Mwc 2013



Mems|cam : l’effet Lytro dans un smartphone

DigitalOptics présentait au MWC le Mems|cam, un système autofocus basé sur un microsystème électromécanique plutôt que sur une traditionnelle bobine mobile. Plus fiable, Mems|cam est aussi plus rapide et permet par exemple d’envisager d'intégrer un effet Lytro aux appareils des smartphones.

La mise au point a posteriori ou « effet Lytro ».

L’utilisation d’un système MEMS permet en effet de mettre au point deux à trois fois plus rapidement qu’un système à bobine mobile. On peut donc prendre une rafale de plusieurs images sur des plans focaux différents et les combiner pour former une image finale dont on peut changer la mise au point après coup, à la manière des images du Lytro.

Le Lytro conserve l’avantage de permettre théoriquement de choisir parmi une infinité de plans focaux, alors que Mems|cam limite logiquement au nombre de vues prises. La démonstration donnée au MWC offrait tout de même six plans focaux différents, ce qui nécessite pour le moment près d’une seconde d’allers-retours de l’autofocus en plus du temps d’exposition. On peut néanmoins imaginer qu’à court terme, on puisse prendre des photos à main levée qui offriraient la mise au point a posteriori sur deux ou trois plans focaux.

Le système de DigitalOptics possède l’énorme avantage de se greffer à un capteur traditionnel, ici un capteur 8 Mpx d’OmniVision, et de fournir des photos en pleine résolution. Si on ne peut donc mettre au point que sur un nombre limité de plans, on peut le faire sur des photos de 8 Mpx (ou plus selon le capteur), alors que le Lytro est limité à 1,2 Mpx.

Mems|cam est d’ores et déjà testé par des fabricants, mais cette technologie est encore assez chère (25 $ pièce pour une commande 10 000 pièces) et difficile à intégrer (5,1 mm d’épaisseur). Dans un futur proche néanmoins, les performances des autofocus de nos smartphones et de nos compacts devraient donc être grandement améliorées grâce aux MEMS, et quelques fonctions novatrices comme la mise au point a posteriori pourraient donc leur être ajoutées à moindres frais.

[DigitalOptics via LaptopMag]



MWC 2013 : bilan en images

Le Mobile World Congress 2013 a fermé ses portes : l'occasion de revenir sur les annonces de cette année en images.


Lire la suite

Tags:


MWC 2013 : le palmarès des téléphones, tablettes et applications de l'année

Plusieurs produits ont été distingués à l'occasion du Mobile World Congress de Barcelone. Les "Global Mobile Awards 2013" récompensent des matériels et services au fil de 31 catégories.

HTC a remporté le prix du meilleur nouvel appareil (téléphone ou tablette) montré au MWC 2013 avec son One. Ce modèle 4,7" qui représente aujourd'hui le haut de gamme du constructeur (lire aussi Prise en main du HTC One).

Samsung prend la meilleure place dans 5 catégories dont celle du fabricant de l'année, celle du produit électronique doté de capacités mobiles avec son appareil photo Android, le Galaxy Camera et celle du meilleur smartphone avec le Galaxy S3. « Avec une présence sur de multiples marchés, une réussite globale avérée et des fonctions de pointe comme le Pop-Up Play, Smart Stay screen et la NFC, c'est la success story d'Android » ont résumé les juges.

Le Pop-Up Play désigne cette capacité à lancer une vidéo et la maintenir dans un endroit de l'écran tout en étant dans une autre application.

L'autre fonction citée est celle qui évite que le téléphone ne se verrouille automatiquement lorsque vous le consultez longuement (par exemple en lisant). Dès qu'il voit votre visage s'écarter, le verrouillage alors peut se faire.

Signe des temps, c'est pour ses téléphones low cost que Nokia est distingué. Avec son Asha 305, un mobile de 3" non Windows Phone à double carte SIM et dont l'expérience utilisateur a été appréciée pour un mobile d'entrée de gamme.

Enfin, la meilleure tablette est la Nexus 7 conçue par Asus et Google, louée pour ses performances et son format qui a « donné de la crédibilité » au segment 7".

Trois applications mobiles ont été récompensées, celle de Facebook [5.5] pour le grand public, Evernote pour les entreprises [5.1.2] et comme meilleure d'entre toutes, c'est Waze qui est sorti du lot [3.6]. Ce GPS gratuit qui s'appuie sur une large communauté d'utilisateurs (lire Waze évite les routes fermées).

Ce concours est supervisé par 150 juges à travers le monde, des analystes, experts, journalistes et, selon les catégories, des représentants des opérateurs. Quant aux appareils et services en lice, ils ne sont pas choisis à la base par ce jury, mais soumis par les fabricants, moyennant des frais de participation de quelques centaines d'euros par produit. Apple ne venant pas au Mobile World Congress, on peut supposer qu'elle ne fait pas non plus acte de candidature à cette compétition.

Tags: ,


Prise en main des nouveaux LG Optimus

Dernière prise en main de ce MWC 2013, celle des nouveaux LG. Et une fois n’est pas coutume, nous n’avons pas gardé le meilleur pour la fin…


Lire la suite



Prise en main du Yotaphone à deux écrans

Le Yotaphone ressemble à tous les autres smartphones 4,3" sous Android. Jusqu’à ce qu’on le retourne et que l’on découvre son deuxième écran. Prise en main.


Lire la suite



Prise en main du HTC One

HTC a minimisé sa présence au MWC, se contentant d’un petit stand un peu à l’écart. L’occasion de passer un peu de temps avec son nouveau modèle, le One, présenté il y a quelques jours.

Les photos ne rendent pas justice au One, surtout sous l’éclairage violet et vert du stand de HTC. Avec sa coque monocorps tout en métal au dos arrondi, le One est tout aussi luxueux que l’iPhone 5. Il est même un peu plus rassurant, peut-être parce qu’il tient mieux en main, peut-être parce qu’il n’a qu’un seul chanfrein poli. Dans tous les cas, c’est une incontestable réussite.

Autre réussite, l’écran. HTC s’est réfréné et n’a pas dépassé 4,7", mais y a casé 1 920 x 1 080 pixels, pour une définition record de 468 ppp. Ajoutez-y des couleurs vives mais pas trop, et une bonne luminosité et vous obtenez, en un mot comme en cent, un écran magnifique. Le saut qualitatif entre un écran Retina et cet écran est moins impressionnant que celui entre un écran non-Retina et un écran Retina, mais n’en demeure pas moins sensible.

Le niveau global de performances est excellent grâce au processeur quadricœur 1,7 GHz, le tout nouveau Snapdragon 600, accompagné par 2 Go de RAM. La nouvelle surcouche de HTC, dont l’écran d’accueil rappelle Windows Phone et Flipboard, masque un peu cette puissance avec des transitions trop longues et des effets superflus encore trop présents.

Cet écran d’accueil, baptisé BlinkFeed, laisse d’ailleurs une impression mi-figue mi-raisin. Il est censé donner des informations d’un coup d’œil, mais les vignettes sont si grandes qu’il faut défiler pour ne voir ne seraient-ce que trois titres. C’est une constante de Sense : à force de vouloir trop en faire, HTC finit par créer du bruit, beaucoup de bruit. On peut heureusement masquer BlinkFeed.

L’appareil photo Zoe laisse une meilleure impression. S’il est impossible de juger de la qualité réelle des photos vu l’environnement d’exposition, la capacité d’enregistrer des sortes de photos animées, d’une durée de trois secondes, se révèle plus intéressante et utile que prévue (les parents risquent d'apprécier). Le mode rafale de HTC est toujours aussi pratique pour sélectionner la photo parfaite parmi une sélection de 20.

Le HTC One sera disponible au mois de mars pour moins de 700 €.



MWC 2013 : ceux qui ne sont pas là

Les grands acteurs du monde du mobile ne font pas d’annonces au Mobile World Congress cette année, mais y sont quand même présents — avec un stand immense, même, dans le cas de Samsung. Mais certains n’ont pas fait le déplacement ou sont très discrets, ce qui est sans doute encore plus révélateur de leur état et de leur état d’esprit.

Le stand de Motorola a des airs de ville déserte.

Apple n’a jamais participé au MWC, mais quelques-uns de ses ingénieurs parcourent comme chaque année les travées du salon. De nombreux fournisseurs sont en effet présents, certains partenaires d’Apple de longue date, d’autres qui pourraient le devenir dans le futur. L’ombre de la firme de Cupertino plane néanmoins sur le MWC, directement ou indirectement.

C’est peut-être moins vrai cette année que les précédentes, mais l’iPhone reste un étalon à la mesure duquel les autres appareils sont comparés. Sa rareté dans les rues de Barcelone ne fait que renforcer sa présence dans les mains des journalistes et des participants au MWC. Les très nombreux accessoiristes présents continuent à privilégier l’iPhone, même s’ils s’adressent de plus en plus aux propriétaires de Samsung Galaxy.

BlackBerry est totalement absent de ce MWC. La firme canadienne a sponsorisé un événement qui se déroulait la veille de l’ouverture du salon, mais y a limité sa présence à huit appareils seulement. Voilà qui résume sans doute sa position actuelle sur le marché, en marge et à la recherche d’un nouveau succès.

Motorola est bien présente, mais se fait très discrète. Relégué au fond d’un hall, derrière les deux attractions que sont les stands de Samsung et de Nokia, l’emplacement de la filiale de Google est désespérément vide de produits et de passants. On serait là aussi tenté de dire qu’il s’agit d’un bon résumé pour ce qui est en train de se transformer en coquille vide à l’ombre de Google.



Prise en main de la Sony Tablet Z

Présentée fin janvier au Japon, la Tablet Z est une des principales attractions sur le stand de Sony — on comprend pourquoi une fois qu'on l'a touchée.

La première sensation est la surprise : cette tablette 10,1" ne mesure que 6,9 mm d’épaisseur pour un poids de seulement 495 g. C’est très léger et très fin, mais en même temps très solide : la Tablet Z résiste bien à la torsion et les caches des ports qui lui assurent une protection aux projections et aux poussières semblent fiables.

L’écran 1 920 x1 080 px est de bonne facture, quoique sans doute un peu trop brillant. On retrouve le processeur Bravia 2, qui propose des couleurs très riches, presque trop. Difficile de faire la fine bouche devant le niveau de performances offert par le processeur quadricœur 1,5 GHz, les 2 Go de RAM et la puce graphique Adreno 320.

La Xperia Z regorge de petits détails fonctionnels : elle intègre la suite d’apps et de contenus Sony, elle intègre un module infrarouge pour faire office de télécommande et la NFC pour être connectée rapidement à un système sonore compatible par exemple. On notera que les 16 ou 32 Go de stockage peuvent être étendus par carte microSD et que son capteur 8,1 Mpx Exmor R n’est pas mauvais du tout.

Le nouveau langage visuel de Sony en a fini avec les bizarreries des Tablet S et P, au profit de lignes simples et épurées. L’abandon des arrondis signifie que la Tablet Z est un peu moins agréable à prendre en main, mais sa légèreté et le dos mat et légèrement agrippant compensent. Simple, légère, classieuse, la Tablet Z impressionne comme rarement une tablette Android l’a fait.

La date de lancement de la Tablet Z est encore inconnue, mais les prix seront « similaires » à ceux des tablettes concurrentes selon un représentant de Sony.



Firefox OS : Sony intéressé, Samsung non

Les journalistes jouent tous au même petit jeu ici au Mobile World Congress : en passant sur le stand d’un fabricant de smartphones, ils demandent au plus haut gradé qu’ils puissent trouver si sa société compte lancer des appareils sous Firefox OS. Et les réponses sont inhabituellement claires.

L’opérateur Telefonica nous a confirmé travailler avec Sony au lancement d’un appareil sous Firefox OS en 2014. Le fabricant japonais continuera à utiliser Android et sa suite de services propriétaires pour le milieu et le haut de gamme, mais explorera les marchés émergents avec cet OS libre.

Samsung ne s’intéresse par contre absolument pas à Firefox OS, comme l’a appris Cnet. Le n° 1 mondial de la téléphonie mobile dispose déjà d’un OS compatible avec les webapps et taillé pour les appareils les moins puissants, Tizen. Et Samsung n’a jamais hésité à faire entrer Android au chausse-pied dans un appareil d’entrée de gamme.

Les soutiens de Firefox OS restent donc pour le moment limités à une start-up espagnole (Geeksphone), trois fabricants chinois méconnus en Europe mais ayant une force de frappe non négligeable (Huawei, ZTE et Alcatel One Touch) et seulement deux acteurs de premier plan, LG et Sony.



Prise en main du Fujitsu Stylistic S01

Fujitsu s’attaque aux marchés européen et américain par des marchés de niche où la pression concurrentielle est la moins forte. Moins d’un quart des seniors français ont un smartphone, contre près de la moitié de la population générale — or Fujitsu est un spécialiste des appareils pour les utilisateurs « mûrs ». Prise en main du Stylistic S01.