

Non, car par principe même ce sera forcément plus pourri.
Ce qui ferait une entrave à la concurrence serait que ce soit volontairement rendu encore plus pourri que ça ne devrait l’être.
Notons cependant que dire ça revient à admettre que ces « applications web » représentent bien une concurrence pour les applications natives, et qu’il n’y a donc pas de foutage de gueule à présenter les choses sous cet angle. Merci de nouveau. 🙂

avatar BeePotato | 

@ byte_order : « > Ce n’est pas nouveau comme principe : on le connaît depuis longtemps avec Windows.
Merci de donner un exemple où un développeur visant Windows a du se rabattre sur une solution alternative plus limitée et offrant une expérience plus "pourrie" à cause de règles de distribution des logiciels utilisant l'API publique de Windows. »

Je vois que tu n’as pas compris ce que je voulais dire. Je citais Windows comme exemple de quelque chose de tout pourri et qui n’en est pas moins un concurrent (et même un sévère !) à des OS bien meilleurs.

avatar fte | 

@BeePotato

"Je citais Windows comme exemple de quelque chose de tout pourri et qui n’en est pas moins un concurrent (et même un sévère !) à des OS bien meilleurs."

Juger Windows de tout pourri... sur quels critères ? Des OS bien meilleurs... sur quels critères ?

Il n’est pas faux de dire que les webapps sont une alternative bien meilleure à iOS natif. C’est absolument juste. Sur certains critères. Sans les préciser cependant, l’argument est creux et inutile.

avatar webHAL1 | 

@byte_order :
« Mais prétendre que ce sont des applications utilisables "sur" des appareils iOS, c'est totalement se foutre de la gueule du monde. »

Tout à fait. D'autant plus qu'une application native et une application Web n'ont pour ainsi dire rien en commun. La première et la plus importante des différence étant l'absence de notifications. Ensuite, d'un point de vue plus technique, il y a tout ce qui est API d'iOS.
Les analogies avec le monde automobile sont rarement pertinentes quand on parle d'informatique, mais en l'occurrence ici Tatooland a parfaitement raison, dire qu'une application Web concurrence une application native revient à dire que se déplacer à pied est équivalent à un trajet en voiture. C'est tout simplement grotesque.

avatar ClownWorld 🤡 | 

Le procureur bazoge a fait ses réquisitions

avatar Tao | 

Ils ont vraiment cru que ça tenait la route ce genre d’explication ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Tao

"Ils ont vraiment cru que ça tenait la route ce genre d’explication ?"

Attends de voir avant de tirer des conclusions hâtives 😉

avatar YetOneOtherGit | 

L’argument est loin d’être idiot et il sera fort intéressant de voir comment il est reçu sur les diverses procédures 🤔

Je suis toujours surpris par la capacité qu’ont certains à arbitrer des enjeux de droit qui nous dépassent tous et que les experts ne se risquent pas à trancher. 😳

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Difficile cette affaire 🙃
Tellement de rebondissements 🤗

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

"Difficile cette affaire 🙃 "

Les enjeux sont très nouveaux dans leurs formes et dans les systèmes de common law la jurisprudence est à créer.

Wait & See

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Même si je réponds aux commentaires pour essayer de comprendre. Je me dis que si c’était si facile, l’histoire serait bouclé depuis longtemps😉

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

"l’histoire serait bouclé depuis longtemps"

Ton pragmatisme est intolérable 🤣🤣🤣😉

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

😉🤪😜

avatar Florent Morin | 

Le discours d’Apple à la sortie de l’iPhone, c’était que les apps web étaient géniales.

Les développeurs ont demandé l’App Store. Apple a accepté sous réserve que certaines règles soient respectées.

Soit on accepte les règles, on bénéficie des atouts du natif.
Soit on va sur le web.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR