L'iPhone 6 Plus ressemble de plus en plus à un pari gagnant pour Apple

Mickaël Bazoge |

Lors de la présentation de la génération 2014 de l'iPhone, Apple n'a pas vraiment donné la raison qui l'avait poussée à développer des smartphones dotés de grands écrans. Il fallait lancer des iPhone plus grands, voilà tout. Les consommateurs ont semble t-il répondu présent, puisque l'iPhone 6 Plus a représenté 41% du marché américain des tablettophones durant le trimestre se terminant fin octobre, explique Kantar World Panel… alors que l'appareil n'était disponible que durant un mois plein, et qu'il rencontrait des problèmes d'approvisionnement.

Lorsqu'on demande aux consommateurs pourquoi ils ont choisi l'iPhone 6 Plus, la raison principale est… la taille de l'écran, à 58%. Ceux qui ont choisi un iPhone 6 citent également l'écran comme raison première de leur achat (à 60%). Le marché des très grands smartphones (de 5,5 pouces et plus) a compté pour 10% du marché des téléphones intelligents pendant ces trois mois, soit 2% de plus que durant la même période en 2013.

Le plus compact iPhone 6 compte déjà pour 33% du marché US du smartphone, remportant le hochet du modèle d'iPhone le plus populaire. L'iPhone 5s vient en second avec 26%, l'iPhone 5c obtient 18%. L'iPhone 6 Plus capte 10% du marché iOS. 85% des acheteurs d'iPhone 6 et d'iPhone 6 Plus sont des habitués de la plateforme, 9% proviennent d'Android. De l'autre côté de la barrière, sur Android, c'est le Galaxy S5 qui s'est le plus vendu sur la période visée (22%), suivi par le Galaxy S4 avec 12%.

Cliquer pour agrandir

Les données pays par pays montrent qu'iOS est en forme en France, avec 3,7 points de mieux par rapport à 2013, à 19,6% du marché. Android est évidemment largement en tête avec 69%, soit 0,9 point de plus. La plateforme mobile d'Apple est particulièrement populaire en Grande-Bretagne, avec 39,5% du marché, en hausse de 10,4 points. Android perd même des plumes (2,3 points), à 52,3%. Globalement, en Europe, iOS gagne du terrain à 20,7% (+5,9), alors qu'Android en cède (-2,6) à 69,4%.


avatar TrolloIol | 

Ca aurait été un pari s'ils avaient été les 1ier à faire de la phablette, suivre une tendance qui est toujours d'actualité des années après ses débuts n'a rien d'un pari.

avatar Xav852 | 

@TrolloIol :
Merci Samsung d'avoir ouvert la voie !

avatar malcolmZ07 | 

@Xav852 :
Merci Dell avec son streak et htc avec son flyer pour le stylet

avatar lmouillart | 

Vous avez des détails sur les systèmes "autres" dont la pdm augmente au japon ?

Sinon pour le reste le vivier de croissance des pdm dans ces fameux systèmes autre étant quasiment tarie, on va avoir de plus en plus un arbitrage sur le trio iOS, Android, Windows, et vu comment cela se profil cela risque d'être plutôt Android/iOS.

Du point de vue de la forte réponse du public à l'iPhone 6/6 plus, c'était quasiment couru d'avance.
Coté Windows et Android il y avait un succès indéniable d'une offre avec plusieurs tailles d'écran : de mini à maxi.

Malgré quelques petits déboires de lancement, la gamme 6 est plutôt très bonne, d'où la réponse très favorable.

Seul petit regret sur le modèle Plus, il aurait peut être gagné à avoir quelques fonctions que l'on trouve par exemple sur le Galaxy Note (écran scindé, ou fenêtre flottante, ...)

avatar 8enoit | 

@lmouillart :
Fenêtre scindée et autres…?
Oui mais il faut bien en laisser pour la suite.
Je suis très curieux de savoir vers où Apple va aller pour renouveler ces appareils qui sont aujourd'hui d'une grande maturité. A part qq améliorations à la marge, quelles sont les nouveautés matérielles qui se profilent?

Plus fin? Inutile
Plus léger? Idem
Autonomie? Oui sans aucun doute
Écran? Que demander de mieux?
Audio? Je ne vois pas l'utilité dun caisson de basses
Résistance à l'eau? Pourquoi pas
Aux griffes? Ok

Bref on ne peut pas vraiment parler de nouveauté.

avatar jazz678 | 

@8enoit :
Mon sentiment est que l'évolution se fera plus sur les services et le logiciel que sur le matériel. La dessus Le hardware évoluera à la margeje pense qu'il reste encore beaucoup à faire.

avatar malcolmZ07 | 

étonnant la toute petite perte des systèmes android ...

avatar sapetoku | 

Pour ma part, j'ai pris un iPhone 6 'normal', et je viens d'en charger pour un 6 plus, après m'être accommoder à la taille du 6. Je trouve que le 6 plus passe mieux après un temps d'adaptation à sa taille. Mais ce n'est que mon avis.

avatar malcolmZ07 | 

@sapetoku :
Comment tu as fait pour le changer ?

avatar SIMOMAX1512 | 

On va pas se plaindre du choix de la taille d'écran que propose Apple. Ils sont d'ailleurs les seul sur le créneau haut de gamme 4 pouce avec le 5S.

avatar IGerard | 

Et si on converti cet engouement en terme de bénéfices ça doit faire mal...

avatar arekusandoro | 

Putain je vais prendre des gros risque ! Demain je lance un nouveau sport avec une balle et 22 mecs sur le terrains....je sais que c'est risqué...mais on sait jamais...

avatar Orpioo | 

Pas la peine de faire l'abruti. Risqué pour Apple de changer du jour au lendemain. Du tout à 4", on passe à tout à 4,7" et 5,5".
D'ailleurs, c'est perdu pour moi, puisque je ne veux pas plus grand que 4".

avatar arekusandoro | 

@Orpioo :
Ce n'est absolument pas un risque du moment que tu te lance sur un segment qui a été testé et approuvé par le succès par un autre constructeur et meme beaucoup d'autres. Tu peux dire changement réussi, mais en aucun cas c'est un paris...

avatar Malvik2 | 

@Orpioo :
Je comprends ta position mais en même temps comment feras-tu lorsque Apple ne proposera plus d'iPhone 5S à la vente ? Ils ne referont jamais du haut de gamme inférieure à la taille du six a priori...

avatar John Maynard Keynes | 

@Malvik2

Mais un nouveau produit d'appel ayant ce facteur de forme n'est pas à exclure, la taille est un moyen simple et efficace de segmenter une offre.

avatar John Maynard Keynes | 

Effectivement formulation assez maladroite du titre qui laisse à penser qu’Apple jouerait à faire des paris sur l’avenir de sa principale source de revenus actuelle.

L’iPhone 6 n’est en rien un pari.

Les paris avec de grosses inconnues furent l’iPhone originel, l’iPad et maintenant la Watch.

avatar jazz678 | 

@John Maynard Keynes :
Sans être un gros pari je dirais qu'il y avait quand même une part de risque quant à l'adhésion ou non d'un public qui a toujours été "éduqué" (par Apple j'entends) aux bienfaits des petits écrans. Les railleries des possesseurs d'iPhone vis à vis des utilisateurs de Galaxy Note ne datent pas d'il y a longtemps.

avatar John Maynard Keynes | 

@jazz678

quant à l'adhésion ou non d'un public qui a toujours été "éduqué" (par Apple j'entends) aux bienfaits des petits écrans.

Cela concerne que le microcosme et cela tenait beaucoup de la posture de défense chez bien des aficionados.

Il ne fallait pas être grand clerc pour présumer du succès d'un iPhone avec un grand écran au vu de l'accueil fait au produits concurrents ayant ce facteur de forme.

Il faut être honnête, la voie avait largement était ouverte par la concurrence, les chiffres étaient là.

avatar jazz678 | 

@John Maynard Keynes :
Sans compter que je pense que la commercialisation d'un nouveau produit (car les iPhone 6 en sont) est toujours un pari même si on se considère en terrain conquis. Certains événements intercurrents peuvent tout a fait changer la donne et bouleverser complètement les belles images que l'on s'est faites

avatar John Maynard Keynes | 

@azz678

Sans compter que je pense que la commercialisation d'un nouveau produit (car les iPhone 6 en sont) est toujours un pari

Un produit réellement nouveau sans aucun éléments de référence sur le marché, c'est indéniable.

Une nouvelle itération d'un type de produit déjà existant et diffusé à des dizaines de millions d'exemplaire c'est beaucoup plus discutable. Apple n'est nullement en terre inconnu, il y a une connaissance fine des réalités du marché et un art consommé de distiller les évolutions pour obtenir l'adhésion.

Le sans faute d'Apple sur les évolutions de l'iPhone, d'un point de vu commercial, n'est en rien le fruit du hasard ou de la prise de risque inconsidérées.

Ce n'est pas parce qu'Apple a la capacité rare de précéder les attentes du marché et de les créer avec des offres radicalement nouvelle, qu'ils ne sont pas ensuite dans une plus classique analyse de l'évolution des réalités de leur marché.

Il y a toujours deux phases : celle du pari sur un nouveau segment en rupture avec les pratiques habituel de l'industrie, puis le développement de l'offre une fois le segment largement ouvert en s'appuyant sur des outils marketing bien plus classique.

avatar Lemmings | 

Attention à la formulation de votre article ! Les chiffres de Kantar représentent les parts de marchés des ventes sur une période donnée. Et non pas du tout le parc installé !

Je ne dis pas ça pour nuancer le succès des iPhone 6 plus, mais pour éviter de laisser croire qu'en à peine un mois il y aurait 40% d'iPhone 6 plus sur le marché des phablet. Les Galaxy Note et autres sont déjà bien implémentés historiquement.

avatar John Maynard Keynes | 

@Lemmings

Attention à la formulation de votre article ! Les chiffres de Kantar représentent les parts de marchés des ventes sur une période donnée. Et non pas du tout le parc installé !

Où diable vois-tu une ambiguité sur ce point dans la formulation du papier ????

avatar Mickaël Bazoge | 

@John Maynard Keynes :
Il me semble que c'est bien précisé pourtant.

avatar Lemmings | 

"Les consommateurs ont semble t-il répondu présent, puisque l'iPhone 6 Plus a représenté 41% du marché américain des tablettophones durant le trimestre se terminant fin octobre"

Cette phrase, en gras, peut laisser ce doute. Des collègues ont compris ça ainsi ce matin.

avatar John Maynard Keynes | 

@Mickaël Bazoge

C'est ce que je disais à notre camarade dont le doute sur le sens de ton propos me surprend ;-)

avatar IGerard | 

Le pari etait que ca fasse un tabac... Quand je vois les gens qui ont acheté un 6 plus là où je bosse.... Je suis très très surpris

Pari réussi !

avatar John Maynard Keynes | 

@IGerard

Le pari etait que ca fasse un tabac...

Effectivement ils ont lancé le 6+ juste pour voir, au cas où, sans trop savoir, par empirisme ...

Sérieusement Apple ne joue pas aux dés ;-)

avatar jazz678 | 

@John Maynard Keynes :
"Apple ne joue pas aux dés"
Tout rationnels qu'il soit, Apple ne maîtrise pas tout et pourrait tout a fait se rater du fait d'éléments purement subjectifs

avatar John Maynard Keynes | 

@jazz678

Je ne te rejoint pas sur la possibilité de tout à fait se rater sur l'attractivité d'un renouvellement de produit. ;-)

avatar IGerard | 

Il faut reconnaitre que manifestement la réussite du 6 et 6+ va au delà des prévisions d'Apple.

En fait la question était de savoir si la domination du marché par Android n'allait pas freiné ce virage d'Apple vers de plus grand téléphones.

Il ne faisait aucun doute pour moi, que dans le vivier des utilisateurs d'iPhones, il y aurait de toute façon un énorme marché de renouvellement.

avatar Vanton | 

@John Maynard Keynes :
Je repensais à tes propos de ces dernières semaines, et au monde qu'ils dessinent. On passera sur le fait que j'espère que tu fantasmes un minimum la brutalité du monde : ma sensibilité n'y survivrait pas. Je préfère me bercer avec la chanson "foule sentimentale" de Souchon...

Mais ça m'a fait penser à Free. Les trois opérateurs français ont mené une politique marketing vorace pendant des années, multipliant ce que j'ai envie de qualifier de sévices sur leurs clients. Personne ne pouvait rien dire, puisqu'il n'y avait pas d'alternative.

Et Free, avec ses qualités et ses (gros) défauts est arrivée. En chevalier blanc. Qu'importe la qualité du service, ça a fait l'effet d'une bombe sur ce marché et ça a déclenché des torrents de haine contre les trois historiques.

C'est tout le souci avec l'accumulation de frustration. La révolution gronde. Bien évidemment tu me diras que les théories marketing modernes font tout pour anticiper ça et contraindre le consommateur à l'abêtissement et au silence... Ça me laisse quand même le sentiment que l'on est assis sur une poudrière.

avatar John Maynard Keynes | 

@Vanton

De mon point de vu le parallèle avec le marché des fournisseurs d'accès n'est pas très heureux. Les enjeux y sont d'une tout autre nature ;-)

C'est tout le souci avec l'accumulation de frustration.

Il y a fort peu d'accumulation de la frustration du côté d'Apple, attention à l'effet grossissant du microcosme ;-)

avatar Vanton | 

@John Maynard Keynes :
Je me demande vraiment si tu n'as pas une vision réduite de la colère qui monte, tout comme j'en ai certainement une amplifiée.

Mon frère, qui n'a jamais foutu un pied de sa vie sur macg, mais qui bosse dans l'univers des jeux vidéo (il est journaliste) a un iPhone. Un 5 vieux de 2 ans. Pour le moment... Le 6 lui déplaît fortement. La plupart de ses collègues ont laissé tomber la plateforme.

J'ai des amis qui étaient sur mac depuis parfois 10 ans qui ont abandonné Apple. Je parle de gens au profil incroyablement different, j'ai des contacts d'origines très diverses. Ce n'est pas un microcosme. C'est la société. Même si je la vois seulement avec mes petits yeux.

Je ne compte plus les gens qui ont abandonné Apple autour de moi.

Une amie qui a fait science po et qui fait une école de danse à Cuba en ce moment est très déçue par son macbook 13" qui rame comme pas possible. Elle s'était saignée pour se le payer.

Un ami pilote de ligne traîne son iPhone 4S 64go payé 900€ et remplacé 4 fois par Apple à cause de soucis. Il est à deux doigts d'acheter une autre marque.

Des amis de mes parents, bossant tous les deux à la CPAM, ont eux aussi laissé tomber Apple. Trop cher pour le service rendu.

J'ai fait une école d'archi. Entièrement équipée de Mac. Les recrutements ont été très importants. On atteignait facilement les 50% d'étudiants équipés en mac. Combien de déçus des macbook 2011 ? De 13" dont le disque lâchait ?

Beaucoup ont testé une fois mais n'y reviendront pas.

avatar John Maynard Keynes | 

@Vanton

Il ne faut jamais donner le moindre crédit d'ordre général des impression que nous donne notre cercle de relation plus ou moins proche. C'est toujours très fortement baissé ;-)

Aucune étude ne montre la montée en puissance globale de ce désamour à ce jour.

La seule chose qu'on peut acter est très franco-française : sur notre territoire il y a une montée en puissance d'un sentiment anti-apple nourri de la détestation classique chez nous de tout ce qui représente un leadership et une réussite impressionnante.

Il y a sur ce point un très remarquable travail de PR qui ont su avec intelligence nourrir le penchant naturel de nos médias. C'est un des point faible d'Apple, ne pas suffisamment travailler le PR au niveau des territoires ou comme en France de puissante agence on reçu mandat de nourrir un travail de sape de l'image d'Apple.

Bref le microcosme n'est pas le marché et la France non plus ;-)

avatar nicolas | 

Pour ceux qui préfèrent un iPhone de 4" ce serai bien qu'Apple continue à faire évoluer le 5C et 5S
Perso, un 5S dans une coque en plastique façon 5C m'irait très très bien.
Et pourquoi pas avec les bords arrondis comme le 6! Ça serait terrible.

avatar Vanton | 

"Lors de la présentation de la génération 2014 de l'iPhone, Apple n'a pas vraiment donné la raison qui l'avait poussée à développer des smartphones dotés de grands écrans"

C'est le moins qu'on puisse dire...

avatar Crkm | 

Est-ce qu'il existe des estimations sur les parts de marché sur tous les appareils en circulation, au lieu des ventes sur quelques mois ?

avatar jazz678 | 

@John Maynard Keynes :
Je suis bien évidemment d'accord avec toi sur le fait que Apple s'appuie sur une analyse fine du marché avant de lancer un produit. Ce que je voulais dire c'est que la part de risque réside souvent dans des éléments non identifiés et donc non quantifiables a priori. Je prends l'exemple du monde du médicament : beaucoup d'entre eux, bien qu'ayant été une balance bénéfices/risque favorable, on été retirés du marché en raison d'effets secondaires très rares (donc non identifiables avant l'utilisation en population générale) mais cliniquement significatifs. Dans certains cas cela a mis en péril l'avenir même de la firme. L'analogie pourrait être faite avec un iPhone nouvellement commercialisé qui présenterait des défauts rares mais significatifs (batterie, processeur défaillant,...) non identifiés, au point de remettre en question l'avenir du produit.

avatar John Maynard Keynes | 

@jazz678

Si tu veux, la notion de pari implique pour moi un risque de perdre, là l'inconnue réside juste sur la hauteur du succès, c'est assez différent ;-)

avatar John Maynard Keynes | 

@jazz678

Je prends l'exemple du monde du médicament

Attention, comparaison n'est pas raison ;-)

Les enjeux, les métriques, les processus, les marchés ... du monde du médicament ne sont en rien comparables avec ceux que tu évoques.

avatar 8enoit | 

Apple a une très grande marge de progression dans l'entrée de gamme. Elle est même énorme.

C'est simple:
Une fois que le public moyen et haut de gamme sera habitué aux grands écrans, càd d'ici qq mois, Apple pourrait concevoir un excellent téléphone avec un écran plus petit mais des composants actuels (et non ceux d'il y a 4 ans). Genre la même taille que le 4S mais avec un écran qui prend quasi toute la surface du téléphone.
En ajoutant qq raffinements matériels au couple 6/6+ (écran saphir, waterproof, autonomie meilleure) la concurrence interne serait réduite.
Ce serait une bonne façon de segmenter le marché et conquérir les masses, actuellement aux mains d'android. Exactement le coup de l'iPod avec le mini/nano.

avatar John Maynard Keynes | 

@8enoit

Apple a une très grande marge de progression dans l'entrée de gamme. Elle est même énorme.

Trés vieille antienne, très difficile à concrétiser pour Apple.

Cela dit un renouvellement de l'offre d'appel plus agressif ne me semble pas improbable.

avatar jazz678 | 

@John Maynard Keynes :
"Les enjeux, les métriques, les processus, les marchés ne sont pas les mêmes"
Dans les 2 domaines on est en face d'entreprises qui cherchent à satisfaire des clients (qui sont les patients et les payeurs dans le cas de l'industrie pharmaceutique) et aussi à faire de l'argent. L'enjeu commun est là. Je ne fais pas plus de comparaison que ça.

avatar John Maynard Keynes | 

@jazz678

L'enjeu commun est là

Cela me semble un peu court pour en tirer des enseignements ;-)

avatar crash_47 | 

Je préfère le mot "tablettophone" à phablet. Merci au québécois et la définition dans l'article.

avatar Mécréant | 

@crash_47 :

Tablettophone ne me convainc guère... Quatre syllabes pour en remplacer deux; un mot qui sonne faux, artificiel! L'office québécois de la langue française a parfois de très bonnes idées, mais là...

Notez que je ne vois pas de bonne substitution et que je trouve que phablette n'est pas plus convaincant (une petite fable?)

CONNEXION UTILISATEUR