StopCovid : 6,5 millions d'euros pour une app à l’inutilité sanitaire « manifeste »

Mickaël Bazoge |

Le rapport de la mission d'information sur l'impact, la gestion et les conséquences de la COVID-19 n'est pas tendre avec les autorités sanitaires chargées de mener la lutte contre la pandémie en France. Les enseignements du document de 200 pages, fruit de six mois de travaux et de 130 heures d'auditions, ont été présentés ce mercredi par Eric Ciotti, député Les Républicains et rapporteur de la mission1.

La mission a relevé beaucoup de points noirs dans la gestion de l'épidémie : des stocks stratégiques de masques trop bas au début de l'année, du retard dans la prise de décision (un confinement qui intervient 24 jours après celui de l'Italie), la défaillance de la mise à disposition des tests,… « De manière générale, tout au long des premières semaines de la crise sanitaire, les Français ont assisté à une succession précipitée de décisions prises au pied du mur, alors qu’elles étaient indispensables », soulève le rapport.

Le rapport complet est lisible à cette adresse. Pour ce qui nous intéresse plus directement, la mission revient sur l'application StopCovid (devenue TousAntiCovid), qui n'a pas rempli le rôle de soutien au dispositif de traçage : « il n’a pu compter sur les bénéfices escomptés de l’application StopCovid dont l’inutilité sanitaire aura été manifeste ».

Le rapport fait d'ailleurs un joli croc-en-jambe à Cédric O, le secrétaire d'État chargé du numérique qui, au mois de mai, annonçait que le développement de l'application ne coûte que « quelques milliers d'euros par mois » (en juin, Cédric O évoquait « quelques centaines de milliers d'euros »).

La mission a fait les comptes et en réalité, le coût total estimé de StopCovid sur ses cinq mois d'existence (de juin à octobre, ensuite c'est TousAntiCovid qui a pris la main) revient à 6,5 millions d'euros. Certes, l'app a été développée gracieusement par un consortium public/privé, mais il y a quand même des coûts d'exploitation, de licences, de support, d'hébergement, la campagne de communication…

TousAntiCovid constitue « une amélioration très sensible en termes d’ergonomie et de fonctionnalités qui se traduit par des téléchargements en nombre bien supérieur » : 10 millions de téléchargements pour 13 106 notifications. Le rapport, assassin, observe tout de même que l'homologue allemand, Corona-Warn app, a atteint 22 millions de téléchargements à la même date :

Si l’utilisation qui est faite en Asie des outils numériques reste difficilement transposable dans notre pays, l’adhésion de la population allemande à l’application Corona-Warn-App montre qu’une stratégie numérique offensive peut être esquissée en Europe tout en préservant les droits et libertés fondamentaux, incluant le respect de la vie privée et la protection des données personnelles.

Le volume de téléchargements de TousAntiCovid devrait gonfler grâce à une communication plus agressive du gouvernement ; quant aux notifications, elles devraient elles aussi grimper en raison des changements récents apportés dans les critères de détection d'un contact.


  1. Les membres LREM se sont abstenus de voter le document : Julien Borowczyk, le président de la mission d'information, a estimé qu'il s'agissait d'un rapport « partial et partiel » qui ne reflète « absolument pas » la qualité des auditions et des débats.  ↩︎

Source
JDD
avatar Godverdomme | 

Blog: nos conseillons de ne pas télécharger.

Blog... Quelques mois après: l'application est un fiasco. Personne ne la télécharge. booouuuuh... Le vilain gouvernement...

avatar ohmydog | 

@Godverdomme

Exactement ce que j’allais dire. Après avoir enterré le truc, ils reprochent la faible pénétration de l’app.
Ce sont bien des politiques...

avatar marc_os | 

@ ohmydog
Sauf que vous passez sous silence les arguments.
Trop facile !
Et vous prenez par la même occasion les gens pour des cons.
Car en effet, le gouvernement français plus malin que les autres et qui a fait comme si de rien n'était jusqu'au dernier moment pour permettre de voter en mars a jugé bon de faire dans son coin une app qui centralise des données alors que c'est 100% inutile pour atteindre l'objectif initial.
Donc pourquoi centralisent-ils des données ?
On est en droit de se poser la question.
Or, en l'absence de toute réponse, c'est la méfiance qui s'instaure.

Perso j'ai fini par installer l'app malgré cela, surtout parce que le vie des personnes âgées (et pas que) dans mon entourage (et pas que) est in fine prioritaire pour moi face à ces considérations de "vie privée".

avatar Tomtomrider | 

@marc_os

Je ne suis pas convaincu. Quand je discute de ça dans mon entourage les gens ne savent absolument pas comment ça fonctionne ni si ça enregistre quoi que ce soit mais me disent : je ne veux pas que le gouvernement sache ce que je fais et où je vais.
C’est plutôt culturel. C’est le gouvernement, méfiance. Justifiée ou pas là n’est pas la question, mais ne pense que le principal frein est dans la mentalité, pas dans la technique

avatar byte_order | 

@marc_os
> qui centralise des données alors que c'est 100% inutile pour atteindre l'objectif initial.

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer cela ?
Depuis toujours l'approche centralisée de StopCovid est motivée par les études statistiques sur la propagation du virus, la fonction notification de contact n'étant pas le *seul* objectif.

> On est en droit de se poser la question.

Oui, bien sûr.

> Or, en l'absence de toute réponse,

Y'a eu des réponses.
Le pb c'est...

> c'est la méfiance qui s'instaure.

... que la méfiance est *déjà* installée avant même de considérer les réponses faites.

avatar Antwan | 

Rien n’est reproché, juste constaté.

avatar macbookpro2016 | 

@Godverdomme

En d'autres temps tu aurais fait un tabac toi retourne vivre pendant la seconde guerre mondiale sous la dictature tu y seras comme un poisson dans l'eau

avatar ech1965 | 

Point Goodwin au 3ème commentaire... c'est un record

avatar vsi | 

@ech1965

Complètement. C’est du délire.

avatar warmac33 | 

@ech1965

Lol !

avatar steph-ane | 

Il y a t-il un exemple dans le monde où ce type d’application a fonctionné (API Apple/Google ou pas) ?
Pas aux USA en tout cas : pas de généralisation d’application sur l’ensemble des états (moins de 10 états utilisent une application) certains états vienne seulement maintenant de lancer leur app...
Peut-être en Corée / Singapour ...

Sur le bilan financier : les postes les plus importants sont la comm et le support, alors que l’on reproche au gouvernement de ne pas avoir fait assez de comm et de soutenir cette initiative timidement...

avatar Nitneuqq | 

@steph-ane

L’Allemagne. Ça a très bien fonctionné (j’y vis).

avatar oautier | 

@Nitneuqq

Les français n’ont pas la même culture/mentalité que les allemands... y compris s’agissant de télécharger une application contre la Covid.

Le français adore critiquer l’autre et le jalouser ;-)

Comme à chaque match important de l’équipe de France, il y a autant de sélectionneurs que de citoyens...

C’est ce qui fait le charme de ce pays

avatar frankm | 

@oautier

Pour le foot. Je ne suis pas concerné.

avatar SidFik | 

un autre domaine c'est de critiquer sans arret leur propre peuple sur des clichés incessants, ca commence à devenir lourd ..

avatar Sindanárië | 

@SidFik

"ca commence à devenir lourd .."

Rho bah c’est quand même dommage de se lasser déjà au commencement.
C’est dingue cette génération d’impatients 😬

avatar r e m y | 

@Nitneuqq

En Allemagne les rapports parlementaires ne sont pas tendres non plus sur l'app Corona Warn...
Certes le nombre de téléchargement est très important (20 millions), mais l'app n'est pas plus utile qu'en France.
- Seulement 3% des personnes testées positives Covid, et ayant installé l'app, se déclarent dans l'app
- le coût de développement et d'exploitation est 10 fois supérieur à celui constaté en France
- compte-tenu du choix d'une architecture décentralisée, les autorités sanitaires ne disposent, par cette app, d'aucune information sur le développement de l'épidémie

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/09/15/en-allemagne-le-succes-...

avatar Nitneuqq | 

@r e m y

- 1er point : donc imaginez en France...
- 2ème point : oui, mais la qualité y est. J’aimerais aussi dire que l’Allemagne peut se le permettre.
- 3ème point : cela dépend. Car bien souvent, lorsque tu te fais tester ici, tu as deux points de relation : l’app, et ton médecin. Ton médecin te passera dans les stats, et l’app t’inviteras dans tous les cas à aller voir un médecin.

En général, la communication est bien meilleure : toutes les institutions en font la publicité (métro, restaurants, centres commerciaux,...).

En bref, pour moi l’application est bien meilleure, et la communication bien mieux maîtrisée.

Édit : j’oubliais ! l’application t’indique également si tu as eu un contact à risque faible (longue distance, courte durée...), et combien. Personnellement, ça tourne à ~3 contacts à risque faibles par semaine. Donc j’évite de sortir. Ce sont des petites choses, mais ça change les mentalités.

avatar byte_order | 

@Nitneuqq
> 2ème point : oui, mais la qualité y est. J’aimerais aussi dire que l’Allemagne
> peut se le permettre.

Qu'est-ce que c'est que cet argument !?
La "qualité y est", alors que les résultats semblent similaires, je vois pas en quoi vous pouvez l'affirmer.
On devrait avoir 10x plus d'efficacité vu qu'elle a couté 10x plus, logiquement.
Un cout est un cout, à résultat comparable un cout supérieur est supérieur, point, peu importe que le contribuable puisse se le permettre ou pas.

Et au passage, désolé, mais le contribuable français peut tout autant se "permettre" de payer 2,5 millions. Chaque test covid est remboursé 65 euros par l'Etat, je vous laisse compter combien ont été fait durant la même période, cela met bien en perspective ce 2 millions et demi...

> Donc j’évite de sortir. Ce sont des petites choses, mais ça change les mentalités.

Parce que dire à tout une population qu'il faut rester confiné et ne sortir qu'après avoir remplir une attestation qui n'autorise les sorties que dans des cas limités, cela ne permet pas de se rendre assez compte qu'on a fatalement des contacts à risque même faible !?
Y'a besoin d'une app pour découvrir ça !?

avatar Nitneuqq | 

@byte_order

Oulah, il faut se calmer. À vous lire, on pourrait croire que le commentaire d’oautier vous est destiné...

>> La "qualité y est", alors que les résultats semblent similaires, je vois pas en quoi vous pouvez l'affirmer.

55% des personnes positives ayant l’app se sont déclarées dans l’app. Il vous faut quoi de plus ?

Source journalistique : https://www.connect.de/news/corona-warn-app-gemeldete-faelle-infizierte-...

Source officielle : https://www.rki.de/DE/Content/InfAZ/N/Neuartiges_Coronavirus/WarnApp/Arc...

>> Parce que dire à tout une population qu'il faut rester confiné et ne sortir qu'après avoir remplir une attestation qui n'autorise les sorties que dans des cas limités, cela ne permet pas de se rendre assez compte qu'on a fatalement des contacts à risque même faible !?Y'a besoin d'une app pour découvrir ça !?

C’est justement ça la différence de culture. En Allemagne, nous n’avons JAMAIS eu un confinement. Les gens sortent, et vivent normalement ou presque. Sauf qu’au lieu d’obliger les masques comme ailleurs, l’Allemagne donne des recommendations et les gens les suivent (et oui, pas besoin de forcer les gens !)... J’étais dans les rues de Francfort il y a quelques semaines : pas une personne sans masque dans les rues ! Et les gens n’avaient aucune obligation de le mettre !

Pareil pour les traçages de contacts... Dès le début, le deal pour la réouverture des restaurants était de prendre les informations des clients. En France, ça n’est toujours pas mis en place ? Pareil lorsqu’on voyages, les institutions policières te rendent visitent plusieurs fois pour s’assurer que tu restes bien confiné...

avatar Godverdomme | 

N'essaye pas, tu parles avec des gens qui connaissent mieux la situation que n'importe qui, c'est les beauté de 2020

Monsieur lambda sur un forum sait ce qui se passe en Allemagne sans y avoir vécu, et remet de médecins a l'heure place

Merci Internet! !!

avatar oautier | 

@Nitneuqq

J’oubliais. Pour être complet notamment sur le foot : À la fin c’est (souvent) l’Allemagne qui gagne ;-)

avatar MGA | 

@oautier

Belle caricature tout de même... surtout que personne n’est capable d’évaluer réellement l’apport de l’app dans la stratégie sanitaire.
En revanche il y a bien d’autres mesures efficaces qui différencient l’Allemagne de la France. Industrialisation précoce d’un test, système hospitalier adapté pour recevoir plus de patients en réanimation, compétences des dirigeants, stratégie globale mise en œuvre plus tôt...
L’app est un gadget utile quand le reste est déjà performant sinon c’est juste un aspirateur à argent public pour faire moderne.

avatar Florent Morin | 

@steph-ane

En Corée du Sud et en Israël, ça a bien fonctionné.

C’est ce qui a amené les autres pays à travailler à une solution respectueuse de la vie privée. D’où DP-3T en Europe, intégré ensuite aux systèmes d’exploitation.

Mais vu que la vie privée est respectée, la mesure de l’efficacité en conditions réelles est quasiment impossible. (Sauf en France, Hongrie, Australie et quelques pays légers sur la vie privée)
On peut juste mesurer l’efficacité en laboratoire. Et pour ça, les concepteurs de ROBERT (TousAntiCovid) conviennent que la solution européenne est plus efficace.

https://github.com/ROBERT-proximity-tracing/documents/blob/master/BLE_co...

Concernant le déploiement d’une solution aux USA, la même solution qu’en Europe a été choisie. Il n’y aura ainsi pas besoin d’une app et cela couvrira l’ensemble du territoire.

avatar eplus | 

@FloMo

Oui c’est pour cela que vous déconseillez d’utiliser l’appli française.
Quelle est votre alternative pour tracer les cas-contact ?

avatar Florent Morin | 

@eplus

Il suffirait de respecter le vote européen et les recommandations des chercheurs.

Cette solution est DP-3T, qui respecte les critères de respect de la vie privée. Elle a été intégrée aux systèmes d’exploitation iOS et Android sous forme d’un framework spécifique destiné à cet usage.

On y gagnerait ainsi en sécurité, respect de la vie privée, fiabilité et interopérabilité.

C’est ce qu’ont fait / feront 21 pays européens ainsi que les USA, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni,...

avatar eplus | 

@FloMo

D’accord donc en résumé vous n’avez pas d’autre alternative que de vous faire élire par les français et appliquer votre programme.

En attendant il n’y a que TousAntiCovid en France, et les médias qui comme vous ne proposent rien d’autre que d’attendre la vaccination sont purement irresponsables.

Vous qui savez si bien tracer les cas-contacts, je donne votre e-mail dans les transports en commun ?
Vous êtes tellement meilleur lorsque vous êtes impartiaux !

avatar Florent Morin | 

@eplus

Aujourd’hui, TousAntiCovid - ou précisément ROBERT - ne peut être considérée comme une solution de traçage de contacts fiable.
Il y a un consensus à ce sujet. Y compris de l’avis des concepteurs de ROBERT. C’est dire !

Croire que TousAntiCovid sert à quoi que ce soit dans le traçage des contacts est une erreur. Vérifiée par les chiffres et par la logique technologique qui est imparable.

Sa seule utilité est l’information et la création d’attestations.

Le reste est une illusion totale.

avatar Adodane | 

@FloMo

Et les 16000 personnes notifiées par l’application ? C’est rien ?

avatar Florent Morin | 

@Adodane

0,67 notification par cas identifié : c’est rien.

Sachant qu’une notification ne signifie pas un cas contact mais un cas contact potentiel.

À titre de comparaison, quand l’assurance maladie fait un traçage manuel (en appelant les gens), ce sont 2,5 à 4 cas contacts attestés par cas identifié.

Même si chaque notification permet de trouver à coup sûr un cas contact, il y a de très grandes chances pour que la ces contact ait déjà été identifié par l’assurance maladie.

Et encore : la technique de l’assurance maladie va évoluer car elle est jugée trop inefficace.

avatar Adodane | 

@FloMo

C’est pratiquement une personne notifiée sur 3 cas déclarés dans l’application, ce n’est pas rien.
Et c’est une statistique qu’on ne peut pas comparer avec les autres solutions, parce que malheureusement cet indicateur est impossible à obtenir.
Mais on sait qu’en Allemagne, malgré un nombre important de téléchargements, seulement 3% se déclarent dans l’app. Après combien sont notifiés ? On n’en sait rien ! C’est le trou noir !

avatar Florent Morin | 

@Adodane

> C’est pratiquement une personne notifiée sur 3 cas déclarés dans l’application, ce n’est pas rien.

C’est presque rien. D’autant qu’une notification ne signifie pas un cas contact. Surtout quand le Bluetooth fonctionne mal.

> Et c’est une statistique qu’on ne peut pas comparer avec les autres solutions, parce que malheureusement cet indicateur est impossible à obtenir.

C’est vrai : ailleurs, le respect de la vie privée est total.

On pourrait s’appuyer sur la quantité de clés reçues, mais seules les clés utiles sont partagées et de fausses clés sont aussi diffusées afin d’amplifier le respect de la vie privée.

> Mais on sait qu’en Allemagne, malgré un nombre important de téléchargements, seulement 3% se déclarent dans l’app. Après combien sont notifiés ? On n’en sait rien ! C’est le trou noir !

67 millions d’habitants en France.
83 millions en Allemagne.

2,2 millions de cas en France.
1,1 millions de cas en Allemagne.

22 millions d’utilisateurs en Allemagne, soit 26 % de la population.
10 millions d’utilisateurs en France, soit 15 % de la population.

50 000 déclarations via l’app en France, soit 0,5 % des utilisateurs et 2,2 % des cas.
83 314 declarations via l’app en Allemagne, soit 3,7 % des utilisateurs et 7,6 % des cas.

Il y a donc plus de 3 fois plus de signalements via l’app en Allemagne.

Combien sont notifiés et sont réellement des cas contacts ? On n’en sait rien. Dans un cas comme dans l’autre.

Il ne faut pas oublier qu’une notification ne signifie pas un cas contact.
Surtout avec le Bluetooth par défaut qui est extrêmement limité.
Évidemment, augmenter le nombre d’utilisateurs ne va pas améliorer la fiabilité si le Bluetooth est bancal.
Par contre, avec un Bluetooth calibré comme il faut assorti d’un grand nombre d’utilisateurs, il y a forcément plus de notifications utiles.

Édit : j’ai actualisé mes chiffres à partir des 83 314 cas signalés via l’app selon cette source

https://www.connect.de/news/corona-warn-app-gemeldete-faelle-infizierte-...

avatar Adodane | 

@FloMo

Les 3% de déclarations dans l’application allemande c’était une info donnée le 19 octobre, à l’époque il y avait 300 000 contaminations dans le pays et il y en a plus de 1 100 000 aujourd’hui le 3 décembre.
Pourtant l’application allemande utilise le protocole de Google/Apple .
Le Bluetooth est bancal chez nos voisins ?

avatar Florent Morin | 

@Adodane

Le nombre de déclarations n’a rien à voir avec l’efficacité du protocole.

Si 100 personnes se déclarent malades et que chacune avertit 0,67 personnes, ça aura notifié 67 personnes.

Si 50 personnes se déclarent malade et que chacune avertit 2 personnes, ça aura notifié 100 personnes.

Si 100 personnes reçoivent une notification dont une sur deux est un faux positif, ça fait 50 cas contacts identifiés.

Si 80 personnes reçoivent une notification dont une sur cinq est un faux positif, ça fait 64 cas contacts identifiés.

L’idéal est d’avoir :
- une communication Bluetooth fiable
- un algorithme efficace (sous réserve d’avoir des données Bluetooth fiables)
- un taux d’adoption élevé (sous réserve que la technique soit efficace)
- un nombre de signalements via l’app élevé (sous réserve qu’il y ait un taux d’adoption élevé avec un technique fiable, sinon ça ne signale à personne)

On n’a rien de ça. Contrairement à nos voisins.

avatar Adodane | 

@FloMo

Où est l’efficacité de l’application allemande qui utilise le protocole de Google ? Donne moi des chiffres puisque le nombre de personnes contaminées a explosé en un peu plus de un mois !

avatar Florent Morin | 

@Adodane

On n’a les chiffres sur l’efficacité ni en France ni en Allemagne.

Le nombre de notifications ne signifiant rien sur l’efficacité. Il suffit d’enregistrer les pseudonymes à 2, 3 ou 5 mètres et le tour est joué. On aura juste des faux positifs.

La seule certitude, c’est qu’il y a moins de limites par rapport au Bluetooth avec la solution Google / Apple.

Juste un chiffre : le calibrage du RSSI qui permet de calculer la distance entre 2 appareils. C’est clairement le cœur du projet.
Le calibrage RSSI de quelques dizaines d’appareils Android a été effectué côté ROBERT.
Google en a récemment ajouté des centaines, sans savoir combien il y en avait à l’origine.

Et je ne parle même pas du Bluetooth qui ne fonctionne pas sur iOS en tâche de fond. Ni de l’altération du signal sur les Android de moins de 2 ans quand il y a moins de batterie. Ni même de la fréquence d’émission du signal qui n’est pas vraiment contrôlable par les API par défaut.

avatar Adodane | 

@FloMo

Non pas de chiffres, à quoi on servi les millions dépensés par l’état allemand pour une application, et dans un pays avec plus 800 000 contaminés en un peu plus d’un mois ?

avatar Florent Morin | 

@Adodane

À ne pas se retrouver à 2,2 millions de malades comme en France ?

avatar Adodane | 

@FloMo

Euh ... ils sont passé de 300 000 contaminés à plus de 1 100 000, soit pratiquement 4 fois plus en un peu plus de un mois ... et tout ça avec une application qui utilise le protocole de Google et un succès niveau téléchargements !

Donc à quelle est l’efficacité de l’application allemande et les millions investis ?

avatar Florent Morin | 

@Adodane

Ça fait +800 000 pour une population de 83M.
On a fait +800 000 aussi avec une population de 67M.

Sur la même période.

Il y a eu moins de cas en Allemagne qu’en France, proportionnellement à la population : 9,6 % contre 11,9 %.

L’âge median en France est de 41,1 ans. Contre 50,3 ans en Allemagne. Et on sait que l’âge est un facteur de gravité. Donc normalement, il devrait y avoir plus de cas en Allemagne si on s’appuie sur cette donnée.

Mais je ne vois pas le rapport avec l’app.

avatar Adodane | 

@FloMo

Je te parle d’un facteur x4 en un peu plus d’un mois !
Le rapport de l’efficacité de l’app est pourtant clair, son but est de lutter contre les contaminations Covid.

avatar Florent Morin | 

@Adodane

L’app n’est pas l’alpha et l’oméga.

Au mieux, ça ralentit la propagation de la pandémie.

Contrairement à ce que dit la pub, ce n’est pas un geste barrière.

avatar Adodane | 

@FloMo

Est ce que ça ralenti en Allemagne ?

avatar Florent Morin | 

@Adodane

On est passé de 25 000 nouveaux cas à 23 000. Donc oui.

En France, ça accélère un peu (4 000 à 8 000 nouveaux cas).

En même temps, dans des pays à faible densité de population, il ne faut pas rêver.
Ça peut avoir un impact sur les clusters, notamment en métropole.
À la campagne, c’est à dire la majorité de l’Europe, tu croises 15 personnes par jour. Sauf si tu te déplaces, le risque est faible.

En tout cas, les apps ne peuvent pas avoir un impact majeur.

avatar Adodane | 

@FloMo

Tu es très mal informé, l’Allemagne subit de plein fouet le Covid et pourtant ils ont choisi le protocole de Google pour leur application.

avatar Florent Morin | 

@Adodane

J’ai édité mon commentaire avec les 83000 signalements en Allemagne.

avatar eplus | 

@FloMo

L’appli indique que 16000 personnes ont été averties par l’appli : l’ont-ils été inutilement d’après vous ?

Et si cette appli ne sert à rien d’autres qu’à l’information et aux attestations, pourquoi cette appli a été créée ?
Je me pose vraiment la question de ce que vous pensez.

avatar Florent Morin | 

@eplus

> L’appli indique que 16000 personnes ont été averties par l’appli : l’ont-ils été inutilement d’après vous ?

Dans le même temps, 64 000 personnes au moins ont été averties par l’assurance santé à partir du même nombre de cas identifiés.

Sous réserve que chaque notification soit un cas contact effectif. Vu le niveau de fiabilité des API Bluetooth par défaut, il est permis d’en douter.

Donc, sur 16 000 personnes averties par l’appli, dans les vrais cas contacts, il ne doit pas y avoir beaucoup de monde qui n’ait pas déjà été averti par l’assurance santé.

> Et si cette appli ne sert à rien d’autres qu’à l’information et aux attestations, pourquoi cette appli a été créée ?

C’est assez simple.
Pour faire court : on s’est enfermé dans le déni.

À l’origine, il y avait 2 prototypes conçus en Europe : ROBERT et DP-3T. Suffisant pour démontrer le concept, mais certainement pas pour partir en production.

La France a travaillé sur ROBERT, avec d’autres pays européens.
Et d’autres pays (peut-être également la France) ont travaillé sur DP-3T.

L’objectif était de trancher entre centralisé et décentralisé : ce qui a été fait le 17 avril par le biais d’un vote au Parlement Européen.

Un peu avant ce vote, le 10 avril, Google et Apple ont proposé de s’appuyer sur DP-3T et y ajouter leurs propres compétences technologiques.

Le 19 avril, 300 chercheurs de 25 pays ont opéré une déclaration commune sur le traçage des contacts et ont recommandé de suivre le vote européen. En particulier pour des questions de respect de la vie privée.

Sauf que Cédric O venait de lancer une offensive sur Apple et Google en disant que les GAFAM se gavaient sans rien donner en retour (la fameuse nouvelle taxe) et que la FrenchTech n’avait pas besoin d’eux.

D’où les déclarations très rapides affirmant que la solution Apple / Google était un danger pour la vie privée car les pseudonymes transitaient entre tous les appareils. Et que nous, la FrenchTech, on mettait en place une IA (sic!) qui a besoin de toutes les données remontées.

Chacun a essayé de se convaincre que ça allait fonctionner, quitte à s’arranger temporairement avec la vérité. De toutes manières, vu les annonces et menaces, impossible de revenir en arrière.

Et plus ça allait loin, plus le déni est devenu grand.

Au bout d’un moment, à force de dire que ça fonctionne, ça devrait finir par fonctionner. Il suffit de s’en convaincre.

Sauf qu’en parallèle, 21 pays en Europe, les USA, le Canada, le Japon et autres ont choisi d’adopter la version DP-3T améliorée par les constructeurs.

Toutes les promesses de Google / Apple ont été tenues :
- specifications ouvertes
- ouverture d’une partie du code source
- miss en place de l’interopérabilité
- ajustement et calibrage de l’algorithme en fonction des besoins des organisations de santé
- intégration native au système d’exploitation
- possibilité d’utiliser le procédé sans avoir à développer une app (Exposure Notification Express)
- implementation pour les objets connectés disponible sur GitHub pour Raspberry Pi.

Pendant que ROBERT patine :
- ni objets connectés
- ni intelligence artificielle (impossible sans données de qualité).

Et je pense qu’ils s’imaginent que c’est trop tard pour reculer.

Alors qu’un changement de cap a déjà été opéré dans d’autres pays : Allemagne, Suisse, Royaume-Uni. Eux aussi étaient sur du centralisé « maison ».

> Je me pose vraiment la question de ce que vous pensez.

J’espère avoir été suffisamment transparent.

avatar byte_order | 

@eplus
> Oui c’est pour cela que vous déconseillez d’utiliser l’appli française.
> Quelle est votre alternative pour tracer les cas-contact ?

Ben aucune.
C'est tellement mieux d'exiger la perfection sinon rien...

avatar r e m y | 

@FloMo

Faut quand même avoir une sacré confiance pour déployer une solution dont on n'a ensuite aucun moyen de mesurer l'efficacité ...

Dépenser quelques millions à l'aveugle ce n'est pas, en France du moins, très compatible avec les règles de la dépense publique qui impose de pouvoir justifier chaque euro dépensé.

Imaginez ce qu'aurait écrit Éric Cioti si on avait dépenser la même somme sans pouvoir rien mesurer de l'usage ou de l'efficacité de l'app!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR