A propos du retrait de VLC de l'App Store

Anthony Nelzin-Santos |

vlcL'aller-retour de VLC sur l'App Store est un beau sac de nœuds. C'est la société parisienne Applidium qui a développé l'application pour iPhone et iPad, en accord avec VideoLAN qui porte le projet. La réaction d'Applidium au sujet du retrait de VLC de l'App Store semble pourtant indiquer une certaine confusion (lire : VLC a quitté l'App Store).

Le code de VLC est soumis à la licence GPLv2, qui offre dans l'esprit : la liberté d'exécuter le logiciel, pour tous les usages ; la liberté d'étudier le fonctionnement d'un programme et de l'adapter à ses besoins (pour ceci, l'accès au code source est une condition requise) ; la liberté de redistribuer des copies ; la liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations pour en faire profiter toute la communauté (là encore, l'accès au code source est une condition requise) (OSI et GNU). Le portage de VLC sur iOS permet de réaliser la première liberté en le faisant accéder à une nouvelle plateforme. Mais parce que cette version iOS est publique, son code doit être rendu public pour que la communauté puisse en bénéficier : ce n'est pas un problème, d'autres applications placées sous l'égide de la GPL étant disponibles dans l'App Store fournissant leur code source, comme Wordpress ou Wikipedia.

Le problème vient de la troisième liberté : dès la disponibilité de VLC sur l'App Store, la FSF (Free Software Foundation) est montée au créneau, tout comme Rémi Denis-Courmont, un des principaux contributeurs à VLC et employé de Nokia (lire : VLC en sursis sur l'App Store ). « Un avis formel de violation de copyright a été envoyé aujourd'hui à Apple, Inc. concernant la distribution de VLC Media Player pour iPad, iPhone et iPod touch. VLC Media Player est un logiciel libre licencié exclusivement sous les termes de la licence publique générale GNU open source (GPL). Ces termes sont contrariés par les règles d'utilisation de l'App Store avec lequel Apple distribue les applications aux utilisateurs de ses appareils mobiles. » pouvait-on lire dans sa missive.

Selon la FSF, la licence GPL est incompatible avec les conditions de l'App Store, point qui a provoqué de nombreux débats au sein de la communauté du libre. Un utilisateur d'un logiciel soumis à la licence GPL ne peut en effet pas renoncer à une des quatre libertés, mais en imposant une DRM sur les applications, Apple empêche une libre transmission des applications, violant ainsi le principe de « libre redistribution des copies », que l'application soit gratuite ou payante. Ce bref résumé du problème est très incomplet, car chacun interprète de manière légèrement différente GPL et conditions de l'App Store, sans pouvoir bien trancher : Jean-Baptiste Kempf, président de VideoLAN, a par exemple fustigé la conduite de la FSF, lui reprochant d'instrumentaliser VLC au profit de son radicalisme. Bref, la FSF se serait offert un coup de communication facile sur le dos d'Apple (lire : Crise de communication pour VideoLAN ). Rémi Denis-Courmont a pris acte du retrait de VLC de l'App Store, écorchant au passage ceux qu'il appelle « les fanboys Apple ».

Ce manque total de sérénité autour de questions qui mériteraient du calme et de la réflexion ne permet aujourd'hui pas de trancher : il est probable qu'Apple ait préféré se débarrasser de ce problème de la manière la plus simple qu'il soit. Applidium ne pense pas que la licence de l'App Store soit incompatible avec la GPL : « La plainte de Rémi Denis-Courmont nous a surpris, dans la mesure où nous avions reçu l’accord de l’association VideoLAN pour porter VLC sur iOS. Certains membres de l’association nous ont d’ailleurs aidés à réaliser ce portage. Cela va sans dire, nous pensons toujours que la licence de l’AppStore n’est pas incompatible avec la licence GPLv2 de VLC. En conséquence, ensemble avec VideoLAN, nous faisons de notre mieux pour que cela ne soit pas la fin de VLC/iOS. En conclusion, nous trouvons cela dommage d’empêcher des millions d’utilisateurs de profiter d’une application Open Source … au nom du logiciel “libre”. »

On imagine mal Apple faire un geste pour faciliter la résolution de ce problème (permettre par exemple de ne pas utiliser de DRMs sur certaines applications), ce qui laisse toujours en suspens la question des autres applications libres disponibles sur l'App Store. Le salut de VLC sur iOS viendra donc plus probablement de longues discussions entre les différents acteurs de la communauté du libre sur le cadre exact de la GPL et ses possibles incompatibilités. En attendant, le lecteur multimédia est disponible par le biais de Cydia.


avatar ptibenny | 
Heureusement qu'on peut la garder, elle me sert bien :-)
avatar candidemac | 
Bravo le mec. Quel couillon. Il ne se rend pas compte qu'il ridiculise et dessert les défenseurs du libre en les faisant passer pour des guignols prêts à tout pour faire parler de leur idéologie. Sacrée coup de pub, bravo, et merci ! Le libre vient de faire quelques pas en arrière. Les "fanboys Apple" auront raison de dire qu'Apple a agi de la meilleure manière qu'il soit, Applidium perd un peu la face malheureusement, et l'employé de Nokia passe pour un employé de Nokia. Ahah, il a tout gagné. Quel gâchis...
avatar marcplemay | 
Si les "fanboys Apple" sont d'accords pour d'Apple mettre un DRM sur un logiciel libre, ils sont effectivement des fanboys ...
avatar Marksanders | 
@ lukasmars : Tu as des logiciels ou technos libres sur des appareils tout aussi fermés qu'un iPhone. Apple pourrait sans doute ne pas mettre de DRM sur les apps gratuites.
avatar Dwigt | 
surtout qu'il suffit de recompiler l'application via le code source et on peut distribuer le fichier à qui veut...
avatar solea | 
En gros, tout le problème c’est parce que si l’on peut télécharger le programme, gratuitement, où et quand l’on veut, on ne peut pas utiliser une copie faite soi-même du fichier ipa à cause des DRM qu’Apple crée à la volée, c’est ça ? Bon, je n’ai jamais vraiment compris ces choses-là (un peu comme le coup du H264, gratuit pour la lecture, mais que l’on refuse de supporter dans Firefox car il est payant et pas libre pour la création, obligeant donc à installer des plug-ins), cela va à l’encontre des utilisateurs, comme si les membres de la communauté du libre ne faisaient des programmes que pour eux-même. Peut-être faudrait-il commencer à se soucier de l’utilisateur dans ces histoires de licences… Enfin, je m’en fiche, j’ai VLC sur mon iPhone et mon iPad, et je le garde. Mais je pense aux gens qui ont travaillé sur l’application, et je me dis que c’est tout de même assez incroyable que le type qui s’occupe de VLC ne soit finalement qu’un pion sans poids, malgré l’investissement que lui demande son projet. On dirait une major qui interdit à un artiste de faire telle ou telle émission car c’est pas bon pour son image. (et je me doute bien que c’est fort complexe, mais moi je ne suis qu’un bête utilisateur, le genre de type à qui s’adressent ces programmes, en fait, et qui a fait la promo de Firefox ou de VLC à leurs débuts sans jamais penser que ce genre de situation ubuesque pouvait survenir, alors je donne juste mon ressenti de consommateur lambda :P)
avatar Ellipse | 
Concernant le H.264, la démarche va cette fois-ci et sans interprétation possible clairement dans le sens de l'utilisateur, d'autant que des solutions 100% libres (BSD) et techniquement viables existent telles que WebM. Encoder/décoder légalement (j'insiste sur le légalement) du h.264 pour un petit éditeur ou du logiciel libre, c'est très difficile voire impossible vu le coût de la licence: 5M$ par année. Montant qui revient au MPEG-LA et donc indirectement à Apple et Microsoft, adhérents du MPEG-LA et détenteurs de brevets sur le h.264, d'où la propagande de ceux-ci sur le sujet. Ou comment les géants vont réussir à verrouiller le marché de la vidéo post-Flash sur le web rien que pour eux.
avatar solea | 
@RickDeckard Il me semblait pourtant avoir lu que la licence ne coûterait rien à ceux qui ne produisent pas de contenu, contrairement à ce qui était prévu au départ. En faisant une (brève) recherche, l’actualité est traitée en août 2010, et des différentes sources que j’ai pu lire, ne dénoncent tout au plus que le maintien des coûts pour les propriétaires des sites produisant/hébergeant des vidéos payantes, ce qui ne concerne donc aucunement les navigateurs. http://www.mpegla.com/Lists/MPEG%20LA%20News%20List/Attachments/231/n-10-08-26.pdf (mais il me manque peut-être un élément important, ou une notion que je ne saisis pas)
avatar Ellipse | 
"its AVC Patent Portfolio License will continue not to charge royalties for Internet Video that is free to end users" La clé, c'est le "end users" donc nous, les utilisateurs finaux et ca concerne que l'encodage et streaming de contenu gratuit. Tout le reste dont la licence de décodage pour les navigateurs est toujours d'actualité. Plus de détails: http://blogs.computerworlduk.com/simon-says/2010/08/hold-the-h264-celebrations/index.htm
avatar solea | 
@RickDeckard Merci beaucoup pour la réponse et l’article :)
avatar Marksanders | 
@ RickDeckard : pourtant des logiciels pas chers encodent en H264. La licence est sur le décodage il me semble. C'est pour ça que Firefox doit payer et ne veut pas du h264.
avatar elgha6 | 
Sinon ils auraient pu laisser la distribution sur l'AppStore, et librement distribuer les sources par ailleurs. Ça n'aurait pas été le premier cas de double licence. M'enfin ils avaient décidé que ça ne leur plairait pas de toute façon. C'est quand même dommage qu'un type payé par la concurrence et des gens extérieurs au projet soient les plus acharnés.
avatar manu1707 | 
@ Artanis : Oui, mais on ne peut pas ajouter de licence deux ans après, quand des dizaines d'autres auteurs ont contribué sous la première licence. Il faudrait demander l'avis de tout le monde à l'unanimité, or y'a sûrement un zigoto dans le tas qui fera son intéressant.
avatar tilho | 
Minicontrib: 1- le clash était malheureusement inévitable comme le montre l'article. 2- la double licence est une idée stimulante Artanis mais malheureusement irréalisable en l'état : ça revient à accepter n'importe quel usage pour peu que les sources soient dispos. 3- La population assez disparate iOS a un pouvoir d'achat globalement supérieur + une vraie frustration de l'utilisateur final pour un soft au très fort potentiel => peut amener des sous/de l'énergie/de nouvelles voies vers une solution iOS (surement Applidium pour peu de modifications) Bref ce conflit est à suivre au plus prêt et avec le plus possible de calme (et ce sera pas facile I know ;) ) Quoi qu'il en soit merci Anthony Nelzin pour votre article, le premier d'un (grand) site Mac/iGén qui cherche à faire avancer le lecteur, so encore une fois Merci!
avatar brunitou | 
Je trouve la position de FSF totalement correcte. A partir du moment où elle défend une licence libre et que celle-ci n'est pas respectée, c'est normal qu'elle monte le ton. Les conditions de l'AppStore sont en contradiction avec l'open source. Il n'y a pas que les DRM, il y a aussi les NDA et tout une série de termes (sur 10 pages) qui font de la plate-forme d'Apple un espace clos et fermé où le seul à décider de l'avenir d'une application est frappé de naissance par une pomme.
avatar iphong | 
Simple question : et sur Cydia ? Je peux faire ce que je veux de ma copie ? Je peux la redistribuer ?
avatar winstonsmith | 
@ seb2nim : Oui, d'ailleurs c'est déjà le cas pour VLC.
avatar marian | 
@biniou : le problème est qu'aujourd'hui personne ne peut dire si oui ou non la licence GPL est incompatible avec l'App Store. Jean-Baptiste Kempf a fait un article assez long analysant les textes des licences (http://mailman.videolan.org/pipermail/vlc-devel/2010-November/077457.html), il en conclut que toute est affaire d'interprétation parce que les termes d'Apple ne sont pas clairs : "...Concluding is quite hard here. The AppStore terms may or may not be compatible with the GPLv2 and VLC license, depending on the interpretation." Tant que ce flou restera, la FSF pourra intimider tous les logiciels utilisant du code GPL sur l'AppStore, et Apple continuera à retirer les logiciels subissant une plainte pour ne pas entrer dans la polémique...
avatar titistardust | 
@ RickDeckard De mémoire le fournisseur de vidéos doit payer dès lors qu'il gagne de l'argent en les distribuant. L'utilisateur final ainsi n'est pas concerné et ne doit rien payer, ni les concepteurs de navigateurs Internet.
avatar tipablo | 
Ce Monsieur Denis-Courmont fait une bien mauvaise publicité au libre… … et en profite pour tirer une balle dans le pied de son camp (encore que son camp, c'est Nokia avant tout je pense). Mais que pense Richard Stallman de tout ce boxon ?
avatar pgpg | 
La FSF n'avait qu'a intervenir avant la publication de vlc sur l'app store... C'est facile de venir gueuler apres, ca fait le buzz mais c'est pas tres reglo... Supprimer les drm n'est pas envisageable, on en serait arrive au probleme actuel du mac app store ou il est possible de pirater une application en mixant des fichiers d'une app gratuite et ceux d'une app payante.
avatar brunitou | 
De ce que j'ai lu des conditions d'Apple pour un compte universitaire, c'est impossible d'accepter ça. Je continue à penser que c'est en totale contradiction avec le développement d'application libre. Déjà qu'Android est pointé du doigt parce que les versions en développement ne sont pas disponibles. Alors que penser d'un contrat qui impose des NDA, qui se argue le droit de ne plus rendre accessible une application à tout moment, ou de suspendre un compte dévelopeur à tout moment. Quand on travaille 4, 5, 6 ans sur un même projet, allant parfois dans les entrailles de la bête pour dépasser ses propres limites, on ne peut l'accepter. Quand on doit publier des articles scientifiques et qu'on se voit interdit la publication sous couvert de NDA, ce n'est pas acceptable non plus. L'OpenScience et l'OpenSource sont pour moi les seules voies valables en recherche académique. Maintenant chacun son avis. On avait penché pour développer pour iPad mais on a vite fait d'acheter une tablette Android et c'est un vrai régal de développer sur cet engin.
avatar lex-icon | 
Pfff, J'aime l'open source, mais si l'on regarde un peu plus loin... je pense qu'un des succès de l'apple app vient du fait que ce ne soit pas viable... on peut coder pour le plaisir... avec beaucoup beaucoup d'intelligence... mais dans le temps ce n'est pas viable, perso je viens du monde pc (j'avais craqué xp) puis j'en ai eu marre d'avoir des problèmes avec les maj, je me suis acheté un xp officiel... et merde toujours pas fiable ce truc... donc Linux... superbe, déjà l'outil pour faire du téléchargement de logiciel... le pied... mais... l'application n'est plus mise à jours depuis le kernel 2.0 et le nouveau ne l'accepte pas... conclusion j'avais 2/3 kernel sur mon pc qui c'est suicidé de plaisir... conclusion mac.. les app payantes c'est sur on doit payer, mais les codeurs y gagent de quoi vivre et de ce fait, bizarrement l'application suit l'évolution de votre ordinateur... Et donc bizarrement l'apple app est un succès il a ouvert clairement de nouvelles perspectives (installation hyper facile, même un vieux de 75 ans qui n'aime pas l'informatique sait cliquer sur un bouton) et vous ne perdez pas tout quand vous changez d'ordinateur .... c'est clean c'est pro, c'est null user Alors, ce que j'encouragerai c'est la mise en place par VLC ou un organisme du libre de faire un app store aussi facile, aussi attractif et aussi bien entretenu qu'un apple store... cela commence à arriver. Faut-il toujours qu'apple face la différence pour qu'une bonne idée soit exploitable/copier ??? VLC, c'est bien beau de vouloir être contre le système, mais de ce fait vous condamnez les utilisateurs à avoir des mauvais soft.. je ne sais pas moi VLD (comme DRM)

CONNEXION UTILISATEUR