ITunes Store



L'Apple TV de première génération ne se connecte plus à iTunes [MàJ]

L'Apple TV de première génération est devenu un cale-porte de luxe pour plusieurs utilisateurs qui s'en plaignent sur le forum d'assistance d'Apple. La discussion, débutée le 17 avril et qui se poursuit encore aujourd'hui, tourne autour de l'impossibilité soudaine pour le boîtier de se connecter à l'iTunes Store. Une brève mention apparaît sur nos forums avec une solution partielle qui met de côté ce souci en attendant qu'Apple apporte une solution

Malgré un redémarrage et une restauration, rien n'y fait, le cordon ombilical avec la boutique en ligne est coupé. Les utilisateurs peuvent toutefois consulter les bandes-annonces, ce qui n'est pas particulièrement réjouissant. Le contenu déjà téléchargé sur le Mac reste lui disponible en streaming, ainsi que les vidéos précédemment achetées.

Faut-il y voir une simple coïncidence ? Cette interruption de service est apparue en même temps que l'impossibilité de passer et de recevoir des appels FaceTime sous iOS 6 (lire : FaceTime en carafe sur iOS 6). MacRumors évoque la possibilité que les deux événements soient liés, Apple ayant pu modifier certains réglages dans ses services.

La page Statut des services en ligne d'Apple reste elle au vert. Ce modèle d'Apple TV a été lancé en janvier 2007 et a été remplacé par la deuxième génération du boîtier en septembre 2010.

[MàJ] : un utilisateur a obtenu un retour d'Apple où le support technique lui a expliqué que l'équipe Apple TV travaillait à résoudre le problème qui l'a pris par surprise elle-aussi.



Des offres d'emploi pour le renouveau d'iTunes

Apple prépare un sérieux lifting de l'iTunes Store. Le succès des offres d'écoute en streaming pousse Cupertino à repenser le modèle économique de sa boutique de musique en ligne, qui en lançant iTunes Radio l'année dernière, espérait enrayer le déclin des ventes de morceaux et d'albums. Ça n'a malheureusement pas été le cas : seulement 1 à 2% des utilisateurs du service achètent le titre écouté gratuitement. C'est pourquoi Apple planche aussi sur des options radicales, comme le développement d'une déclinaison Android d'iTunes, ainsi que d'un « vrai » service de streaming musical à la Spotify (lire : Un iTunes Store pour Android et un service de streaming à la Spotify ?)… sans oublier l'ouverture possible d'une boutique de musique en haute définition.

Clic pour agrandir

De profonds changements sont donc en cours chez Apple afin de séduire à nouveau de nouveaux consommateurs. Il n'est donc guère étonnant de voir de nouvelles offres d'emploi apparaître sur le site d'Apple, parmi lesquels des ingénieurs logiciel pour iTunes, pour iTunes Radio, ainsi que pour la plateforme de recommandations d'iTunes. Ce dernier sera en charge de travailler sur l'amélioration des fonctions de découverte sur l'iTunes Store, l'App Store et l'iBookstore, avec une équipe à qui l'on doit des services comme Genius et iTunes Match.

Il ne faudrait cependant pas tenter de trop décoder l'avenir d'iTunes dans ces offres d'emploi, Apple embauchant en continu pour maintenir et améliorer ses boutiques de contenus. Néanmoins, à la lumière des dernières rumeurs, il est difficile de ne pas y déceler le signe des bouleversements à venir.

[Via : 9To5Mac]



De la musique haute définition sur l'iTunes Store ?

L'iTunes Store pourrait bien proposer aux plus audiophiles de ses clients d'acheter des morceaux en haute définition. Actuellement, les titres vendus dans la boutique sont proposés en 16 bits encodés à 256 Kbit/s; une qualité somme toute correcte pour la majorité des utilisateurs (qui se contentent bien souvent des écouteurs Apple); mais à en croire le bloggueur spécialiste de la musique Robert Hutton, Apple s'apprêterait à lever le voile sur un nouveau rayon 24 bits.

Cela fait quelques années maintenant (depuis au moins 2011) qu'Apple demande aux maisons de disques de fournir des morceaux en 24 bits (avec un échantillonnage 96 kHz ou 192 kHz). Pour des raisons liées au téléchargement, Apple procède donc à un encodage pour en compresser le poids. Le catalogue « Mastérisé pour iTunes » utilise lui les masters originaux (lire : « Masterisé pour iTunes » : le symbole de la victoire d'iTunes sur le CD) afin d'en tirer un meilleur encodage, mais les morceaux restent compressés en 256 Kbit/s.

De fait, la firme de Cupertino est propriétaire du plus important catalogue de musique haute résolution au monde, écrit Hutton. Et Apple pourrait profiter de la conjonction de deux événements pour lever le voile sur cette nouvelle offre : la WWDC et les remasters de la discographie de Led Zeppelin, qui tombent tous deux… le 2 juin. Apple vendrait ces morceaux haute définition 1$ plus cher que les titres habituels. Un catalogue conséquent et des prix abordables, voilà qui serait de nature à faire de l'iTunes Store la boutique incontournable des amateurs de restitution sonore de qualité (et qui participerait au passage à faire revenir quelques clients vers iTunes, lire : Apple envisagerait une refonte de l'offre musicale de l'iTunes Store).

Led Zep comme en studio.Clic pour agrandir

La demande en matière de produits audiophiles a repris du poil de la bête ces derniers temps : Neil Young et son baladeur Pono a explosé les compteurs de Kickstarter (lire : Pono, le baladeur pour audiophiles de Neil Young, bientôt sur Kickstarter). Alors que le projet ne demandait que 800 000$, il a déjà atteint les 5,8 millions de dollars.



Apple envisagerait une refonte de l'offre musicale de l'iTunes Store

Billboard assure qu'Apple réfléchit à revoir totalement son offre musicale pour l'adapter aux nouveaux usages. Le site spécialisé dans l'industrie de la musique répète ce qu'il a déjà déclaré il y a trois semaines : alors que la vente de morceaux à l'unité ou par album est sur le déclin, la firme de Cupertino envisage de lancer un service de streaming à la Spotify et de s'étendre à Android.

En haut à droite, le bouton pour acheter le morceau en cours de lecture sur iTunes Radio

Le nouvel article se concentre spécialement sur iTunes Radio, qualifié « d'échec pour arrêter le déclin du téléchargement de musique ». Seulement 1 à 2 % des utilisateurs d'iTunes Radio cliqueraient sur le bouton « acheter » des morceaux diffusés. Pas de quoi faire remonter les ventes à l'unité qui ont décliné de 15 %.

iTunes Match, le premier pas d'Apple dans le streaming, ne compterait que 1 million d'abonnés, d'après des sources de Billboard travaillant dans des labels. C'est six fois moins que le nombre d'abonnés payants de Spotify.

Pour rester dans le coup, Apple travaillerait donc à une refonte de l'iTunes Store qui ferait l'objet d'intenses débats, aussi bien en interne qu'auprès de ses partenaires. L'arrivée du service sur Android, si elle se concrétisait, marquerait en effet un tournant dans la stratégie de l'entreprise, qui s'est toujours tenue très à l'écart du système de Google.



Kickstarter mis en avant sur l’iTunes Store

Les films et les vidéos représentent la deuxième catégorie la plus populaire des projets financés sur les plates-formes de « crowdfunding » (Kickstarter, Indiegogo…), la première revenant aux « jeux ». En faisant appel directement aux fans des metteurs en scène sans qu’ils aient à passer par les fourches caudines des studios, ou en permettant aux jeunes réalisateurs de monter leurs premiers projets, ces sites de financement collaboratif offrent des solutions alternatives aux solutions classiques (studios et boites de production vidéo, fonds et aides institutionnelles…etc.).

Kickstarter, le site le plus célèbre, a ainsi levé 200 millions de dollars à travers 33 000 projets de films/vidéos. Parmi ceux-ci, on notera ceux des réalisateurs Rob Thomas (Veronica Mars, qui a été le premier projet à atteindre aussi rapidement un million de dollars de promesses de financement, le premier également à atteindre 2 millions de dollars dès son deuxième jour de campagne, et 5,7 millions au final, grâce au soutien de 91 000 supporters), Zach Braff (Wish I Was Here ) ou encore Spike Lee (Oldboy).

Kickstarter a ouvert il y a peu une page sur le site américain d’iTunes qui propose à l’achat ou à la location les films ou documentaires ayant fait appel aux internautes via le site internet pour financer leur projet. Toutes ces vidéos, précédemment éparpillées à travers l’iTunes Store, sont désormais rassemblées en une seule page. Des informations sur les vidéos, les acteurs… ainsi que des bandes-annonces y sont également proposés. L’iTunes Store est désormais un site de distribution incontournable pour les films et les vidéos, au même titre que pour la musique. Le magasin en ligne d’Apple représente 67 % du marché des émissions TV acquis sous forme numérique selon le NPD Group, et 65 % du marché des films.



Apple veut des exclusivités pour l'iTunes Music Store

Fin 2013, un album se faisait remarquer sur l'iTunes Store. Dans la surprise générale, Beyoncé a sorti un nouvel album en exclusivité sur l'iTunes Store (lire aussi Beyoncé monopolise l'iTunes Store) sans prévenir personne ou presque. Un succès puisque l'album s'est vendu plus d'un million de fois sur le temps de l'exclusivité d'Apple.

Cette initiative semble avoir plu à Robert Kondrk, responsable de la musique chez Apple, qui serait en train de faire tout son possible pour renouveler ce genre de sortie d'album. C’est en tout cas le message qu’il a fait passer à de nombreux professionnels durant ses rendez-vous à la Grammy Week.

L’idée est simple et en quelque sorte chère à Apple : pour faire vendre, il faut parvenir à entretenir le secret autour d’un album. D’où l’idée de proposer un album pendant une période courte en exclusivité sur iTunes. Le dirigeant d’Apple n’est pas hostile à l’idée que l’album soit proposé également sur d’autres disquaires en ligne.

Mais l’idée principale de cette exclusivité, c’est de bannir les albums durant cette période d’exclusivité sur les services de streaming que ce soit YouTube ou Spotify, pour que l’internaute n’ait d’autres choix que d’acheter l’album s’il désire vraiment l’écouter.

Kondrk souhaiterait également selon Billboard à ce que les albums soient pendant cette période vendus en un seul bloc, comme celui de Beyoncé. C'est-à-dire que l'on ne puisse pas acheter les morceaux séparément, mais uniquement l'album en entier. Lors de l'annonce d'iTunes en 2003, Steve Jobs était particulièrement fier de pouvoir acheter un seul morceau sans devoir passer par l'achat de l'album complet.

Un changement de stratégie qui s’explique par le fait que les ventes de musique en téléchargement ont baissé de près de 6 % en 2013.



Disney Movies Anywhere accepte les films achetés sur l’iTunes Store

Disney renforce ses liens avec l’iTunes Store, du moins aux États-Unis. L’éditeur géant a lancé Disney Movies Anywhere, un nouveau service qui permet de regarder tous les films qu’il publie, que ce soit ceux de Disney, mais aussi les Pixar et les films Marvel, n’importe où, n’importe quand. Un catalogue de plus de 400 longs-métrages, mais le plus intéressant dans cette nouvelle offre est l’association avec la boutique d’Apple.

À condition de renseigner ses identifiants iTunes Store, Disney Movies Anywhere va chercher tous les films de son catalogue que vous avez déjà achetés sur la boutique d’Apple. Le cas échéant, le service vous permettra directement et sans frais supplémentaire de regarder les films en streaming, sans avoir à les télécharger à nouveau. Cette fonction est active sur les appareils iOS (via une app disponible uniquement sur l’App Store US), mais aussi sur les ordinateurs.

Ajoutons que cette association automatique aux œuvres déjà achetées ne se limite pas aux vidéos en ligne. Les DVD et Blu-Ray Disney vendus ces dernières années peuvent également être associés au service. Pour le moment, le service n’est pas disponible hors des États-Unis et on ne sait pas si Disney et Apple prévoient une plus large ouverture.

[Via : Engadget]



iTunes Store : les applications empiètent sur la musique

Au troisième et quatrième trimestre 2013, le téléchargement de musique a faibli tandis que le téléchargement d'applications mobiles atteignait des sommets. Pour les analystes, il y a deux hypothèses. Soit l'offre de streaming prend le dessus, soit les utilisateurs en écoutent moins qu'avant.

Durant le deuxième semestre 2013, l'achat de musique dématérialisée a décliné alors que les téléchargements d'applications ont crevé le plafond. L'année dernière, les applications ont progressé de 35% et elles ont même fait un bond de 50% au mois de décembre. Les analystes s'interrogent sur ce phénomène, moins de musique et plus d'apps. Au premier abord, on peut penser que les consommateurs délaissent l'achat de contenus musicaux pour se tourner vers des services de streaming comme Pandora ou Spotify, mais ça n'est pas ce que suggère Horace Dediu d'Asymco.

Selon cet analyste, les consommateurs consacrent moins de temps libre à la musique au profit des applications. Tout comme la musique, les apps servent à se divertir lors des moments libres ou d'ennui, mais l'expérience utilisateur y est plus riche et aussi parfois plus intrusive avec des notifications qui encouragent à lancer l'app. En somme, les jeux et les contenus liés aux réseaux sociaux sont plus addictifs. Ces derniers s'invitent d'ailleurs lors des instants passés devant la télévision.

Téléchargement d'apps vs. téléchargement de musique - source : Asymco

Entre la musique et les applications, il n'y a théoriquement pas de concurrence directe, mais en pratique le résultat est bien différent, estime donc Horace Dediu. Selon lui, les apps ont pris le dessus sur la musique. Un point de vue à nuancer puisqu'il est toujours possible de jouer et d'écouter de la musique en même temps !

Il n'est donc pas nécessaire de prendre cet avis pour acquis, mais certains éléments sont effectivement intéressants. Les éditeurs et les diffuseurs se préoccupent aujourd'hui plus des applications et se concentrent moins sur le marché de la musique qu'ils connaissent. En revanche, la popularité du streaming doit toutefois y être pour quelque chose dans le recul des ventes. Quoi qu'il en soit, en jouant sur tous les tableaux, l'iTunes Store au sens large (musique, apps, films...) profite de la vague du moment en voyant ses chiffres de téléchargement d'applications battre de nouveaux records.

Sur le même sujet :
- L'App Store plus fort que l'iTunes Music Store
- Les revenus de l'iTunes Store toujours supérieurs à ceux de l'App Store



L’iTunes Store et Beyoncé explosent les records

Apple s’est fendu d’un communiqué de presse pour évoquer Beyoncé, le dernier album de l’artiste du même nom. Sorti vendredi dernier exclusivement sur Apple et un peu à la surprise générale (lire : Beyoncé monopolise l’iTunes Store), ce nouvel album s’est vendu à plus de 800 000 exemplaires en trois jours, un record.

Contrairement à ses habitudes, le constructeur a même donné le chiffre exact : 828 773 albums ont été vendus dans le monde depuis sa sortie vendredi. C’est un record absolu pour l’iTunes Store et aux États-Unis où la star a vendu plus de 600 000 albums, c’est déjà l’album numéro un de la semaine. Au passage, Beyoncé est numéro un dans pas moins de 104 pays dans le monde…

On n’en doutait pas vraiment, mais lancer son album sans prévenir et exclusivement sur l’iTunes Store était une bonne affaire pour Apple et sans doute aussi pour Beyoncé. La forme numérique a au moins permis à la star de publier ses quatorze nouveaux titres avec dix-sept vidéos. En guise d’avant-goût, la boutique en ligne propose un making-of de trois minutes à cette adresse.

Autre sortie exclusive à l'iTunes Store, mais celle-ci ne raflera sans doute pas les records : la boutique d'Apple devrait recevoir 59 enregistrements méconnus des Beatles. L'album sera baptisé The Beatles Bootleg Recordings 1963 et il sera composé de morceaux enregistrés en 1963, essentiellement à la BBC.



Beyoncé monopolise l’iTunes Store

Les fans de Beyoncé ont eu une bonne surprise en ouvrant l’iTunes Store ce matin. La chanteuse américaine a sorti son cinquième album dans la nuit, exclusivement dans la boutique d’Apple. Le constructeur a mis les petits plats dans les grands en échange de cette exclusivité et ce matin, le carrousel affiché en tête de sa boutique est tout entier consacré à cet album.

Nommé simplement Beyoncé, cet album que personne n'attendait a le label "Mastered for iTunes", mais il y a plus original. Qualifié d’album visuel, il est en fait composé de quatorze chansons accompagnées d’autant de vidéos. Chaque titre est ainsi mis en image, une première sur l’iTunes Store.

Autre particularité : l’album est vendu pour le moment en un seul morceau, vous ne pouvez acheter aucun titre individuellement. Pour écouter le dernier album de Beyoncé, il faudra ainsi débourser 14,99 €. On pourra l'acheter par petits bouts à partir du 20 décembre, on imagine que l'exclusivité négociée par Apple s'arrêtera en même temps.

merci Martin et Jaxter0ne