Apple lâche encore du lest : certaines apps pourront afficher un lien vers leurs boutiques sur le web

Mickaël Bazoge |

Décidément, il faut vraiment qu'Apple soit acculée contre un mur pour que le constructeur lâche du lest sur l'App Store. Pour éteindre une action de groupe aux États-Unis, la Pomme va autoriser les développeurs à communiquer avec les utilisateurs (par e-mail) sur les achats qu'ils peuvent réaliser en dehors de leurs applications.

Nouveau coup de semonce et nouvelle reculade du constructeur cette nuit. Dans le cadre d'une entente avec la Commission à la concurrence japonaise (JFTC), Apple va permettre aux applications de type « lecteur » (« reader » dans la novlangue cupertinienne) d'afficher un lien vers leurs boutiques en ligne et ce, à partir du début de l'année prochaine. Bien qu'il s'agisse d'un accord avec le régulateur japonais, Apple va appliquer ce changement dans le monde entier.

Très concrètement, cela signifie que des applications comme Netflix pourront avoir un lien sur leur page d'accueil pour inviter les utilisateurs à s'abonner sur son site web. Actuellement, Netflix ne propose que de s'identifier, et rien dans l'aide en ligne n'indique comment s'abonner. Et pour cause, les directives de l'App Store interdisent formellement d'afficher cette information, ce qui du point de vue de l'utilisateur (et du développeur) est complètement absurde.

Les apps « reader » affichent du contenu tels que de la vidéo, de la musique, des fichiers audio (type Audible), mais aussi des magazines numériques, des quotidiens ou des livres (Kindle). Généralement, il faut être abonné pour accéder à leurs contenus.

Si les achats intégrés de l'App Store, ceux qui permettent à Apple de collecter une commission de 15% ou de 30%, demeurent « la méthode de paiement la plus sûre pour les utilisateurs », la Pomme ajoute qu'elle donnera un coup de main aux développeurs pour que leurs applications « reader » protègent les utilisateurs quand ils passeront par le lien pour acheter en dehors de la boutique ou gérer leur compte.

Avant la mise en route de ce changement, le constructeur va mettre à jour les guidelines de l'App Store pour s'assurer que ce type d'apps « continuent d'offrir une expérience sécurisée ». Il faudra regarder de près les petites lignes et les alinéas car le diable se cache souvent dans les détails, en particulier avec Apple.

L'impossibilité d'informer l'utilisateur qu'il doit souscrire à un abonnement en dehors de l'app devenait un gros caillou dans la chaussure d'Apple, ce point de contentieux étant au cœur de plusieurs enquêtes de régulateurs et de plaintes en justice. Limiter le lien externe aux seules applications « reader » offre toujours un angle d'attaque pour ceux qui veulent poursuivre le combat contre Apple, mais ce relâchement des règles, s'il peut paraître minime, est un changement de pied aussi symbolique qu'important pour Apple.


avatar iTouchKiller | 

Ça sent pas bon pour Apple ça. Après, tant qu'il n'y a pas de store alternatif ça me va. Car si ça fini à la Google avec les virus qui vont avec à cause des apps en roue libre c'est non merci

avatar Vanton | 

@iTouchKiller

Ça n’est pas forcément un problème en réalité.

Beaucoup d’apps (c’est le cas de Netflix et c’est visible sur les captures de l’article) ne permettent déjà pas de s’abonner directement, de façon à ne pas reverser une part de leur abonnement à Apple.

Les utilisateurs sont juste bloqués en ouvrant l’app, devant chercher ailleurs comment s’abonner. Mais Apple n’y gagne de toute façon rien, sans possibilité de s’abonner il n’y a rien à prélever. Ça ne changera donc rien !

avatar Phiphi | 

@Vanton

En fait quand je vois les captures il n’y avait vraiment pas à chercher très loin. Un tchat avec le service clientèle et hop.
Et puis bon, dans le principe c’est vrai que ça fait débile de dire « abonnez-vous » sans un lient, mais celui qui ne pense pas simplement à googliser « abonnement Netflix » ne sera sans doute même pas capable non plus de se servir de l’app 😂

avatar webHAL1 | 

@Vanton :
« Les utilisateurs sont juste bloqués en ouvrant l’app, devant chercher ailleurs comment s’abonner. Mais Apple n’y gagne de toute façon rien, sans possibilité de s’abonner il n’y a rien à prélever. Ça ne changera donc rien ! »

Ça change beaucoup pour Spotify par exemple, qui propose un service gratuit avec de la publicité, et une offre payante. Et qui, aujourd'hui, n'a aucun moyen depuis son application iOS d'expliquer à l'utilisateur comment s'abonner au service Premium. Et qui a, face à elle, Apple Music, un service concurrent intégré au sein d'iOS et pour lequel Apple fait régulièrement de la publicité auprès des utilisateurs de façon extrêmement agressive (par exemple lors de l'installation de mises à jour).

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"Ça change beaucoup pour Spotify"

Qui comme bien des offres en ligne à beaucoup de mal à trouver une vraie profitabilité pérenne 😎

avatar flagos | 

En meme temps, avec des partenaires parasites comme Apple qui se sucre 30% du revenu tout en poussant un service concurrent, ca commence a pas etre facile.

avatar YetOneOtherGit | 

@flagos

"En meme temps, avec des partenaires parasites comme Apple qui se sucre 30% du revenu tout en poussant un service concurrent, ca commence a pas etre facile."

Au delà de la radicalité caricaturale de ton propos sur le « parasitisme », ce ne sont pas les commissions qui vont radicalement changer la trajectoire économique de ces structures.

Elles pèsent d’ailleurs déjà fort peu dans l’ARPU de ces structures.

C’est le modèle en lui même qui reste questionable et questionné.

La part du CA de ces fournisseurs de services passant sous la barrière d’octroi d’Apple est de plus en plus minime.

avatar roccoyop | 

@flagos

Le parasite fournit quand même une plateforme avec tout plein d’utilisateurs. Que j’aimerais être entouré que de parasites de ta définition bien personnelle. 😍

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Qui comme bien des offres en ligne à beaucoup de mal à trouver une vraie profitabilité
> pérenne 😎

Et les entraves artificielles n'ont aucun impact sur la profitabilité peut-être !?

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Et les entraves artificielles n'ont aucun impact sur la profitabilité peut-être !?"

Extrêmement faible, ce sont les modèle économique eux même qui sont questionable.

Et au passage malgré une part de plus en plus faible de l’ARPU passant via Apple, la profitabilités reste douteuse.

Nous n’allons pas voir passer dans le vert des masses d’entreprises cramant le cash des investisseurs en cas d’évolution réglementaire, très loin s’en faut 🤑

avatar byte_order | 

> Extrêmement faible, ce sont les modèle économique eux même qui sont questionable.

Entre 30% et 15% des abonnements qui vous échappent c'est "extrêmement" faible pour vous !?

Je ne dis pas que c'est ce qui empêchent ces services de devenir profitable, ce que je dis c'est que cela n'aide pas de se voir piquer une partie non négligeable des recettes, recettes qui sont déjà pourtant insuffisantes pour compenser les dépenses en effet.

Et en aucun cas cela ne peut justifier de fermer les yeux sur ces entraves. L'option "oh mais de toute façon votre business n'est pas pérenne alors ne nous faites pas chi*r avec notre taxe de 30% sur vos recettes" n'existe pas.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Et les entraves artificielles n'ont aucun impact sur la profitabilité peut-être !?"

Nous savons tous les deux que ta position est philosophique, morale, politique… mais absolument hors-sol sur les enjeux économiques de ces questions.

Je respecte ton combat idéaliste, mais les tentative d’en faire un changement de paradigme profond pour l’ensemble de l’industrie, les consommateurs et les petits acteurs du business est une chimère.

Il y a aura potentiellement une poignée de gagnants réels mais ce sont des acteurs puissants pouvant conquérir une position dominante sur un terrain qui s’ouvrirait à leur ambition.

Des bénéfices symboliques pour les consommateur, des gains ridicules pour les acteurs peinant à trouver une économie pérenne, strictement aucun bénéfice sérieux pour les petits acteurs qui sont en souffrance pour des raisons d’évolution de la structure du marché et non à cause des commissions.

C’est une intéressante bataille de business mais nullement avec les enjeux que tu fantasmes hors ceux de portée symbolique et moraux.

J’en viens à espérer un changement profond des règles pour que nous puissions tirer ensemble un bilan à un horizon de cinq ans 😉

avatar Xap | 

@iTouchKiller

En quoi l’existence d’un store alternatif t’oblige à l’utiliser?

avatar Civodul56 | 

@Xap

À partir du moment où certains utilisateurs utilisent un store alternatif , ce sera le Cheval de Troie des attaques viral pour tout le monde.

Un exemple tout simple : là où Apple contrôle de nombreuses choses dans le code des App AppStore, sur un autre magasin, qu’est-ce qui empêchera une app malveillante de capter discrètement tous les contacts du téléphone (dont tu fais parti sur le tel de ton pote moins regardant sur le Store qu’il utilise) pour leur envoyer des mails publicitaire, revendre les téléphones à des sociétés de prospection etc.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Civodul56

Donc tu ne dialogues avec AUCUN gars qui a un phone Android ou PC Windows..???!!

Le Mac est ouvert aux apps tierces sans passer par le store: est ce une platforme dangeureuse??

Personne n’a besoin d’être babysitté par Apple du moment où on fait preuve de bon sens. Et je ne souhaite pas être pénalisé pour protéger des naifs qui se feront de toutes les manières avoir par un tas d’autres moyens.

avatar MGA | 

@0MiguelAnge0

Pourquoi vouloir à tout prix supprimer les alternatives sur le marché des téléphones ?
Votre modèle est celui d’Android (même si GG fait tout pour gêner les stores alternatifs…) ce que vous demandez c’est de supprimer le seul autre modèle (et le plus ancien soit dit en passant) donc le client n’est pas gagnant il perd une alternative, une possibilité de choix.

avatar byte_order | 

@MGA
> ce que vous demandez c’est de supprimer le seul autre modèle (et le plus ancien soit dit en passant) donc le client n’est pas gagnant il perd une alternative, une possibilité de choix.

Depuis quand permettre l'utilisation de plusieurs stores fait perdre au consommateur la possibilité de choisir de n'en utiliser qu'un seul !?

avatar roccoyop | 

@byte_order

Il y a 2 modèles économiques aujourd’hui. Google est ses nombreux stores et Apple avec 1 seul store.

Si demain Apple ressemble à Google, tu n’auras qu’un seul choix de modèle et non deux.

avatar armandgz123 | 

@roccoyop

Google n’a qu’un store.

avatar roccoyop | 

@armandgz123

Remplace Google par Andoid

avatar byte_order | 

@roccoyop
> Il y a 2 modèles économiques aujourd’hui. Google est ses nombreux stores

Merci de démontrer que la plateforme Android impose l'usage de "nombreux" (je vous cite) stores.

La réalité est différente.
La réalité c'est que les 2 plateformes mobiles sont utilisables avec un seul store dédié. La seule nuance de "modèle", c'est que le premier ne vous l'impose pas, le second si.
Dans les 2 cas l'usage d'un seul store reste non seulement possible mais la situation de l'immense majorité des utilisateurs.

Par ailleurs, merci de m'expliquer depuis quand les consommateurs ont le pouvoir d'exiger dans quel store un produit de consommation doit être distribuer ?
Qu'ils choissisent de ne fréquenter qu'un seul store c'est leur droit, mais exiger d'un fournissueur qu'il distribue obligatoirement son produit dans ce store, non. Le fournisseur est encore en droit de décider, selon ses intérêts à lui, ce qu'il veut faire de son produit.

avatar roccoyop | 

@byte_order

Désolé, mais je préfère aller au super marché ou je trouve tout au même endroit plutôt que de passer ma vie à faire 10 boutiques pour remplir mon panier.

1 store dispo, tout est dedans
3 stores dispos et je garantis qu’il faudra les installer tous si on voudra avoir accès à toutes les apps.

Si quelqu’un aime faire ses courses dans plusieurs boutiques, il y a Android pour ça. Mais laissez-moi mon supermarché ! Je ne milite pas de mon côté pour qu’Android ressemble à iOS (Google s’en charge déjà sur bien des aspects).

avatar byte_order | 

@roccoyop
> Désolé, mais je préfère aller au super marché ou je trouve tout au même endroit
> plutôt que de passer ma vie à faire 10 boutiques pour remplir mon panier.

Et pourtant tous les produits du monde ne se pas dispo dans aucun supermarché.
C'est donc bien la preuve que malgré cela, le choix de préférer n'utiliser qu'un seul store est non seulement possible mais le cas le plus fréquent, sans que l'existence du choix d'autres stores n'y change rien, et donc s'y oppose.

> 1 store dispo, tout est dedans

C'est pas le cas de votre supermarché. Jamais. Hors cela n'empêche nullement de n'en utiliser qu'un seul pour autant.

> Mais laissez-moi mon supermarché !

Personne ne vous le retire !

Vous avez juste peur que le fait que d'autres que vous puisse faire d'autre choix que vous vous retire quelque chose.

Cela porte un nom, ça, vous savez.

avatar roccoyop | 

@byte_order

On n’y arrivera pas. J’abandonne.

avatar Vanton | 

@byte_order

Il est évident que l’apparition d’un store alternatif pousserait certains (de nombreux ?) éditeurs à se retirer du store officiel, obligeant les utilisateurs à télécharger sur ce store alternatif.

Tu peux me rétorquer que rien n’obligera à télécharger ces apps hors store officiel, que les gens n’ont qu’à s’en passer s’ils tiennent tant à la sécurité… Mais peut-on vraiment parler de choix dans ce cas ?

avatar lufffy447 | 

@Vanton

Je pourrais avoir un exemple d’une app mobile multiplateforme (disons du top 100 des téléchargements pour faire simple) qui ne soit pas téléchargeable depuis le Google play store mais uniquement depuis des stores alternatifs sur Android ?

avatar Bigdidou | 

@Vanton

« Il est évident que l’apparition d’un store alternatif pousserait certains (de nombreux ?) éditeurs à se retirer du store officiel, obligeant les utilisateurs à télécharger sur ce store alternatif »

Rien d’aussi peu évident.
C’est même le contraire qui est évident : nulle fuite à laquelle s’attendre.

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"C’est même le contraire qui est évident : nulle fuite à laquelle s’attendre."

C’est dans la logique des choses, le Sore d’Apple resterait le canal de distribution naturel pour beaucoup 😎

avatar byte_order | 

@Vanton
> Il est évident que l’apparition d’un store alternatif pousserait certains (de nombreux ?) éditeurs à se retirer du store officiel,

Cela n'a rien d'évident, en particulier sur votre hypothèse "nombreux".

Mais même si c'était le cas, qu'est-ce que cela signifierait par rapport à la qualité de service apporté par l'AppStore à ses dévelopeurs ?

Parce que, faut-il le rappeler, y'a pas que l'utilisateur lambda qui est client de l'AppStore, y'a aussi le développeur d'apps compatible iOS.

Quand vous décidez d'aller voir à la concurrence (genre en téléphonie mobile), c'est parce que vous êtes ravi de la situation actuelle ou pas en général ?

Si (ce que je doute fort) un grand nombre d'éditeurs d'apps iOS quittaient l'AppStore pour un autre store, la seule explication logique à cette migration hypothétique c'est que les conditions proposées par cet autre store seront meilleures que celles proposées par l'AppStore.

A l'AppStore d'ajuster son offre, comme dans n'importe quel marché où la concurrence peut avoir lieu.

> obligeant les utilisateurs à télécharger sur ce store alternatif.

Qu'est-ce qui les obligent !? Y'a un gars qui vient mettre un flingue sur leur tempe ?
Les utilisateurs qui souhaitent faire confiance à un seul store sont parfaitement libre de chercher des apps alternatives à celles qui ne sont plus disponibles dessus.

Un peu comme quand vous ne trouvez pas de Coca Cola chez Leclerc mais que vous tenez absolument à ne faire vos courses que chez Leclerc : soit vous tester le Pepsi, dispo lui, soit vous renoncez à consommer du soda. Personne ne vous oblige de force a devoir aller dans un autre magasin pour y acheter du Coca Cola.

Les éditeurs savent parfaitement que 100% des consommateurs ont pour "habitude" (aka seul choix) de fréquenter l'AppStore, très très peu prendront le risque de disparaitre de l'AppStore.

Le plus probable c'est que certains d'entre eux soit *également* sur d'autres stores.

avatar byte_order | 

@Vanton
> Tu peux me rétorquer que rien n’obligera à télécharger ces apps hors store officiel,
> que les gens n’ont qu’à s’en passer s’ils tiennent tant à la sécurité…
> Mais peut-on vraiment parler de choix dans ce cas ?

Ben oui.

Depuis quand avoir le choix signifie qu'aucun choix ne s'accompagne de devoir accepter des conséquences !?

Merci de ne pas confondre avoir le choix avec avoir que des choix sans conséquences différentes.

Cette socitié est devenue malade d'un fantasme de liberté absolu de choix sans zero conséquence. La liberté de choix, c'est pas la liberté de ne pas assumer quoi que ce soit !
La liberté de choix c'est que personne n'a le droit de vous sanctionnez de l'avoir fait, mais il vous reste à etre une personne responsable de ses choix.

Quand je prends le risque d'installer sur mon ordinateur un logiciel sans trop vérifier l'origine du fichier, j'assume les éventuels conséquences, point barre. Exactement comme quand quelqu'un clic sur un lien dans un mail, un texto sans se poser de question devrait le faire...

On assiste à des consommateurs qui réclament de n'avoir plus que le choix d'être déresponsabilisé de tout. C'est pathétique, et surtout une chimère totale.

avatar en chanson | 

@Civodul56

Pegasus te surveille déjà

avatar fte | 

@Civodul56

"ce sera le Cheval de Troie des attaques viral pour tout le monde."

Oui. Le Monde a vraiment besoin d’une multinationale étrangère vertueuse et moralisante et, okay, personne n’est parfait, un petit peu capitaliste, pour nous protéger des mécréants et de leurs agents viraux.

avatar iPop | 

@fte

Moi je ne vois pas comme ça. Tu sais la différence entre le métro New-yorkais et Parisien ?
L’un est d’un autre siècle, laid et pas pratique. L’autre à la class, pratique et efficace. Tout est question de volonté et ça c’est pas donnée à tout le monde, c’est même très rare.

avatar lufffy447 | 

@Civodul56

Je ne vois pas en quoi une app venant d’un autre store pourrait faire plus qu’une app venant de l’app store en terme d’accès aux données.
Si je ne me trompe pas, l’autorisation d’accès au données est géré par iOS et toutes les apps tournent dans un bac à sable. Donc pas d’accès aux contacts ou à la localisation sans l’accord express de l’utilisateur.

avatar Krysten2001 | 

@lufffy447

Sauf que c’est l’app qui fait la demande et qui intègre l’API il me semble + toutes les vérifications de l’app store pour voir si l’app ne fait pas n’importe quoi,… Donc merci à l’app store pour tout ça 😉

avatar lufffy447 | 

@Krysten2001

Mais donc une app qui refuserait d’utiliser l’API officielle pourrait tout de même accéder aux contacts ? Ça m’étonnerait beaucoup quand même. Quelqu’un pourrait-il confirmer ou infirmer ?
Pour la sécurité de l’app store oui c’est très bien, mais on sera tout aussi safe avec un Microsoft store qui proposera Stadia, XBox Game Pass et cie

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Sauf que c’est l’app qui fait la demande et qui intègre l’API il me semble

Non, elle n'intégre pas l'API, elle y fait appel, et derrière c'est iOS qui y répond.

C'est pour cela que des demandes d'accès qui se font après l'installation et même après le démarrage de l'app font apparaitre une demande d'autorisation à l'utilisateur : c'est iOS qui gère cela. Pas l'AppStore.

Par ailleurs, merci de ne pas confondre la validation des apps avec le service de commercialisation d'apps. Ce sont 2 services distincts. Ce n'est pas parce que l'AppStore a fusionné arbitrairement les deux dans le plus grand intérêt économique d'Apple qu'il est impossible d'avoir un processus de validation d'apps indépendant de l'AppStore.

Un store alternatif peut parfaitement mettre en place un tel processus.
Apple elle même peut le proposer à des stores tiers si elle le veut.

Ne confondez pas la mise en rayon avec le contrôle qualité des produits. Fort heureusement ce n'est pas lié.

avatar macnewbie007 | 

@Xap

Le jour où il y aura des stores alternatifs, certains développeurs pourraient être tentés de passer sur ces stores et retirer leurs applications du store Apple.
Personnellement, je n’ai pas envie de jongler entre plusieurs stores et je n’ai pas envie de passer par des stores alternatifs pour des raisons de sécurité.
Pour moi c’est clair : je ne téléchargerai aucun store alternatif et je me passerai des app qui ne sont pas sur celui d’Apple

avatar webHAL1 | 

@macnewbie007 :
« Pour moi c’est clair : je ne téléchargerai aucun store alternatif et je me passerai des app qui ne sont pas sur celui d’Apple »

Et vous serez parfaitement libre de le faire.
Mieux encore : il y a fort peu de risques qu'un développeur choisisse de quitter complètement la boutique intégrée d'Apple, en particulier si beaucoup d'utilisateurs raisonnent comme vous. Par contre, il est bien possible que les applications vendues sur l'App Store le seront plus cher qu'ailleurs, si un jour des boutiques alternatives existent.

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"il est bien possible que les applications vendues sur l'App Store le seront plus cher qu'ailleurs"

Très discutable au regard du principe même de la commission d’intermédiation où le prix public n’est pas décidé par le store.

Si une boutique baisse sa commission pour attirer des produits, ce n’est pas le prix public qui baissera mais le revenu du vendeur de contenu,qui augmentera.

Strictement aucun intérêt pour les vendeur de contenus à proposer leur offre à des prix public différents sur divers store sur les mobiles.

Un des nombreux fantasmes entourant ces considérations.

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

« Si une boutique baisse sa commission pour attirer des produits, ce n’est pas le prix public qui baissera mais le revenu du vendeur de contenu,qui augmentera. »

C’est mon avis aussi.
De toute façon, les « économies » réalisées concernent de très petites sommes à l’échelle de chacun.

Non, je n’attends aucune économie de l’ouverture des boutiques alternatives.
Je le fiche d’ailleurs un peu de cet aspect (les sommes en jeu ne sont pas suffisantes pour moi).

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou :

Le meilleur moyen pour une boutique alternative d'attirer les utilisateurs sera via des prix moins élevés que sur l'App Store d'Apple, qui continuera à bénéficier d'une visibilité sans commune mesure.
S'assurer d'avoir des applications exclusives coûtera nettement plus cher et il n'y a quasiment aucun autre facteur à part le prix sur lequel les boutiques alternatives pourront jouer.
Si demain tu peux trouver l'application X au même prix sur l'App Store et sur une autre boutique applicative, il n'y aura aucune raison pour que tu choisisses cette dernière, dont la réputation n'est pas établie. Le fait qu'elle offre une meilleure commission au développeur ne sera pas du tout un argument pour la très grande majorité des clients.
À peu près le seul moyen pour un nouvel entrant de se faire une place sera de jouer sur les prix.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« À peu près le seul moyen pour un nouvel entrant de se faire une place sera de jouer sur les prix. »

Pour des apps à quelques euros ?
Il faut admettre que l’intégration de l’AppStore dans iOS est remarquable.
Il me faut plus que quelques centimes ou un vrai service en plus (comme l’accès à des apps révoquées des règles de l’AppStore) pour y renoncer.
Je ne sais pas…

Comment se démarquent les boutiques alternatives Android ?
Elles ont pas l’air très vaillantes, ceci dit.
Les rares que j’ai utilisées, c’était pour un service particulier (comme pouvoir choisir sa version de l’app).

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou :

Je ne doute pas que pour toi l'argument du prix ne soit pas capital, mais il l'est pour beaucoup de monde, en particulier les jeunes, qui sont de gros consommateurs d'applications, typiquement des jeux.
Le plus simple pour une boutique alternative sera de faire de temps à autres des promotions sur certaines applications phare, et de mettre en avant un tarif à l'achat moins élevé, mais également des achats intégrés plus avantageux. Cela permettra de fidéliser une clientèle qui, sinon, n'aurait aucune raison de se tourner vers cette boutique. Tu n'en es peut-être pas conscient, mais certain(e)s dépensent des sommes considérables sur l'App Store et le Play Store, raison d'ailleurs pour laquelle Apple et Google défendent à ce point leur pré carré (monopole pour l'un, position dominante pour l'autre).

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"Le plus simple pour une boutique alternative sera de faire de temps à autres des promotions sur certaines applications phare"

Ce n’est pas la boutique qui décide du prix public, tu n’as toujours pas compris le principe d’intermédiation des store, qui ne sont pas des distributeurs achetant et revendant des produits en maîtrisant le prix publique 😎

Ce n’est pas le plus simple mais le fruit de ta vision simpliste qui n’a même pas compris les bases du modèle et qui applique les principe du commerce traditionnel sur un paradigme absolument différent 🙄

Les « promotions » d’un store ne seront que sur le montant de sa commission et seront à destination des éditeurs pas du client final.

les store non pas le contrôle du prix public

avatar persi | 

Certes mais enfin bon, il est quand même pas mal en tant que vendeur d'encourager l'acheteur à acheter sur le store où on lui prend le moins de commission.
un petit calcul permet d'augmenter ses revenus tout en baissant le prix.

avatar YetOneOtherGit | 

@persi

"Certes mais enfin bon, il est quand même pas mal en tant que vendeur d'encourager l'acheteur à acheter sur le store où on lui prend le moins de commission."

Si pour parvenir à cette encouragement tu sacrifies une part importante du bénéfice de la réduction de la commission cela ne présente que peu d’intérêt et plus encore nous sommes sur des niveaux tarifaires où même une disparition totale de la commission ne changerait strictement rien à la concurrence entre les offres sur les enjeux tarifaires.

avatar YetOneOtherGit | 

@persi

"un petit calcul permet d'augmenter ses revenus tout en baissant le prix."

Un calcul de boutiquier peut-être, mais dans le contexte de marché qui nous intéresse c’est extrêmement discutable.

Les promotion tarifaire sur ce secteur n’ont principalement qu’un intérêt se com, l’éditeur achète de la visibilité à travers une offre promotionnelle qui sera reprise par les médias spécialisés.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> les store non pas le contrôle du prix public

Ils en dictent quand même une partie, via des limites et une grille de tarifs possible.

Essayer de vendre quelque chose 0.01€ ou même x.50€ sur l'AppStore, pour voir.
Si le premier palier c'est 0.99€ (et donc le prix public n'est pas totalement libre), c'est bien parce que Apple veut, à minima, capter 30 centimes, pas 0.3 centimes.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Ils en dictent quand même une partie, via des limites et une grille de tarifs possible."

Argument on ne peut plus spécieux : la quantification de la grille tarifaire ne fait nullement une définition du prix public par le store.

Au passage même si c’est un peu technique, ne sont considérés d’un point de vue comptable comme des produits pour les store que les commission, contrairement au système de distribution classique où c’est le prix de vente qui est considéré comme un produit et le prix d’achat commercial une charge.

La base est quand même de comprendre et d’accepter le modèle économique: une commission d’intermédiation, nullement une distribution par achat/ revente 😎

Pages

CONNEXION UTILISATEUR