Les portes de l’Epic Game Store restent fermées sur iOS

Mickaël Bazoge |

Epic, l’éditeur de Fortnite, travaille sur la version Android de sa boutique de jeux. L’Epic Game Store, lancé un peu à la surprise générale en fin d’année dernière, est disponible sur Mac et PC. Les plateformes mobiles ne sont pas oubliées, du moins en ce qui concerne Android : l’ouverture de l’échoppe est prévue dans le courant de l’année.

Tim Sweeney, le fondateur d’Epic, l’a confirmé (via) début décembre auprès de GameInformer, c’était aussi la fenêtre de lancement annoncé dans le communiqué initial de l’éditeur. Qui dit plateforme mobile, dit aussi iOS mais dans ce cas, c’est plus compliqué.

« Nous voudrions lancer [l’Epic Game Store] sur iOS en 2019, cependant il y a un conflit avec la politique actuelle d’Apple », déplore le dirigeant. À ce propos, on n’a plus aucune nouvelle de Steam Link, l’app de streaming de Valve qui devait sortir au printemps dernier : l’éditeur l’a adapté aux exigences d’Apple, et… plus rien depuis.

« Nous pensons que les appareils informatiques grand public, comme les PC, les smartphones et les tablettes devraient être ouvertes à la concurrence entre boutiques », poursuit Tim Sweeney. Ce qui n’est pas le cas d’iOS, où les règles du jeu sont bien plus strictes que sur Android.

Pour distribuer Fortnite sur Android, Epic a d’ailleurs contourné le Play Store de Google… et sa commission de 30%. Cette histoire de gros sous, c’est une des raisons pour lesquelles Epic a lancé sa propre boutique : elle ne prélève que 12% de commission sur la vente de jeux, laissant ainsi 88% des revenus aux développeurs. Un pourcentage moins élevé que partout ailleurs1. Mais comment fait Epic ?

Tim Sweeney a donné quelques détails sur la manière dont sa boutique a déterminé le pourcentage de la commission, en s’appuyant sur l’expérience de Fortnite. « Le calcul est assez simple : nous payons de 2,5% à 3,5% de commission pour les principales méthodes de paiement, moins de 1,5% pour les frais de CDN [distribution en ligne], et entre 1% à 2% pour les coûts de support à la clientèle et les frais variables ». Les coûts de développement et de support de la plateforme deviennent « négligeables » à grande échelle.

D’après Sweeney, les boutiques qui prennent une commission de 30% facturent des frais de 300% à 400% plus élevés qu’ils ne sont en réalité. « Même avec des développeurs qui reçoivent 88% des revenus et Epic 12%, [notre] boutique sera toujours une activité rentable pour nous ». Ces propos interviennent dans un contexte où de plus en plus d’éditeurs s’interrogent sur les pratiques des plateformes de distribution.

Apple, qui mise ouvertement sur les services pour soutenir sa croissance, est dans l’œil du cyclone : de grands fournisseurs de services comme Spotify et tout récemment Netflix ont décidé de se passer de l’abonnement iTunes. Nul doute que si Epic avait le choix, il ferait de même pour Fortnite (lire : Fortnite fait la fortune de son créateur Epic).

L’App Store a annoncé des revenus record durant les fêtes, avec 1,22 milliard de dollars engrangés sur la boutique entre Noël et le premier de l’an. Tim Cook avait minimisé la portée du mouvement des gros éditeurs préférant se passer des services de facturation de l’App Store, en expliquant qu’ils ne représentaient qu’une part marginale du chiffre d’affaires de l’activité Services (lire : Tim Cook ne s'alarme pas face aux gros éditeurs qui retirent les abonnements sur l'App Store).


  1. La commission d’Apple est de 30%, mais dans le cas d’un abonnement, elle tombe à 15% après la deuxième année. Valve prélève aussi une dîme de 30% sur la vente de jeux sur sa plateforme Steam. Valve doit d’ailleurs se mordre les doigts d’avoir laissé filer The Division 2, prochain blockbuster d’Ubisoft, qui sera distribué sur l’Epic Game Store et Uplay, mais pas sur Steam. ↩︎

avatar SkeletonGamer | 

Cette bataille promet d'être passionnante :)

avatar kiddsoso | 

@SkeletonGamer

Voir même épique ! ?

avatar SkeletonGamer | 
avatar apotheker | 

À terme iOS va perdre les jeux comme MacOS a fini par perdre aussi les développeurs de jeux, pour des raisons différentes mais dont les effets ont été tout aussi délétères...

avatar moua | 

@apotheker

Le jeux peut tout à fait exister sur iOS.

Surtout pour du freemium : il suffit de créer un compte (ou pas si on a déjà un compte epic).

Par contre l’achat d’objet ne peux plus se faire directement dans l’app avec les règles d’Apple.
On peux cependant acheter des « pièces » sur le site d’epic.

Bref, c’est quand même un poil plus compliqué que Spotify/Netflix avec leurs abonnement mensuel.
Mais pas de quoi décourager un joueur.

Comme le dit EPIC, facturer, c’est bien normal.
Mais 3-4x ce que ça coûte ça devient beaucoup.

Qui accepterait de laisser 30% pour une facturation ?

Wait... les VTC laissent 20-25% aux plateformes... oups, je vais m’arrêter la

avatar victoireviclaux | 

@moua

Il y a bien des entreprise qui font 300% de marge (les sodas au McDo)

avatar moua | 

@victoireviclaux

300% de marge sur le soda au mcdo oui.

On peux en dire autant, si ce n’est plus, pour l’eau en bouteille vendu au restaurant.

Mais c’est la marge globale qu’il faut voir, et au restaurant elle n’est pas si grande.

Pour l’app store, c’est facilement 400% de marge.
Mais surtout aucune concurrence possible.

Si je préfère manger dans un autre restaurant avec ma carte bancaire, aucun soucis.

La, avec mon téléphone, je ne peux pas accéder à un autre store. Ou simplement payer des services virtuels avec ma carte bancaire dans une app, ou même via un lien vers une page web

avatar Rage68 | 

@apotheker

Si il n’y avait pas iOS il ne ce ferait pas autant de ? (il suffit juste de regarder le bénéfice de fortnite juste sur iOS)

avatar webHAL1 | 

@Rage68

Correction : s'il n'y avait pas iOS ils se feraient PLUS d'argent, vu que les clients iOS auraient des smartphones Android, et qu'Epic ne verse pas de commission à Google sur Fortnite.

avatar byte_order | 

@Rage68
L'audience de Fortnite a débuté bien avant iOS, sur les consoles, PC et, ironie de l'histoire, sur mac ;-)

Pour être précis, l'audience de Fortnite a explosé non pas dès sa sortie initiale sur Mac mais quand Epic l'a porté sur les consoles. iOS ou pas, cela n'aurait pas changé grand chose au succès planétaire de ce jeu.

Tout comme sans iOS Pokemon Go aurait été tout autant un carton.

Tout simplement parce que les gens captés par cette audience ils ne se disent pas "ah, mince, pas dispo pour iOS, du coup j'y renonce." Non, à la place ils démarrent leur console, leur smartphone android (ou celui d'un membre de la famille qui en a un), et pis c'est tout.

Cela n'a jamais été la plateforme, seule, qui fait vendre. Ce sont les killer-apps/features qui font vendre des plateformes. Fortnite est tellement important que Sony a même céder sur son refus absolu du crossplay face à Epic : impossible pour Sony que la PlayStation n'ai pas Fortnite( ou une version qui ne reçoit plus les maj comme les autres plateformes) comme la concurrence.

Par ailleurs, les joueurs de Fortnite qui ne jouent que sur iOS doivent être sans doute minoritaire dans la totalité des joueurs de Fortnite toute plateforme confondue...

avatar oomu | 

soyons sérieux pendant 1mn et 6 secondes :

sans iOS, il n'y aurait pas eu les téléphones modernes et le défrichement de la grammaire de l'interface graphique pour écran tactile.

Boudé par l'industrie frileuse et passive, les écrans capacitifs multitouche ne se seraient pas développés, cantonnés à quelques délires d'académiciens en conférence TED.

LG et Samsung auraient périclité, plongeant la Corée du sud dans la guerre avec le Nord. La Chine n'aurait pas pu cloner et créer un marché interne et nationaliste, et aurait juste dégénéré dans la pollution par le charbon provoquant un exode massive vers l'Indonésie sombrant dans la guerre civile.

Condamnés à utiliser des blackberry étriqué, tôt ou tard les politiciens provoquent un incident diplomatique entre la Russie-EU-Océanie (mais sans les USA, Obama & Trump refusant d'utiliser les mobiles tout pourris, les USA participent à rien) suite à un tweet mal écrit et interprété, la guerre globale frappe.

En 2019, il ne resterait plus qu'une Terre vitrifiée, avec des poches de gens tentant de faire fonctionner Tetris et Démineur sur des PocketPC Compaq pour montrer aux enfants les temps heureux d'antan...

Bref: On en sait rien de où on en serait sans un acteur majeur de l'industrie. Ptet que la même chose aurait été inventé par ma Grand-Mère ou ptet 10 ans plus tard ou ptet qu'on aurait eu mieux inventé et vendu par Sony (!) et je trollerais sur sonyGen.co

avatar SIMOMAX1512 | 

@apotheker

C’est pas demain qu’un jeu ne sorte pas sur iOS à cause de la commission Apple. Même avec 30% de Com les éditeurs de jeux qui marchent bien gagnent des millions voir milliard pour fortnite, Angry et candy

avatar IPICH | 

@SIMOMAX1512

Exact puis c'est comme Amazon, sans qui certains commerces n'auraient pas de visibilité.

avatar John McClane | 

En parlant de Valve, à quand un nouvel Half Life ?

avatar bonnepoire | 

Ils ne savent plus comment on fait des jeux. Puis, pourquoi s'emmerder quand on gagne de l'argent en vendant ceux des autres?

avatar John McClane | 

@bonnepoire

C’est malheureusement vrai...

avatar oomu | 

ha ben c'est amusant que vous en parliez maintenant, car justement concernant Half-Life 3, on a aucune nouvelle. Strictement aucune. Rien. Mort.

avatar occam | 

Miss Otis regrets she's unable to lunch today.

avatar bonnepoire | 

Epic arrive après la guerre mais la concurrence a toujours du bon. Par contre, ils calculent les frais comme ils veulent mais j'imagine que tous n'ont pas les mêmes marges.
Les clients s'en foutent de tout ça. Ils veulent une plateforme sûre et facile d'accès. En baissant les frais, le prix des applications ne changeront pas pour autant. J'aimerais qu'un jour Sony/Microsoft/Nintendo justifient le prix des jeux démat' comparé à celui en boite en magasin.
On va se retrouver avec des Max Havelar Store qui prônent un monde juste et qui ne sont au final que des mafias organisées. Cette guerre de communication ne nous regarde pas.

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Epic arrive après la guerre

Au contraire, ils la (re)lance, en se déclarant ouvertement comme solution concurrente.

> Par contre, ils calculent les frais comme ils veulent mais j'imagine que tous n'ont pas
> les mêmes marges.

Si les frais d'exploitation de votre plateforme de distribution vous ponctionne 30% des recettes, c'est que vous êtes très très mauvais.

Comme ils le disent eux même à raison (ils gèrent quand même une grosse infrastructure de serveurs pour gérer des millions de joueurs en même temps, pour rappel, c'est pas vraiment des débutants), les coûts de développement et d'exploitation d'une plateforme de distribution sur Internet sont très rapidement négligeables, ce qui reste ce sont les ponctions des intermédiaires incontournables (ici, les services de paiement en ligne, mais aucun n'osent réclamer plus de 5% quand même) et les coûts de support de vos clients, les fournisseurs de contenu et les acheteurs, qui eux peuvent varier, mais là encore si cela représente plus de 10% du prix de *chaque* vente, c'est que vous êtes mauvais.

Le reste, c'est de la marge.
Mais la marge, cela ne rentre pas dans la case "frais" !
Et par définition elle n'est justifié sur aucun frais réel, puisqu'elle représente la différence entre les coûts et les recettes...

avatar bonnepoire | 

@byte_order
Ton message n'est pas clair. Tu soutiens l'idée qu'un prestataire de service doit vendre au prix coutant?
En plus, pour casser le marché, la méthode des puissants et de casser les prix. Ce n'est pas parce qu'ils disent que c'est rentable à 12% qu'ils intègrent tous les coûts inhérents. Après, je ne suis pas naïf, ils peuvent très bien avoir raison. Mais toute guerre commerciale est une guerre de communication. Ne prends pas tout pour argent comptant.

Pour ce qui est de la guerre, d'autres s'y sont cassés les dents pour diverses raisons dont les DRM. Mais ce qui empêche la concurrence, c'est surtout que Steam est très intégré et que les joueurs ne veulent pas multiplier les plateformes. Je ne joue pas sur PC mais je pense que je réfléchirais de la même façon. La plupart des joueurs veulent rester sur Steam.

avatar oomu | 

Disons qu'il va falloir des arguments en BETON ARME pour que je m'emmerde avec un truc de plus que Steam.

Le client Steam est vraiment complet (forums, revues, modules pour jeux, notifications, etc).

Seul la possibilité de fuir les infectes DRM me motivement parfois à aller me connecter (pfffioulalala...) et cliquer (roooohlalala...) sur GOG pour acheter un des rares titres disponibles qui me passionne SANS DRM.

Et je dois aussi me farcir le client Battle.net... SAns parler de la boutique Sony sur PS4 et Nintendo sur Switch (...)

et maintenant un client Epic ? J'ai déjà réussi à ne pas toucher une fois à Origin (par un vivifiant refus de toucher à tout jeu de cet éditeur)

Bref, le discours d'industriel à industriel "on est mieux que les autres cons viendez chez nous", ne m'intéresse pas.

Ce qui m'intéressera c'est lequel me fournira les meilleurs jeux, les jeux les plus variés et créatifs avec les meilleurs services au meilleur prix.

Sachant, que seul la possibilité de ne pas me farcir du DRM et/ou obtenir une copie physique, est un argument pour me motiver à créer un énième compte.

à ce propos, j'aime qu'il reste encore des initiatives comme https://limitedrungames.com pour faire vivre des petits jeux sur cartouche et disque.

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Ton message n'est pas clair. Tu soutiens l'idée qu'un prestataire de service
> doit vendre au prix coutant?

Non, du tout.
Je souligne seulement que d'intégrer la "marge" dans les "coûts" dans certaines justifications qu'on lit souvent ici sur le niveau de la commission de distribution, c'est une grossière manipulation. Une marge n'est pas un coût mais la recherche d'un bénéfice, nuance.

Bien sûr qu'un vendeur peut chercher à tirer un bénéfice. Et il ne fait nul doute que Apple tire un grand bénéfice de sa commission sur l'AppStore, comme l'actualité le confirme.

Mais la concurrence, quand elle peut être libre - ce qui n'est hélas pas le cas dans la distribution d'apps pour iOS - peut proposer des alternatives où la marge ou/et les coûts réels sont plus faibles et donc une commission plus faible, pour le bonheur du consommateur et des fournisseurs, sans pour autant que cela menace l'existence dudit ecosystème, seulement les équilibres dans la répartition de la valeur ajoutée.

N'étant pas actionnaire d'Apple, je suis évidement pour qu'Apple soit exposée à toute la concurrence possible plutôt que d'être en situation de monopole sur la distribution, ce qui lui permet de capter arbitrairement une grosse part de la valeur ajoutée sans trop se fouler.

> Mais ce qui empêche la concurrence, c'est surtout que Steam est très intégré

Euh !? Pour qu'un jeu soit distribué par Steam , il doit s'intégrer à SteamWorks.
SteamWorks pour iOS existe ? Non (même Steam Link - le remote play - est bloquée par Apple, c'est dire...)
SteamWorks pour Android existe ? Non.

SteamWorks c'est principalement sur ordinateurs personnels, à majorité des PC donc.
Valve ne peut pas empêcher une plateforme de gaming concurrente de devenir plus attractive que la sienne. Epic Game Store les ménace directement d'ailleurs.

Seul Apple est dans cette position, dans les faits.
Arbitrairement.

avatar debione | 

@Bonne poire:

Je ne vais pas défendre les gros, mais il faut combien d'écoute en streaming pour que le cout énergétique compense la fabrication/envoi d'un Cd? Et pour un Dvd? Et pour un film 4K? Et pour un jeux qui peut peser 30-40 Go? Le fait d'avoir tout cela en stock, qui tourne constamment, qui est téléchargeable et retéléchargeable "gratuitement", le prix des lignes internet etc...

Je suis pas sur qu'au final le cout soit de beaucoup inférieur, voir même je suis quasi persuadé que si je regarde 50X le seigneurs des anneaux en 4 K streaming ,j'aurai consommé au final plus d'énergie et polluer plus que si j'avais acheté le blu-ray... (et que j'aurais pu prêter à des proches)

avatar bonnepoire | 

@ debione
Si on suit la logique d'Epic, tous ces services annexes ont des couts qui peuvent être absorbés par d'autres activités. L'énergie est un faux problème puisque des sociétés comme Apple arrivent à produire presque la majorité de sa consommation en énergie renouvelable. Certains appellent ça Green Washing quand ça les arrange. N'empêche que si d'autres pouvaient suivre on s'en porterait mieux.
Tu mélanges quand même deux problèmes qui n'ont à priori rien à voir. Quoi qu'il en soit, je doute que du streaming consomme presque autant que la production et la distribution de biens physiques.

avatar debione | 

non, ce que fait Apple est bien, ou cela devient du Green Washing, c’est quand ils disent : Apple utilise à 90% des energie renouvelable et en font de là pub. C’est vrai uniquement dans le cas du fonctionnement d’Apple, pas dans ce qu’Apple produit...
Si Apple comptait réellement toutes les émissions dont elle est responsable par son activité globale, elle n’en ferait pas un argument marketing. Par ce biais, ils trompent une partie des utilisateurs qui sont persuadé que ce qu’ils ont en mains est produit à 90% avec des energie renouvelable, cela doit même être pas loin de la proportion inverse si on considère l’ensemble. Il n’y a que la conception du produit et l’utilisation du cloud et peut être quelques center call qui soit dans cette catégorie.

Sinon, je pense que tu serais étonné du coût énergétique du streaming ( a la longue, à force de répétition...)

avatar debione | 

@ Bonne poire
En fait, je pense que tu n’imagine pas le coût en energie du streaming
http://www.slate.fr/life/87923/streaming-dvd-etude-consommation-energie-...

avatar bonnepoire | 

@ debione
Ces chiffres sont étonnants en effet...

avatar byte_order | 

@debione
> je suis quasi persuadé que si je regarde 50X le seigneurs des anneaux en 4 K
> streaming ,j'aurai consommé au final plus d'énergie et polluer plus que si
> j'avais acheté le blu-ray... (et que j'aurais pu prêter à des proches)

C'est probablement vrai, mais le streaming de contenu par définition nécessite de retransmettre à chaque utilisation ledit contenu, et donc les mêmes coûts de diffusion à chaque utilisation.

Ce n'est pas le cas du gaming. Une fois les ressources transmises, et elles ne changent pas à chaque partie fort heureusement, c'est mis en cache, et les données alors transmises durant chaque partie sont limitées au strict minimum - et surtout ne sont pas les mêmes à chaque utilisation.

Le pire des cas, et là c'est très très clair, c'est le game streaming.
Mais la captivité du consommateur, via la location forcée plutôt que l'acquisition, étant le business model à la mode... à chaque consommateur de jouer son rôle.

@bonnepoire
> L'énergie est un faux problème puisque des sociétés comme Apple arrivent à
> produire presque la majorité de sa consommation en énergie renouvelable.

Même de source "renouvelable", si vous en consommez deux fois plus, vous en consommez 2 fois plus.
Si ce n'était pas le cas, elle servirait à autre chose, pas à rien. Aucune énergie, même "renouvelable", n'est gratuite, la gâcher n'est pas plus justifiable parce qu'elle provient de source "renouvelable" - surtout quand on regarde la consommation énergétique globale...

avatar Domsware | 

Oui, la même rengaine : profitez de services, oui, les payer, sûrement pas.

avatar oomu | 

c'est la seule rengaine qui anime ma vie : Profiter de tous les êtres humains autour de moi (vous par exemple), oui. Contribuer et les aider, SUREMENT PAS !

avatar byte_order | 

@Domsware

Où Epic "profite" du service d'Apple !?
Jusqu'à preuve du contraire, ils le payent : 30% des recettes de tout ce qui s'achete dans Fortnite depuis un iPhone ou un iPad.
Le développement de Fortnine, y compris pour iOS, c'est pas Apple qui le paye.
L'infrastructure chez Epic pour le jeu multijoueur, c'est pas Apple qui la paye non plus.
Vous avez une conception du "profit" assez orientée, je trouve.

Mais, comme n'importe qui, Epic cherche à augmenter *leur* recette eux aussi, et pour cela elle cherche des moyens pour réduire *ses* coûts, dont cette ponction d'Apple, imposée, sans concurrence possible.

Il se trouve qu'elle est en position d'offrir une concurrence, indirectement certes, qui pourrait inciter à plus ou moins long terme Apple à revoir ses exigences : la disponibilité des jeux d'Epic - mais aussi d'autres gros blockbusters - peut se révéler être plus vital pour Apple que pour Epic et d'autres éditeurs de jeux à succès.

C'est un rapport de force, tout simplement.
Sony a céder pour le crossplay - un première - face à la nécessité impérieuse d'avoir Fortnite sur PlayStation, par exemple.

La killer-app importe plus que la plateforme.
Et vu les coûts de dev des jeux, aucun éditeur de jeu ne met tous ses oeufs dans le même panier / plateforme.

avatar oomu | 

Les portes de l’Epic Game Store
Restent fermées sur iOS
Et c'est là que je finirai ma vie
Comme d'autres gars l'ont finie

avatar hackroman | 

Bah vivement qu’ils trouvent la solution, comme ça on aura un aptoide sur iOS et on ne paiera plus rien ?

avatar IPICH | 

Ils sont partis d'iOS pour faire une plateforme où il vendent les jeux d'autres éditeurs où eux du coup se font une marge... des hypocrites voilà Tout.

Je prend ma part mais je veux plus qu'Apple prenne la sienne

avatar byte_order | 

@IPICH
> Ils sont partis d'iOS

Ils sont *pas* parti de iOS.
Fortnite est dispo sur l'AppStore, hein.

> pour faire une plateforme où il vendent les jeux d'autres éditeurs où eux
> du coup se font une marge... des hypocrites voilà Tout.

l'AppStore est une plateforme d'Apple où elle vend des apps pour iOS d'autres éditeurs en se faisant une marge supérieure à celle annoncée par Epic pour son Game Store, Apple refuse la libre concurrence sur la distribution d'apps pour iOS, le Game Store d'Epic est lui en concurrence avec le leader du secteur, Steam, mais aussi les app stores d'Apple, imposé, et le PlayStore de Google, ultramajoritaire sur Android, mais c'est Epic qui est hypocrite !?

Je trouve que le plus hypocrite, c'est celui qui refuse le jeu de la libre concurrence, et donc d'être jugé sur un pied d'égalité.

> Je prend ma part mais je veux plus qu'Apple prenne la sienne

Comme souligné, Fortnite est toujours dispo sur l'app store, et Apple prend toujours 30% de tout achat en ligne faite depuis le jeu s'il exécute sur un terminal iOS.

Par ailleurs, la part n'est pas égale, loin de là, on est dans un facteur x2 ici quand même.
Votre banquier qui vous taxe 2 fois plus pour tel "frais de gestion" qu'une autre banque, et vous vous dites que toutes les banques se valent !?

C'est juste la loi de la concurrence.

avatar IPICH | 

@byte_order

Par soucis de sécurité, apple gère ce qui vient sur ses systèmes quoi de plus normal? Apple fixe ses règles c'est comme Amazon, ils se font une marge mais en échange les distributeurs ont une visibilité.

Puis oui, vouloir partir d'un Store qui prend une marge pour faire soi même une marge sur des jeux d'un autre éditeur c'est hypocrite.

Puis aussi pendant que vous y êtes vous voudriez pas que nintendo autorise l'achat et l'installation des jeux d'une autre plateforme sur leurs consoles?

avatar byte_order | 

@IPICH
> Par soucis de sécurité, apple gère ce qui vient sur ses systèmes quoi de plus normal?

Ce ne sont pas *ses* systèmes : les terminaux iOS sont vendus, ils n'appartiennent plus à Apple !
Votre remarque serait normale et fondée si Apple prétait ou louait les terminaux iOS à des "abonnées", qui seraient alors en effet *ses* abonnés, qu'elle serait alors fondé d'en monnayer l'accès à des tiers.

Mais c'est pas le cas, les terminaux sont vendus !

De facto Apple n'a plus juridiquement le droit de décider ce que le client peut en faire (la Cour Suprême américaine a d'ailleurs valider le JaikBreak sur cette fondation) mais, techniquement elle s'arroge arbitrairement quand même ce droit via un verrou logiciel dans iOS.

> Apple fixe ses règles c'est comme Amazon

Pas du tout !

Vous pouvez parfaitement acheter/vendre votre produit soit via Amazon, soit via un autre distributeur soit en le distribuant vous même. Mieux, vous avez le droit de mélanger tout ça à la fois.

Par contre, vous ne pouvez pas acheter/vendre votre app pour iOS sans passer par Apple. Vous ne pouvez pas le faire via un autre distributeur d'app pour iOS autre que Apple, et vous ne pouvez pas la distribuer vous même directement aux propriétaires de terminaux iOS.

Cela n'a dont absolument rien de comparable, non, vraiment pas.

Amazon est en position dominante, assurément, sur son secteur (vente de biens en ligne), mais pas absolue : la concurrence existe, et chacun a déjà vécu une situation ou un bien est finalement moins cher (ou disponible qu') ailleurs que chez Amazon.

Le jour ou vous ne pourrez acheter *que* sur Amazon, là, oui, vous pourrez dire que c'est pareil.

Pas avant.

Et demandez-vous si vous voulez d'un monde où vous ne pourrez acheter *que* sur Amazon.
Ah, ce jour là, évidement, Amazon contrôlera tout ce qui se vend aux clients pour des raisons de sécurité, aussi, hein.
Car l'argument de la "sécurité", c'est impayable !

avatar IPICH | 

@byte_order

Justement vous ne comprenez pas que je ne parle pas des utilisateurs mais des distributeurs.

Bien évidemment n'importe qui fait ce qu'il veut avec son iphone, avec le jailbreak par exemple.

Pour illustrer mon propos imaginons que vous partez en vacances à la montagne et que vous payez des frais pour l'hôtel, l'accès aux pistes et les équipements.

On va vous montrer les pistes encadrés, pour une utilisation normale du service payé.
Si on devait comparer au sujet de l'iPhone c'est comme si vous vous plaignez de pas pouvoir aller skier sur les zones interdites. Ce n'est pas parce que la station de ski veux se faire des sous qu'elle vous interdit d'aller ski en dehors de leur zone. C'est juste qu'elle encadré les gens qui utilisent le service pour éviter les soucis.

Après vous aurez le droit d'aller sur les pistes noires, mais ce sera hors de l'utilisation normale et à vos risques et périls. Justement là Apple préfère prévenir au lieu de guérir en empêchant d'installer des logiciels non certifiés pour leurs appareils, un peu comme la station de ski vous interdirait d'aller au delà de la zone safe.

Quand on utilise le store d'Apple on accepte les conditions d'utilisations de ce Store et celles qui régissent l'utilisation de notre compte apple/itunes.

Donc oui on peux faire ce qu'on veux comme bidouille sur son iphone mais il est complètement normal qu'Apple ne permette pas d'installer des applications qui ne sont pas certifiés avec son matériel, si on n'est pas content on va sur Android c'est tout?.

Par contre au niveau des distributeurs c'est pareil que Amazon: des gens qui font leur commerce et leur business se plaignent de la marge que prend Amazon pour les mettre sur son catalogue géant.

Sauf que sans cette exposition beaucoup de ces commerces n'auraient pas du tout la même visibilité donc critiquer Amazon sur ce point c'est idiot.

Rappelez-vous, c'est votre appareil mais la marque encadre l'utilisation, pas comme une restriction punitive mais comme un moyen de contrôle pour éviter les problèmes de sécurité et les débordements.

Après bien sûr apple prend une marge pour le fonctionnement et la maintenance de leur Store ça aussi c'est normal.

avatar byte_order | 

@IPICH
> Puis aussi pendant que vous y êtes vous voudriez pas que nintendo autorise
> l'achat et l'installation des jeux d'une autre plateforme sur leurs consoles?

Mais c'est le cas !

On peut parfaitement acheter un jeu nintendo dans un autre magasin que ceux de Nintendo.
Vérifiez par vous-même. Micromania. Amazon, tiens. Fnac. Ou votre supermarché du coin vend des jeux pour console Nintendo !

Nintendo (mais Sony et Microsoft c'est pareil) gère le problème de la sécurité en certifiant le jeu, une étape obligatoire via un service payant auprès des éditeurs de jeu, mais ils n'imposent pas de force que la distribution du jeu certifié se fasse forcément via *leur* magasin.

Si vous ouvrez vraiment les yeux, vous verrez p'tet enfin cette grosse différence.

Et au passage vous verrez que la sécurité peut parfaitement être gérer sans imposer un monopole sur la distribution pour autant : ne pas lier validation/certification et distribution.

Imaginez-vous un organisme unique de signature de certificats SSL (https...) qui impose que tout site Web soit forcément hébergé sur leur plateforme web (mais utilisant *votre* serveur, qu'il vous a vendu) et nul par ailleurs !?

avatar IPICH | 

@byte_order

Quand je parlais des magasins je parlais des magasins en ligne : l'eshop.

Attention à ne pas tout mélanger on parle bien des plateformes en ligne comme l'app store, l'eshop, le PlayStation store etc.

avatar byte_order | 

@IPICH
> Quand je parlais des magasins je parlais des magasins en ligne : l'eshop.
> Attention à ne pas tout mélanger on parle bien des plateformes en ligne comme
> l'app store, l'eshop, le PlayStation store etc.

Oui, et je soulignais *justement* que dans cette liste *seul* l'AppStore est incontournable arbitrairement parce qu'il est totalement impossible d'acheter ailleurs des apps certifiés compatibles iOS.

Alors que tous les autres magasins, eux, l'autorisent, c.a.d n'ont pas lier de force certification (le fameux argument de sécurité) et la distribution (et donc la marge faite dessus), sans que la sécurité des plateformes en question n'en soient pour autant affaiblie pour autant.

La sécurité par l'opacité et le monopole du contrôle cela toujours été une explication invoquée pour justifier et préserver en fait un pouvoir exclusif très profitable. Ici économiquement.

Si la seule façon d'assurer la sécurité des consommateurs c'était d'imposer un monopole de distribution, vous devriez acheter vos biens alimentaires que dans un seul magasin, vos médicaments que dans une seule pharmacie, non ?
Cela ne vous choque pas cette libre concurrence de plusieurs magasins vendant des biens alimentaires ou des médicaments !?

Vous n'avez pas peur !?!

Alors pourquoi prétendre que sans l'exclusivité de la distribution des app iOS la sécurité ne pourrait pas être assurée !?
Apple ne peut pas correctement valider et certifier une app iOS sans la distribuer elle-même !?
Le verrou soit-disant sécuritaire sur la distribution n'a qu'un but : maximaliser le contrôle du marché et donc la captation sur les plus values de tiers de ce marché.

> Donc oui on peux faire ce qu'on veux comme bidouille sur son iphone mais il est
> complètement normal qu'Apple ne permette pas d'installer des applications qui ne
> sont pas certifiés avec son matériel,

Ca, oui.
Mais imposer d'acheter celles certifiées forcément dans *son* magasin *uniquement*, non.

avatar webHAL1 | 

@byte_order
« Alors pourquoi prétendre que sans l'exclusivité de la distribution des app iOS la sécurité ne pourrait pas être assurée !? »

Il suffit de voir la situation sur Mac : il existe une boutique en ligne, gérée par Apple, dont il est possible de ne pas s'écarter si on le préfère. Mais on peut également installer des applications provenant d'autres sources. Pourtant on ne voit nulle part la Pomme affirmer que macOS ne serait pas sécurisé...

Pour l'utilisateur, c'est l'idéal. Par contre, c'est sûr que pour Apple c'est moins intéressant comparé à iOS : ça lui rapporte moins.

avatar byte_order | 

@IPICH
> ils se font une marge mais en échange les distributeurs ont une visibilité.

1) les *editeurs*. S'ils pouvaient distribuer eux-même - et donc être distributeur - il n'y aurait pas de commission pour Apple, par définition.

2) Vous croyez vraiment que Fortnite a besoin d'Apple pour être visible !?
Je pense très sincèrement que c'est Apple qui a plus besoin de rendre visible qu'on peut jouer a Fortnite sur un iPhone - là où très peu de smartphones Android le permettent, en plus. La visibilité de Fortnite, c'est pas la version pour iOS qui l'a construite, mais le portage sur XBox, PlayStation et Switch, après un très bon succès initial sur ordinateur personnel.

C'est comme pour Pokemon Go : c'est pas Niantic qui avait besoin que son jeu soit visible - la simple annonce - à leurs frais - d'un jeu géolocalisé sur l'univers des Pokemons a créer le buzz direct ! Par contre, ne pas avoir ce jeu sur les iPhones, ça, Apple, cela aurait été mauvais pour l'image de la plateforme iPhone.

Merci de ne pas centrer tout sur Apple. Y'a des réalités "alternatives" où Apple n'est pas systématiquement en position de force, faut-il accepter de les voir.

avatar melaure | 

Voila pourquoi je privilégie l’achat direct chez les éditeurs. Marre de ces grosses boites déjà ultra riches qui s’engraissent encore plus sur le dos des développeurs. Et parfois pour avoir des versions bridées par les règles de l’App Store ...

Avec Apple aussi on est en plein raz-le-bol fiscal ! ;)

avatar webHAL1 | 

byte_order, je te lis régulièrement et à chaque fois j'admire le style et la clarté avec lesquels tu t'exprimes. Merci pour tes interventions. :-)

CONNEXION UTILISATEUR