Aller et retour en vidéo d'un iPhone 6 dans la stratosphère

Florian Innocente |

Envoyer un iPhone 6 accroché au bout d'une perche dans la stratosphère et le récupérer en bon état de marche… c'est fait. Urban Armor Gear, un fabricant américain d'étuis tout terrain avait publié une vidéo au début janvier qui était jusque là passée relativement inaperçue, avant d'être signalée hier par MacRumors.

L'expérience a eu lieu fin novembre en Angleterre. L'iPhone 6 a été glissé dans un étui Navigator (que l'on trouve à moins de 30 euros) mais sans la protection écran qui accompagne le produit. Il était accroché à une pince et accompagné de deux caméras GoPro pour filmer le vol. Un GPS d'appoint était aussi présent dans le cas d'une défaillance de l'iPhone.

Urban Armor Gear raconte que l'ascension puis la descente avec le parachute ont duré 3 heures et l'ensemble a été retrouvé 20 km plus loin.

Le ballon a atteint une altitude de 30 700 mètres, avec une température qui a baissé jusqu'à -53 degrés, rencontrant des vents allant jusqu'à 112 km/h. Allumé lors de son envol, l'iPhone a fini par s'éteindre au vu du froid extérieur. Une fois récupéré à l'issue d'une descente avec un parachute, il a été rallumé et utilisé sans problème.

Dans la fiche technique de ses téléphones, Apple conseille de ne pas les utiliser en dehors d'une fourchette de températures de 0 à 35 degrés. On peut en revanche les garder rangés entre -20 et +45 degrés. Rien n'est garanti au delà d'une altitude de 3 000 m. Apple ne l'a pas validé au delà mais c'est une altitude allègrement franchie lorsque des smartphones ou tablettes sont utilisées lors de certains vols spatiaux.

Le rôle de cette coque à une telle altitude et dans ces conditions est réduit à la portion congrue. C'est plutôt au retour, au moment de l'impact qu'elle entre en action. Mais ce genre d'expérience produit toujours de belles images.

En 2010, un père de famille avait fait une expérience similaire avec un iPhone aussi. Le téléphone avait été placé dans un container plus costaud — alors qu'ici l'iPhone 6 est à l'air libre — accompagné d'une caméra. Le rôle de l'iPhone avait été de servir de balise GPS pour récupérer la caméra, quelques kilomètres plus loin du point de décollage.

Homemade Spacecraft from Luke Geissbuhler on Vimeo


Tags
avatar pim | 

Sachez qu'il est tout-à-fait possible de faire cela en France. Il suffit de se mettre en relation avec le CNES (Centre National d'Études Spatiales) et plus précisément Planète Sciences qui peut accompagner dans le projet :

http://www.planete-sciences.org/national/

Grâce à eux, avec d'autres collègues de sciences physiques, nous avons lancé un ballon, c'est vraiment une expérience intéressante. Je précise qu'ils ont aussi des projets de mini-fusées pour ceux qui sont plus intéressés par le côté lanceur. Dans tous les cas attention à bien respecter la réglementation, tous les vols qu'ils soient de fusées, de drones ou de ballons doivent se faire après vérification qu'ils ne vont pas se retrouver dans le réacteur d'un A380, c'est le rôle du CNES (basé à Toulouse) de s'occuper de tout ce qui touche à l'espace, donc si vous voulez monter une Ariane 5 dans votre jardin faut leur demander l'autorisation !

avatar ValeRoss46 | 

@pim :
Intéressant, merci!

avatar melaure | 

Excellent, c'est la protection que j'ai commandé en même temps que mon iPhone. Merci Radtech !

avatar ipfix8 | 

pourquoi ce n'est pas l'iphone qui filme ?

avatar kinou_ | 

@ipfix8 :
Un indice chez vous: "Allumé lors de son envol, l'iPhone a fini par s'éteindre au vu du froid extérieur."

avatar sinock28 | 

@kinou_ :
Haha

avatar ipfix8 | 

ah ok ! donc seule la protection a fini le voyage. C'est plûtot une mauvaise pub pour Apple

avatar joneskind | 

@ipfix8

Absolument pas puisque le téléphone s'est rallumé sans problème.

Le fait que le téléphone s'éteigne vient de la batterie qui est composée d'électrolytes. Au bout d'un moment la batterie gèle et la réaction chimique ne peut plus se faire, donc la batterie ne peut plus produire de courant et le téléphone s'éteint.

avatar simnico971 | 

@joneskind :
Tout à fait.
J'ajouterai que le problème apparaît à des températures loin d'être aussi extrêmes : à moins de 5°C l'iPhone commence à avoir du mal si on s'en sert de façon prolongée. La batterie indique subitement une valeur très basse, puis l'iPhone s'éteint.
À noter que la journée le phénomène est retardé pour les iPhone noirs au soleil, mais la nuit c'est fulgurant.
J'en ai fait les frais lors de mes dernières vacances au ski ^^

avatar ys320 | 

Le challenge au final c'est surtout pour les Go Pro ! A qd une Go Pro sur La Lune avec un iPhone si il y a de la 4G ;-) Mais que fait l'Arcep ;-)

avatar joneskind | 

@ys320

La batterie des GoPro est soumise aux mêmes limitations que la batterie de l'iPhone. Si la GoPro a continué de tourner c'est qu'elle était isolée du froid, probablement dans une grosse boite comme le premier iPhone qui a fait le voyage (sans s'arrêter de tourner donc).

C'est pas une pub pour l'iPhone mais une pub pour la protection. La conclusion c'est donc que cette protection ne protège pas du froid (ce qui n'est pas plus mal puisqu'un des problèmes des appareils électroniques en Conditions Normales de Température et de Pression c'est précisément la dissipation thermique).

avatar MaTMaC | 

On notera que les GoPro, elles, ont continué à fonctionner... !

avatar sachouba | 

"Apple ne l'a pas validé au delà mais c'est une altitude allègrement franchie lorsque des smartphones ou tablettes sont utilisées lors de certains vols spatiaux."

À ce que je sache, les astronautes ne vivent pas dans un vaisseau spatial non pressurisé...
Ce serait comme dire que l'iPhone peut largement être utilisé par 1000 degrés à l'extérieur, tant qu'on est dans une pièce à 20 degrés.

avatar Ben_75 | 

Expérience intéressante... Si on est prêt à accepter qu'on peut perdre un iPhone à 500€+ dans l'aventure :)

CONNEXION UTILISATEUR