Retour vers le futur du rétro-gaming : Trism

Mickaël Bazoge |

Cet été sur iGen, retrouvez chaque semaine le nouveau test d'un vieux jeu iOS. Valent-ils encore le coup aujourd'hui ? Que sont-ils devenus ? Aujourd'hui : Trism [1.51 – US – 2,69 € – iPhone/iPad - Demiforce LLC].

C'était quand ?

La jeune histoire de l'App Store est parsemée de ces success stories de développeurs indépendants qui ont gagné des fortunes avec leurs applications. Si aujourd'hui une véritable industrie s'est créée autour de l'App Store (avec ses avantages et ses inconvénients), en 2008 la boutique d'Apple ressemblait à un sympathique far-west où un développeur en herbe pouvait effectivement décrocher la timbale avec un concept fort.

C'était le cas de Steve Demeter avec son jeu Trism. Sorti dans la foulée de l'ouverture de l'App Store, ce titre a rapidement connu un gros succès auprès des propriétaires d'iPhone (le modèle 3G, à l'époque) et d'iPod touch. Trism a généré, en deux mois de présence dans la boutique, la bagatelle de 250 000$ ! À l'époque, le jeu coûtait 4,99$ : cela signifie qu'il s'en était écoulé, en moyenne, 1 200 copies chaque jour.

Trism a pourtant une histoire avant l'App Store. Le jeu a en effet été d'abord proposé aux courageux ayant déplombé leurs terminaux mobiles (lire : Trism joue avec l'iPhone et le touch) ! Cette reconnaissance sur la scène du jailbreak a sans doute permis au jeu de connaitre ce gros succès une fois « officiellement » disponible dans l'App Store.

C'était quoi ?

Trism est l'un des premiers représentants, si ce n'est le premier, d'un genre qui connait toujours un gros succès sur iOS : le match 3. De fait, il s'agit de supprimer des triangles de couleur en les regroupant suivant leurs coloris. On peut glisser une rangée de triangles latéralement vers la gauche ou la droite, ou bien en diagonale. À l'époque, le jeu apporte même le support de l'accéléromètre : il faut basculer l'iPhone de manière stratégique afin d'éviter les « trous noirs » au moment de supprimer des triangles. Une dimension stratégique inédite pour un match 3.

C'était bien ?

Même chaussé de nos lunettes de 2014, Trism reste un jeu complexe, où la stratégie tient une place particulière. En plus d'une prise en main qui nécessite un peu d'entraînement, le jeu multiplie les chausse-trappes liées à la nature même des blocs (triangulaires, donc) que l'on doit supprimer.

Trism comprend trois modes de jeu qui se doublent d'un niveau Starshine (consistant à réaliser un grand nombre de points) à débloquer pour chacun. Le mode le plus intéressant est sans doute Syllogism, dans lequel il faut user de l'accéléromètre tout en réduisant au maximum le nombre de mouvements.

Et aujourd'hui ?

Même si Trism n'a pas créé le genre du match 3 (après tout, Bejeweled existe depuis 2001), il a ouvert la voie au flot continu de jeux du même genre sur l'App Store, jusqu'à Candy Crush Saga [1.34.1 – US – Gratuit (achats in-app) – iPhone/iPad – 48,4 Mo - King.com Limited]. Étrangement complexe et volontiers ardu, Trism se laisse encore jouer aujourd'hui même s'il mériterait un petit rafraîchissement graphique — ne serait-ce que pour s'adapter aux écrans Retina de 4 pouces.

La dernière mise à jour du jeu date du 2 août 2010. Depuis, on n'a plus trop entendu parler de Steve Demeter. En avril 2013, le développeur annonçait Trism 2, qui reprenait la jouabilité de son prédécesseur, avec beaucoup plus de bonus et une ouverture vers le social (lire : Jeux : Trism aura une suite). Malgré l'avancement du jeu qui semblait complet à l'époque, plus d'un an plus tard, aucune nouvelle. Mais il n'est pas trop tard…


avatar Adrienhb | 

Excellente idée cette rubrique. Un article sur les geoDefense est-il prévu ?
(Raaah s'ils pouvaient être mis à jour)

avatar Le_iPodeur | 

Ah purée oui les geoDefense !

avatar Lemmings | 

Les match 3 sont bien plus vieux que ça, columns sur game gear avait déjà tout le système de jeu de candy crush en 1990 !

avatar Mickaël Bazoge | 
Oh oui, et je suis sûr qu'on peut remonter encore plus loin. Mais Columns, c'était vraiment cool !

CONNEXION UTILISATEUR