Spotify : en tête sur les abonnés, à la traine sur les systèmes d'Apple

Florian Innocente |

Spotify continue d'engranger des abonnés, gratuits comme payants, mais au-delà des chiffres financiers, on attend surtout que le service s'implique davantage dans l'écosystème des plateformes d'Apple.

Lors de l'annonce de son quatrième trimestre fiscal 2020, le service suédois a déclaré 345 millions d'utilisateurs à travers le monde dont 155 millions sur une formule payante. Il y a un an, il en était à respectivement 271 millions et 124 millions. C'est une progression annuelle de 27 % dans un cas et 21 % dans l'autre (Apple ne communique plus ses chiffres depuis juin 2019 où elle revendiquait 60 millions d'abonnés payants).

Le chiffre d'affaires annuel s'est élevé à 7,88 milliards d'euros pour 581 millions de pertes opérationnelles, et respectivement 6,76 milliards et 186 millions il y a un an. Les pertes ont bondi. Les revenus publicitaires ont été affectés par la pandémie et l'avenir demeure incertain sur ce point.

L'Europe pèse pour 35 % des utilisateurs, l'Amérique du Nord pour 24 %, l'Amérique latine suit à 22 % et le reste du monde est à 19 %. Spotify vient seulement de se lancer en Corée du Sud, royaume de la K-Pop dont le genre rencontrait paradoxalement un gros succès sur le service. C'est son 93e marché et le 6e pays le plus important pour l'industrie de la musique.

En France, en début de semaine, Spotify a augmenté de 1 euro sa formule familiale, la passant à 15,99 €. Ce sont en tout 25 pays qui ont connu cette augmentation le 1er février, dont 12 en Europe. Spotify avait testé la chose précédemment sur 7 marchés (dont la Suisse et la Belgique) et n'avait pas constaté une fuite notable des abonnés. De quoi l'encourager à continuer ces augmentations ciblées.

Sur d'autres marchés, le service teste des formules inconnues ailleurs mais plus adaptées aux conditions locales. En Inde et en Indonésie par exemple, les utilisateurs peuvent souscrire à un Spotify Premium Mini pour un jour (à un équivalent d'environ 0,08 €) ou sur une semaine (0,29 €) avec l'essentiel des conditions de la formule payante standard.

« Premium Mini » en Inde

Pour l'année 2021, Spotify table sur 407 à 427 millions d'abonnés dont 172 à 184 millions en formules payantes. Au fil des explications sur les efforts consacrés à élargir sa présence, Spotify a parlé de son intégration aux nouvelles consoles de Sony et de Microsoft ainsi qu'à l'utilisation d'Alexa et de Google Assistant pour l'écoute de podcasts.

Pas un mot pour Apple, avec qui les relations ne sont pas empreintes de chaleur, et la liste est longue des choses que Spotify pourrait développer afin de mieux servir sa clientèle des plateformes Apple.

Côté pile, le service a fait l'effort surprenant d'être présent sur tvOS, il s'est acoquiné avec Siri et il n'a pas trop tardé à adopter les widgets d'iOS 14. Côté face, il faut toujours l'utiliser avec AirPlay sur les HomePod, impossible aussi de télécharger sa musique sur l'Apple Watch (on peut juste piloter la lecture sur l'iPhone) et l'application macOS attend son optimisation M1. En décembre, Spotify a validé un sondage sur ses forums suite à une demande d'utilisateurs pour une adaptation aux processeurs M1. Comme si ce chantier ne s'imposait pas de lui-même.


Tags
avatar Rodri31 | 

Ils sont surtout à la traîne concernant les paroles. On est en 2021 et c’est toujours pas dispo alors qu’ils sont là depuis le début. C’est dingue..

avatar TheDeepShadow | 

Exact, pas de paroles. Personnellement je m'en fous un peu mais quand on voit que Deezer et Apple Music le proposent....

Au moins l'interface est niquel, idem pour les recommandations et les playlists suggérées, pas comme celle d'Apple Music qui est franchement horrible à utiliser

avatar Sgt. Pepper | 

@TheDeepShadow

Vu la quantité astronomique de playlist et station AM faut être de mauvaise fois pour ne pas trouver son compte 🥳

avatar TheDeepShadow | 

J'ai essayé de m'y abonner a plusieurs reprises, mais j'ai jamais réussi a accrocher 🤷‍♂️ Ergonomiquement c'est éclatax, et les recommandations sont inexistantes + les playlists suggérées sont pas terribles par rapport a Deezer et Spotify

avatar TrollMan06 | 

@TheDeepShadow

+1000
Je suis abonné Apple Music et franchement entre le design à chier et les recommandations merdiques je me dis heureusement que c’est intégré dans l’écosystème Apple sinon ça ferait bien longtemps que je me serai désabonné

avatar macosZ | 

c'est pas sur la quantité que Spotify se distingue pour moi mais les playlists suggérées.
Les daily mix, radar des sorties et découvertes de la semaine sont diablement efficaces.

Pour moi il y a des manques basiques sur Apple Music. La possibilité de suivre un artiste et avoir ses nouveautés dans une playlist automatique dès la sortie d'un album ou single. Pour avoir testé AM, j'avais aimé IDLES et ses précédents album. Dans les nouveautés sur l'onglet écouté on ne m'a jamais proposé le nouvel album à sa sortie.

avatar Brice21 | 

@macosZ

Pour ça il y a l’app MusicHarbor.

avatar Jynx | 

@Rodri31

+1, je ne sais pas s’ils rechignent à les rendre accessibles aux utilisateurs de produits Apple mais c’est agaçant.

avatar CorbeilleNews | 

@Jynx

C’est de bonne guerre, Apple ne se prive pas pour brider de partout son système sauf quand ca va mal et qu’elle ne vend pas comme elle l’espérait

Franchement c’est bien pour ces attitudes lamentables que j’ai quitté cette marque

avatar Jynx | 

@CorbeilleNews

Oui, je ne jette pas la pierre à Spotify pour ces guéguerres mais cela peut se retourner contre eux...

avatar CorbeilleNews | 

@Jynx

C’est vrai et c’est bien pour cela qu’il n’est pas acceptable que Apple Music et Spotify et les autres n’ai pas les mêmes armes pour jouer

C’est une concurrence faussée

avatar pfx | 

Pour utiliser le service via les enceintes Alexa, et ayant testé les autres services (Amazon Music et Apple Music), c’est franchement pas le meilleur service dans ce cas de figure !

avatar olaola | 

"En décembre, Spotify a ouvert un sondage sur la pertinence pour ses développeurs de s'atteler à ce dernier chantier…"
Cette phrase est à la fois à charge et inexacte. C'est une plateforme où les utilisateurs proposent des choses. Ca ne signifie en rien que Spotify n'a pas ça dans ses plans de toutes façons.
Spotify traîne des pieds sur les plateformes Apple depuis quelques temps effectivement, mais il faut pas abuser quand même.

avatar Florian Innocente | 

Tu as raison sur le principe, mais il est quand même complètement absurde que Spotify utilise son système de vote pour une idée soumise par des utilisateurs dans ce cas précis d'une optimisation M1.

Comme s'il était nécessaire d'en passer par là, comme si l'idée ne s'imposait pas d'elle-même. Ils peuvent tout simplement dire, c'est dans nos plans ou on est train de le faire.

avatar YetOneOtherGit | 

@innocente

"d'une optimisation M1."

D’un portage M1 😂😉🖖😛🥸🧐🧐

avatar loludovic31 | 

Étant étudiant en informatique maintenant quand j’entends Spotify je penses en premier à la méthodologie de développement qu’ils ont inventé avant de me souvenir que c’est une plateforme musicale 😅

avatar MacoGeek | 

@loludovic31

Ah ah ah moi aussi.

avatar cosmoboy34 | 

J’arrive pas à comprendre comment un entreprise qui n’a jamais été rentable et perd autant chaque année peu malgré tout continuer d’exister 😳

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

"J’arrive pas à comprendre comment un entreprise qui n’a jamais été rentable et perd autant chaque année peu malgré tout continuer d’exister 😳"

Parce que les investisseurs font un pari sur l’avenir.

Le cash cramé est considéré comme un coup d’acquisition d’une PDM qui dans le futur pourrait soit être rentable, soit justifiée une acquisition par une major de l’industrie.

Tu as le même phénomène par exemple pour Netflix

A titre personnel je doute de l’avenir de Spotify en tant que pure player indépendant.

Wait & See

avatar cosmoboy34 | 

@YetOneOtherGit

Pas du tout pareil avec Netflix qui engrange des bénéfices justement.

Je sais comment l’investissement fonctionne mais ça n’explique rien. Ça fait des années maintenant pas sûr qu’un jour ce soit rentable justement depuis le temps. D’autant que Spotify est bloqué en terme de fourchette de tarification à cause des concurrents.

S’ils augmentent trop pour chercher la rentabilité les clients vont fuir la où c’est moins cher, ce qui va creuser le déficit et augmenter le problème.

Et même si demain c’était rentable il faudrait des années avant de rattraper le trou de plusieurs milliards qui s’est creusé.

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

“avec Netflix qui engrange des bénéfices justement”

Formulation rapide de ma part : “Tu as le même phénomène par exemple pour Netflix “

Je précise: Netflix crame du cash.

Ils sont endettés à des niveaux stratosphériques et crame du cash de trimestre en trimestre

Le free cash flow trimestriel:

https://cdn.statcdn.com/Infographic/images/normal/17761.jpeg

avatar cosmoboy34 | 

@YetOneOtherGit

Ce qui ne les empêche pas de faire du bénéfice tout de même contrairement à Spotify

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

“Ce qui ne les empêche pas de faire du bénéfice tout de même contrairement à Spotify”

Yep l’ensemble de mon propos depuis le début était orienté sur le cash flow qui est un indicateur important.

Les deux entreprises vivent sous perfusion.

Netflix est quasiment à 15B$ de dette.

Beaucoup de monde imagines naïvement que les bénéfices c’est l’argent qui reste sur le compte ce qui n’est évidemment pas le cas.

avatar cosmoboy34 | 

@YetOneOtherGit

Non bien sûr mais dans le cas de Spotify non seulement ils dépensent mais de l’autre côté y’a rien qui rentre.

Netflix a au moins le mérite d’investir peut être beaucoup mais de faire rentrer de l’argent de l’autre côté. Côté Netflix il leur suffit de réduire les dépenses pour rentrer dans le vert. Spotify n’a pas cette possibilité.

Y’a aussi un autre paramètre à prendre en compte : Netflix de par son domaine peut obtenir des financements et avantages sur les productions de programmes contrairement au domaine de la musique

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

"Y’a aussi un autre paramètre à prendre en compte : Netflix de par son domaine peut obtenir des financements et avantages sur les productions de programmes contrairement au domaine de la musique"

Strictement aucun impact les chiffres de cash flow inclus les éventuelle aides.

Par contre sur la production Netflix créé des actifs en se construisant un catalogue, mais il reste à voir le potentiel long terme des diverses série.

Tout n’as pas la pérennité d’un Friends qui rapporte encore énormément à Warner.

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

"Non bien sûr mais dans le cas de Spotify non seulement ils dépensent mais de l’autre côté y’a rien qui rentre. "

Rien c’est aller un peu vite en besogne quand même 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

“Et même si demain c’était rentable il faudrait des années avant de rattraper le trou de plusieurs milliards qui s’est creusé.”

A titre personnel je ne vois qu’un rachat par une major comme issue.

Wait & See

avatar cosmoboy34 | 

@YetOneOtherGit

Oui je pense aussi ou par un concurrent une fois que l’action du groupe se sera effondrée.

La situation de Spotify est plus similaire à Snapchat ou tesla bien que ces entreprises soient devenues rentables plus vite que Spotify.

En l’état et vu le poids de leur dette je vois pas bien comment ils pourraient devenir pérennes

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

"Oui je pense aussi ou par un concurrent"

Aucun concurrent pure player ne se porte mieux n’est n’en a les moyens 😉

avatar cosmoboy34 | 

@YetOneOtherGit

Pour l’instant on en reparle quand l’action s’effondre

avatar YetOneOtherGit | 

@cosmoboy34

"Pour l’instant on en reparle quand l’action s’effondre"

Même avec une action qui s’effondre (ce qui au passage ne serait pas bon pour l’action des concurrents) tu vois qui parmi les concurrent pure player du secteur capable de mener une telle opération?

Moi je ne vois absolument personne.

Strictement aucun acteur du secteur n’est en forme.

avatar Lemon19 | 

@YetOneOtherGit

Oui personne n’a les reins assez solides pour racheter de telles dettes.

avatar Lemon19 | 

@cosmoboy34

Je ne vois pas le rapport avec Tesla

avatar macosZ | 

Tesla n'est pas rentable du moins elle l'est "Artificiellement". J'ai lu un article récemment qui disait que Tesla était rentable surtout grâce à la revente de "credit carbone"

https://www.tradingsat.com/tesla-inc-US88160R1014/actualites/tesla-inc-s...

avatar YetOneOtherGit | 

@macosZ

"Tesla n'est pas rentable du moins elle l'est "Artificiellement". J'ai lu un article récemment qui disait que Tesla était rentable surtout grâce à la revente de "credit carbone""

C’est effectivement le cas mais cela n’a rien d’artificielles, c’est une source de revenus complémentaire.

Tout comme les 2/3 des profits d’Amazon proviennent d’AWS et non de ce qui est son activité principale.

avatar macosZ | 

Pour moi il n'y a rien de moins artificiel que de vendre sur les marché de droit à polluer

avatar YetOneOtherGit | 

@macosZ

"Pour moi il n'y a rien de moins artificiel que de vendre sur les marché de droit à polluer "

C’est un marché qui existe, qui n’a pas été créé par Tesla.

C’est un marché issu du protocole de Tokyo qui se veut une incitation environnementale: un transfert économique des acteurs polluants aux acteurs qui le sont moins.

D’un point de vue économique cela doit inciter les acheteurs de “droit à polluer” à réduire leurs émissions qui maintenant sont une charge financière.

avatar YetOneOtherGit | 

@macosZ

"Pour moi il n'y a rien de moins artificiel que de vendre sur les marché"

Et pour information: tout est artificiel en économie.

Comme pour énormément de pan de l’activité humaine où fort peu de choses sont naturelles.

est artificiel ce qui est le produit de l’activité humaine 😎🤓😉

avatar macosZ | 

@YetOneOtherGit

Oui mais entre je vends des voitures et je vends des crédits carbone il y un peu de nuances à avoir quand même

Un est plus tangible et palpable que l’autre quoi

avatar YetOneOtherGit | 

@macosZ

"Un est plus tangible et palpable que l’autre quoi"

Comme Apple qui vend du matériel, du logiciel et des services... c’est banal d’avoir une entreprise ayant des sources de revenus diversifiés dans leur nature, c’est même assez recommandé 😉

En général ce qui choque c’est le concept de “droit à polluer” qui n’est pas très vendeur et représente fort mal ce qu’il porte comme principe: c’est le fruit d’une réflexion environnementale et l’adaptation des principes de l’économie de marché aux enjeux environnementaux.

On peut en critiquer le principe mais seulement quand on l’a compris et que l’on ne reste pas sur : “C’est un scandale les riches achètent le droit de polluer en toute impunité”

avatar Lemon19 | 

@cosmoboy34

Il ne suffit pas d’engranger des bénéfices, ils faut qu’ils soient suffisants pour rembourser la dette et investir.

avatar Brice21 | 

@cosmoboy34

"Pas du tout pareil avec Netflix qui engrange des bénéfices justement."

Il y a une énorme différence entre les deux. Netflix achete des droits de distribution pour un montsnt fixe. Plus il a de membres, plus il amorti ses coûts.

Spotify paye chaque écoute aux labels, plus il a de membres, plus il a des coûts.

Conclusion, le modèle de Spotify n’est pas viable sans soit :
- augmenter ses tarifs (mais Apple Music l’en empêche)
- augmenter ses revenus publicitaires par utilisateur (détruire l’expérience)
- diminuer ses coûts en payant moins les artistes (mais il est déjà celui qui paye le plus mal)
- un nouveau modèle plus rentable (genre faire payer pour des podcasts, ou des vidéos?)

avatar Brice21 | 

@YetOneOtherGit

"A titre personnel je doute de l’avenir de Spotify en tant que pure player indépendant."

Moi aussi car je ne vois avec quel levier ils pourraient soudain devenir rentables. A part diffuser beaucoup plus de pub, et ce genre de modèle d’affaire, je déteste.

avatar Lemon19 | 

@cosmoboy34

C’est le modèle de beaucoup de sociétés « digitales »actuellement. Il est d’ailleurs parfois destructeur. Deliveroo ou Ubereats sont de bons exemples : les commissions prises aux restaurants étranglent ces derniers alors que ces deux plateformes de livraison voient leurs pertes croître au fur et à mesure que leurs parts de marche augmentent. A terme, elles ne s’en sortiront qu’en faisant payer le service au client final au vrai prix. Les hausses tarifaires de Spotify, Netflix, Deliveroo et consorts ne font que commencer. Espérons qu’entre temps ces nouveaux modèles n’auront pas détruit les industries sur lesquelles ils se reposent. (Je mets Netflix un peu à part comme ils créent beaucoup de contenu).

avatar YetOneOtherGit | 

On estime qu’Apple Music et à un niveau de CA de l’ordre de 70% de celui de Spotify histoire de mettre en perspective les chiffres 😎

avatar raoolito | 

@YetOneOtherGit

et on ignore si apple music est rentable ou pas...

avatar Nesus | 

@raoolito

Question qui n’a d’ailleurs qu’un intérêt très limité. L’intérêt de savoir si une entreprise est rentable ou non, c’est connaître sa pérennité. Et la pérennité d’Apple musique est plus qu’assurée.

avatar anonx | 

@Nesus

Comme Stadia chez Google non? 😆

avatar YetOneOtherGit | 

@raoolito

"et on ignore si apple music est rentable ou pas..."

Le modèle du streaming est assez bancal particulièrement car les reversions aux ayant droit son loin d’être négligeable.

Apple à certainement un avantage de coup d’acquisition de sa clientèle en profitant de sa base installé.

Après Apple n’étant pas un pure player du secteur peu se permettre d’avoir une exploitation raisonnablement déficitaire sur un produit qui participe à l’expérience globale de sa clientèle.

avatar max intosh | 

Abonné des premiers temps, je trouve toujours que leur logiciel, avec son ergonomie, son visuel, ses suggestions, reste le meilleur. Mais j’ai (re) découvert Qobuz récemment avec l’essai un mois gratuit, et il y a eu d’énormes progrès sur l’appli et ses suggestions. Moins simple à maîtriser au départ que Spotify, mais on s’y fait, et surtout leur rédactionnel en français est formidable. Ensuite, heureux possesseur d’un Naim Atom qui traite les 2 plateformes, la diffusion entre du mp3 et du Hi-Res jusqu’à 192 kHz s’entend vraiment sur du bon matos. L’abonnement ayant pas mal baissé, je crois que je vais continuer Qobuz.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR