Entre une bombe atomique et un restaurant au Kansas, Jimmy Iovine prédit la mort de Spotify

Mickaël Bazoge |

Jimmy Iovine, le grand manitou qui gère les activités musicales d'Apple, sait très certainement ce qu'il fait. Au moment de l'expliquer, c'est tout de suite plus compliqué. Interrogé par Billboard dans le cadre de la promotion du documentaire « The Defiant Ones » qui retrace la carrière de Iovine et de Dr Dre, il est une fois encore tombé sur le râble de Spotify.

Cliquer pour agrandir

Jimmy Iovine n'aime pas Spotify, en particulier l'offre d'écoute gratuite financée par la publicité du service concurrent d'Apple Music. À lire entre les lignes, il en prédit même la mort prochaine : « Les services de streaming sont dans une mauvaise passe, il n'y a aucune marge, personne ne gagne d'argent ». S'il fallait quelqu'un pour savonner la planche de Spotify avant l'entrée prochaine en Bourse de l'entreprise, Iovine est là.

Il est toutefois difficile de donner tort à ce vieux requin de l'industrie de la musique. « Le business du streaming n'est pas un super business. C'est bien pour les grandes entreprises comme Amazon, Apple, Google… Bien sûr, c'est une petite part de leur activité, très bien, mais Spotify est le seul "pure player", pas vrai ? Il leur faut trouver un moyen de transformer ça en vrai business ».

Histoire de se faire bien comprendre, Iovine décline les exemples : « Amazon vend [son abonnement] Prime ; Apple vend des téléphones et des iPad ; Spotify va devoir trouver un moyen pour que ses clients achètent quelque chose ».

Et que se passera-t-il si un jour un des mastodontes du secteur voulaient secouer le cocotier de ce marché ? « Si demain matin Jeff Bezos [le patron d'Amazon] se levait et se disait "Vous savez quoi ? J'ai entendu les mots 7,99 $. Je ne sais pas ce que ça veut dire, et quelqu'un dirait Pourquoi ne pas essayer 7,99 $ pour de la musique". Whoah, devinez ce qui se passerait ! ». Spotify ne s'en relèverait sans doute pas.

Jimmy Iovine donne aussi son avis concernant la technologie, en général. « La position de la technologie dans la vie, pour moi, c'est comme la médecine. C'est comme la science : on voit un problème, on le résout. Et ça ne pense pas aux conséquences sur les autres ». Il poursuit en filant une métaphore risquée :

[Pour la technologie], la bombe atomique [c'est comme] : "Oh nous allons séparer un atome". Ils ne se disent pas "Les gens à Hiroshima vont mourir", vous comprenez ? L'industrie du disque ne sait pas où la technologie va l'emmener. Par le passé, la technologie a aidé. Je vous donne la chaîne des événements : l'album a été transformé en business ; les cassettes, les 8 pistes, changés aussi en business ; le CD, une activité qui a explosé ; qu'est-ce qui a été le truc le plus important ensuite ? Le MP3, qui a divisé par deux le business. Donc, ça peut arriver n'importe quand. Personne ne le sait. Tout le monde essaie de trouver son rôle, là où ils seront au mieux.

🤔 Difficile parfois de suivre le fil de la pensée de Iovine, qui conclut cette interview par une nouvelle pique contre Spotify et les services gratuits. « Transportez-vous au Kansas, sans travail, et YouTube est gratuit, Pandora est gratuit, Spotify est gratuit. Il y a un restaurant en bas de la rue qui sert la même nourriture que le restaurant tout en haut de la montagne qui a cette superbe vue, sauf que le restaurant [du bas de la rue si on a bien compris] est gratuit, beaucoup de monde ira manger là. Ils utiliseront des serviettes en papier, ils s'en foutent des serviettes en tissu ».

Si l'on met de côté le fait que cette histoire se déroule au Kansas (et les serviettes), on comprend en creux ce que Iovine peut vouloir dire avec ses mots à lui : à force d'habituer les gens à la gratuité, ils se contenteront d'une qualité médiocre. « Ce sont des problèmes que l'industrie du disque doit gérer, et je ne sais pas s'ils sont au courant. Et ce n'est pas mon travail » dit celui qui était un des pontes les plus importants de cette même industrie, et qui est aujourd'hui à la tête du deuxième plus grand service de streaming musical au monde.

avatar Soner | 

Un peu perché le mec...

avatar whocancatchme | 

Ils me font marrer les mecs « l’industrie du disque ne gagne rien » les mecs engrangent des milliards chaque année, c’est juste que comparé aux années 80-90, ils ne peuvent plus prendre l’option chromé sur les jantes de leur rolls, quel tragédie !

avatar C1rc3@0rc | 

@whocancatchme

Heu il me semble pas que ce soit ce qu'il dit.
Ce qu'il dit ici c'est que le streaming rapporte que dal (et ça vaut pas beaucoup), et que conséquemment, Apple Music n'est qu'un outil marketing pour vendre de l'iBidule mais certainement pas un business rentable avec d'autres objectifs que la captivité du client.
Ce qui vaut aussi pour Amazon (outil de promotion pour ses fichiers a vendre) et outil de collecte de données pour Google...

Spotify lui a un objectif affiché d'etre rentable avec le streaming qui serait son produit et Iovine nous dit clairement que c'est pas possible...
En fait Iovine entérine ici le principe du streaming similaire a la diffusion radio FM: c'est un outil marketing, donc qui coûte, pas qui rapporte...

Au fond l'idee de l'industrie du divertissement a toujours ete la meme: faire payer pour chaque consultation (ecoute ou visualisation).
l'idee d'un forfait comme modele economique est aussi tabou que celui de la licence globale... donc on se doute bien que les requins du secteur vont faire en sorte que le cout de diffusion en streaming ne puisse pas etre rentable...

On en arrive quand meme dans le streaming au fait qu'un artiste doit etre ecouté 1 million de fois pour gagner 100 euros alors qu'il doit vendre 100 album pour le meme gain... (Adami)

L'autre element intéressant a noter c'est que le streaming s'adresse a une tranche majoritairement de 8-15 ans et concerne une fraction de produits industriels extrêmement limités et ephemeres, ce qui fait que le Top 10 du streaming est un pur produit du resultat du marketing ciblé sur du preado, et que cela exclu la majorité de la production musicale...

avatar Crkm | 

C’est Iovine(un i majuscule), pas Lovine.

avatar deltiox | 

@C1rc3@0rc

Je ne me prononcerais pas sur la totalité
Mais la Radio FM, c’est un business rentable pour bon nombre de stations

avatar C1rc3@0rc | 

@deltiox

Dans l'etude de l'Adami il est question des revenus qui vont a l'artiste.
Le propos de Iovine concerne la rentabilité du streaming en tant que produit de consommation.

La radio FM est un media publicitaire qui est payé par l'annonceur, dont la maison de disque généralement... C'est pour cette raison que les stations d'ailleurs font du martelage en multidiffusion du meme produit (formaté spécifiquement au demeurant pour cette diffusion) sur de tres courtes périodes, qui sont donc des périodes promotionnelles... La rentabilité d'une station c'est donc sont efficacité en tant que surface d'exposition publicitaire.

La rentabilité de Spotify est consideree en tant que resultat de la source de revenus qu'est le streaming, pas comme surface d'exposition publicitaire ( a ce niveau Spotify devrait se mesurer a Google, et la niveau rentabilité Google est difficilement concurrençable et il offre un service en B2B que Spotify ne peut meme par rever).

avatar SugarWater | 

#JCVD (en moins marrant)

avatar Bigdidou | 

@SugarWater

Oups, Grillé.

avatar supermars | 

Ce n'est pas pour dénigrer, mais je n'ai jamais vu une once d'intelligence dans les interventions publiques de ce mec. Y a un truc qui m'échappe.

avatar Paul_M | 

@supermars

Pareil. Je suis confus.

avatar occam | 

@supermars

« [Pour la technologie], la bombe atomique [c'est comme] : "Oh nous allons séparer un atome". Ils ne se disent pas "Les gens à Hiroshima vont mourir", vous comprenez ? »

Que Jimmy Iovine sache vraiment ce qu'il fait ou pas (j'en doute, mais bon), il ne sait certainement pas ce qu'il raconte quant il sort de son domaine. En l'occurrence, il a lâché une connerie plus grosse que tout Apple. Quiconque se penche sur l'histoire de la physique atomique peut se rendre compte du fait que ses protagonistes ont tout de suite réalisé son potentiel destructeur, et beaucoup en ont anticipé les conséquences politiques et éthiques longtemps à l'avance.

Une seule illustration suffira, la célébre lettre rédigée par Leo Szilárd le 2 août 1939, signée par Albert Einstein et remise au président Franklin Roosevelt le 11 octobre 1939 :

« In the course of the last four months it has been made probable — through the work of Joliot in France as well as Fermi and Szilárd in America — that it may become possible to set up a nuclear chain reaction in a large mass of uranium, by which vast amounts of power and large quantities of new radium-like elements would be generated. Now it appears almost certain that this could be achieved in the immediate future.

This new phenomenon would also lead to the construction of bombs, and it is conceivable — though much less certain — that extremely powerful bombs of a new type may thus be constructed. A single bomb of this type, carried by boat and exploded in a port, might very well destroy the whole port together with some of the surrounding territory. »

La fission atomique et la destruction d'une ville comme Hiroshima étaient bien présentes à l'esprit de quiconque avait une compréhension même superficielle de la physique. Et ce ne sont pas les témoignages qui manquent.

avatar supermars | 

@occam

Exactement. Dès le début ce fut un cas de conscience pour ces scientifiques.
Du coup, Iovine dévoile sa propre mécanique de pensée qui me fait penser à la phrase de Rabelais : la science sans conscience n'est que ruine de l'âme.

avatar Trillot | 

Il n'empêche que pour les premiers chercheurs, l'atome n'aboutissait pas à une bombe. Cette lettre est de 1939, pas du début du 20ème siècle.
Et donc les propos de Iovine tiennent bien.

avatar occam | 

@Trillot

"Cette lettre est de 1939, pas du début du 20ème siècle."

Exactement.
Or, Iovine évoque très spécifiquement la fission de l'atome.
Tout se passe en quelques mois, en 1938-39, pas au début du siècle.

La première fission expérimentale a été réalisée par Otto Hahn et Fritz Strassmann le 17 décembre 1938. L'analyse théorique en a été fournie par Liese Meitner et Otto Frisch en janvier 1939. La lettre de Szilárd date du 2 août de la même année. Sans parler, à titre d'exemple, des physiciens du "groupe de la via Panisperna", comme Fermi, Segré ou Majorana, qui avaient anticipé le résultat, imaginé les conséquences, et débattu de leurs responsabilités.

avatar C1rc3@0rc | 

@ occam

Encore une fois un grand merci pour ce commentaire...

avatar iPop | 

@supermars

Pourtant il a pas tort. C'est plein de métaphore mais on comprend.

avatar supermars | 

@iPop

Il n'a pas tort (peut-être), mais c'est un peu une banalité qu'il nous sort là.

avatar CorbeilleNews | 

Je préfère payer 10 euros Spotify que 5 euros Apple Music (réduc spéciale que je ne peux détailler ici) car Spotify est multiplateforme surtout sur Linux.

Les écosystèmes fermés je les met d'office de côté. Pareil quand je dois acheter des appareillages à plusieurs milliers d'euros non pilotables sous autre chose que windows : tant pis pour eux, ils sont fermés, alors je fais pareil !

avatar Lestat1886 | 

@CorbeilleNews

Apple music est sur Android et windows c’est un des seuls services Apple « ouvert ». Et quand on parle de streaming c’est fermé par nature! Spotify est mukti plateforme mais ta musique est chez spotify

avatar armandgz123 | 

@Lestat1886

L'application Android est horrible et je ne parle même pas d'Apple music sur Windows... contrairement à Deezer et Spotify

avatar CorbeilleNews | 

@Lestat1886

Mais cela me permet d'abandonner le mac au profit de linux. Tout comme Firefox ou Thunderbird.

Vous jouez avec les mots ou faites semblant de ne pas comprendre ?

Respectueusement

avatar supermars | 

@CorbeilleNews

Étrange la dernière ligne :-)

avatar CorbeilleNews | 

@supermars

Je leur montre a ma manière où mène la fermeture : perte de marché

Tout le monde n'utilise pas windows et c'est nous prendre en otage que de ne proposer le soft sous windows.

avatar en ballade | 

@CorbeilleNews

"Je préfère payer 10 euros Spotify que 5 euros "

D’autant que Spotify est une boîte européenne.

avatar NyuReZ | 

Il est un peu à vomir celui là dans le genre gros requin ... C’est écœurant la suffisance qui transparaît dans son discourt.

Une prétention hallucinante, sans parler d’un choix de mot même plus douteux à ce niveau là...

En attendant, la meilleure défense c’est l’attaque. Et à moi il me donne surtout l’impression que tout Goliath qu’il est, il a drôlement la pétoche d’être incapable de désinguer David.

avatar Lestat1886 | 

@NyuReZ

Quand tu vois ce que certaines personnes genre Bill Gates ou Musk pensent de technologies comme l’intelligence artificielle, je ne vois pas en quoi ce qu’il dit là est douteux...Quand au gratuit, le succès des modèles freemium par exemple lui donne raison... Ce qu’il oublie de dire par contre c’est que Spotify est financé par la pub, la gratuité est relative

il est peut-être moins éloquent mais au fond c’est pas si différent. Il faut aussi dire que le ton de l’article ne le prend pas au sérieux

avatar NerdForever | 

@NyuReZ

Complètement d'accord! Le mec à demi mot il prétend que ceux qui n'ont pas de sous pour Apple ils sont bon pour manger à l'armée du salut... et que c'est des bouseux sans emploi du kansas... sympa pour les habitants du kansas... je pense que de tels propos aux États Unis sont condamnables et pourrait amener à des opérations de boycott... heureusement Apple maîtrise la communication générale de sa marque et arrivera à effacer de tels propos ignobles... la volonté reste...

avatar NikoLeGaulois | 

Personnellement, je préfère les prédictions de Spotify avec leurs Daily Mix que celles de Apple Music.

avatar Lestat1886 | 

Il a pas totalement tord si on fait vraiment attention à ce qu’il dit

avatar manu666 | 

@Lestat1886

Et oui je suis bien d’accord avec toi.

avatar Mickaël Bazoge | 

@Lestat1886

C’est vrai, mais c’est parfois brumeux...

avatar p@t72 | 

Souvent....
À défaut d'être lumineux !

avatar spece92 | 

Spotify n'est pas rentable tous les initiés le savent,http://blog.economie-numerique.net/2017/01/13/spotify-enfin-rentable-en-...
Même Tidal s'en sort mieux (niveau rentabilité)

avatar alan1bangkok | 

Jimmy Lovine et ses traditionnelles interviews surréalistes
Chapeau melon... et chevilles assorties

avatar elbibou | 

Quelle arrogance sans blague

avatar NEWIPHONE76 | 

@elbibou

Il a le mérite d’essayer au moins 🤪
Plus sérieusement, j’arrive à voir où il veut en venir (je dois être 😜 comme lui) mais les exemples sont (très) mal choisis et finissent par taper à côté. Le souci principal est qu’il renie ses « origines » pour défendre son bifteck. Sinon le reste, c’est de bonne guerre, il est dans son rôle mais de mon point de vue, absolument pas crédible !!!

avatar Malouin | 

Perso, je partage le point de vue. J’ai souscris à Qobuz, un service chez qui rien n’est gratuit. Le service gratuit n’existe pas... Et ce qui est gratuit n’a pas de prix : offrir un service de qualité coûte forcément.

avatar Steve Molle | 

Déjà première chose : qu’il arrête la coke

Second point : à quoi sert il au juste ??

avatar harisson | 

Une machine à cash pure, destructrice, réductrice, dysfonctionnelle et froide ce Iovine /o\

avatar Silverscreen | 

A quoi il sert : déjà il apporte son carnet d’adresses. Secundo : c’est un’producteur de musique reconnu. Ingé son, il bossait avec Springsteen et sur la bande son enbarquée par Voyager. Ensuite il a produit Patti Smith, Tom Petty ou encore U2, au cours des années 1970 et 1980. Cofondateur d'Interscope Records en 1990 (Trent Reznor, Marylin Manson, NIN), Iovine préside ensuite le label Interscope Geffen (Nirvana) A&M (en), filiale d'Universal Music Group. En 2008, Jimmy Iovine cofonde Beats Electronics avec Dr. Dre.

Il a peut être des propos façon JCVD mais sur le fond il a raison (streaming seul pas rentable) et deuxio on lui doit l’arrivée de Trent Reznor et Dr Dre chez Apple et rien que ça, c’est quand même bien fun ;)

avatar Vaudan | 

@Silverscreen

Ce n’est pas parce que tu as été/es quelqu’un que cela fait de la personne un argument d’autorité.

avatar p@t72 | 

Bon pour u2 faut dire que c'est devenu de la grosse bonne daube depuis rattle and hum!

avatar Crkm | 

@MacG

Vu que l’erreur sur le nom de Iovine semble assez commune, ne pensez vous pas qu’il serait temps de passer à une police d’écriture avec serif, beaucoup plus lisible?

avatar WillyRonis | 

SPOTIFY !? c’est pas la plateforme musicale qui offre bien plus de choix et qui est la plus ouverte de toutes...
je suis apple addict mais franchement et de loin je préfère Spotify...

avatar AlexG | 

@WillyRonis

Ce n'est pas la question. Iovine indique juste que la politique de Spotify les mènera droit dans le mur selon lui.

avatar p@t72 | 

En même temps il bosse pour la pomme...
Il est dans son rôle!

avatar pierre973 | 

Sauf que question qualité, les serviettes en papier elles sont chez Apple !! La qualité de compression est beaucoup moins bonne que chez Spotify. Il suffit d'écouter le même morceau sur les deux plateformes avec la même chaîne hifi un minimum qualitative pour s'en rendre compte!!!

avatar headoverheel | 

@pierre973

Les 2 services proposent un niveau de qualité sonore similaire. Après, si ton cerveau a décidé que le son était meilleur sur Spotify, tes oreilles le confirmeront.

avatar Paul_M | 

@pierre973

La bonne blague. Le classique placebo du pseudo-audiophile qui pense pouvoir entendre à l'oreille la différence entre du MP3 320kbps et du AAC 256kbps.

Qu'on me fasse pas dire ce que j'ai pas dit, Spotify a quelques avantages sur Apple Music (ses suggestions et la découverte de musique notamment), tandis qu'Apple Music est largement mieux intégré à iOS/macOS.
Mais la différence de qualité sonore, soyons sérieux...

avatar AlexG | 

@Paul_M

Tout à fait d'accord avec toi. Pour entendre la différence, il faut une bonne transmission de l'émission au récepteur, et de l'excellent matériel d'écoute.
J'avais essayé Qobuz un mois, et ça n'avait aucun intérêt pour moi. La plupart des morceaux n'étaient pas en qualité CD, et en comparant avec Spotify, je ne percevais aucune différence, et dieu sait que je suis audiophile.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR