Cannes persiste et signe : Netflix interdit de tapis rouge

Nicolas Furno |

L’an dernier, le Festival de Cannes avait créé la polémique en glissant dans sa sélection deux longs-métrages qui appartenaient à Netflix et qui ne sont pas sortis dans les salles françaises, chronologie des médias oblige (lire : La sélection cannoise relance la polémique sur la chronologie des médias). Avant même l’ouverture de l’édition 2017, l’institution avait modifié sa politique pour les années suivantes : seuls les films sortis en salles ou qui ont prévu de sortir dans les cinémas pourront être sélectionnés et soumis au jury.

Photo de fond : Jamie Davies (CC BY 2.0).

Alors que le Festival de Cannes se prépare pour 2018 qui se déroulera du 8 au 19 mai, son président s’est exprimé en fin de semaine dernière, pour annoncer quelques changements de règles. Thierry Frémaux a évoqué le calendrier légèrement amendé (le festival aura lieu du mardi au samedi en huit, et non du lundi au dimanche comme avant), quelques changements dans les diffusions à la presse et en public, mais aussi l’interdiction des selfies en haut des marches. Les stars et tous les autres invités ne pourront plus se prendre en photo, parce que, justifie son président :

En haut du tapis rouge, la trivialité et le ralentissement provoqués par le désordre intempestif créés par la pratique des selfies nuit à la qualité de la montée des marches. Et donc au Festival tout entier.

On leur souhaite bien du courage pour éviter les égoportraits lors de la montée des marches. Ce sera nettement plus simple pour l’autre politique, celle qui consiste à interdire Netflix et les autres services de streaming similaires, comme Prime Video d’Amazon. Thierry Frémaux a indiqué qu’il espérait convaincre ces géants américains de sortir leurs films dans les cinémas français, et donc se plier à la chronologie des médias :

L’an dernier, lorsque nous avons sélectionné ces deux films, je pensais convaincre Netflix de les sortir en salle. J’étais présomptueux : ils ont refusé. Désormais, tout film en compétition devra sortir dans les salles françaises.

Faut-il le rappeler ? Netflix a refusé de sortir Okja et The Meyerowitz Stories, ses deux films en compétition, au cinéma parce que la loi française l’aurait ensuite empêché de les proposer à ses abonnés pendant 36 mois. Le service de streaming a cherché un compromis avec une sortie limitée à quelques jours, juste avant de diffuser les deux longs-métrages en streaming, mais aucune exception n’a été accordée. Et les deux films sont donc sortis exclusivement sur Netflix, et dans aucun cinéma français, nonobstant les diffusions cannoises naturellement.

La situation est désormais plus claire, et tant pis pour les réalisateurs de renom qui travaillent avec ces nouveaux-venus et qui seront privés de Festival de Cannes. Peut-être d’ailleurs que les organisateurs du festival espèrent que cette interdiction poussera ces réalisateurs à refuser les financements proposés par Netflix et les autres, au profit des acteurs traditionnels du marché ? Dans tous les cas, Thierry Frémaux a beau « [défendre] l’image d’un festival qui prend des risques, interroge le réel et doit être chaque année au cœur des débats », et juger « préférable que tout cela se passe à Cannes qu’ailleurs », il ferme la porte à des services de streaming et un mode de consommation qui sont toujours plus populaires…


avatar JOHN³ | 

Ça viendra...

Sur les sorties en salle ils ont raison.

avatar lulubotine | 

Les vieux croulants ancrés dans les traditions...
Non! Il ne faut pas évoluer !

avatar Desseaux | 

@lulubotine

C’est un festival de cinéma, pas de films.
C’est pas illogique de demander une sortie en salle.

avatar heu | 

@Desseaux

Si tu voulais dire "festival de l'industrie du cinéma traditionnel", Ok. Par contre si tu parlais du cinéma en tant que 7° art, se caractérisant par un spectacle donné sous la forme d'un film, je ne vois pas pour quelle raison un film distribué sur une plate-forme de streaming devrait être disqualifié.

avatar benjico | 

Jusqu'à preuve du contraire, le festival s'appelle Festival international du film de Cannes et non festival du cinéma. Et en excluant certains film, ils décident ce qu'est un film et ce qui ne l'est pas... Les réals indépendants qui diffusent leurs films sur Vimeo seront ravis d'apprendre qu'ils ne font pas des films...

avatar gabou009 | 

Non, la demande n'est pas illogique.

Par contre, le délai de 36 mois (!!) entre la salle et le streaming l'est grandement!

Pourquoi faire simple quand on peut faire français?

avatar lepoulpebaleine | 

@gabou009

Oui, c’est exactement ça. Je ne tiens pas spécialement à défendre NetFlix, mais si une sortie en salle les oblige ensuite à attendre, évidemment, ça ne leur convient pas.

Il faut trouver un compromis : 36 mois c’est vraiment trop long. Et la conséquence : le piratage !

C’est typique des fausse bonnes idées (en effet assez fréquentes en France) : en voulant protéger le cinéma la loi actuelle pousse (indirectement) au piratage. On marche sur la tête.

Cela dit, il y a une autre question : est-ce que les séries ne vont pas finir par ringardiser les longs métrages ? Parce que les séries au format 10 épisodes par saison (éventuellement une seule saison), ont d’énormes avantages. C’est à la fois plus long (donc on peut davantage creuser les intrigues, la psychologie des personnages, etc.) et à la fois plus digeste.
Et il commence à y avoir plein de pognons pour les financer (ex : NetFlix).

avatar IPICH | 

@lepoulpebaleine

Non je ne pense pas, la serieu raconte une histoire différemment des films, et le boum des séries actuellement se construit et s'explique avec des séries faites avec de nouvelles techniques de narration et un rythme différent s'il y a 10 ans, c'est pareil pour les films, on évolue dans la façon de raconter une histoire.
Mais il ne faut pas s'y méprendre: un film aussi peut permettre de développer les personnages en les creusant bien comme il faut, tout n'est pas obligé d'aller vite et d'être visitée en surface.

avatar lepoulpebaleine | 

@IPICH

Oui, je suis d’accord que des formats différents n’empêchent pas de faire de belles œuvres (construites, riches, profondes)... ou au contraire de grosse daube.
Mais la législation, pour le coup, peut devenir un handicap pour les films par rapport aux séries.
Cela dit je ne crois pas du tout à la mort du cinéma. Ni à celle du livre par exemple.

avatar Laurent S from Nancy | 

Je pense la même chose que @IPICH, d'ailleurs on parlait déjà de ringardisation du cinéma pour des séries comme les Experts ou Lost il y a une quinzaine d'années...

avatar azer0147 | 

Je ne comprends pas très bien le sens du compromis qui avait été proposé... si le film ne sort en salles que quelques jours il peut être diffusé en streaming directement après ? Je ne vois pas en quoi une courte diffusion permet de contourner la chronologie des médias

Edit : Pardon, je n’avais pas bien lu, c’est Netflix qui a demandé ce compromis, je pensais que c’était l’inverse... D’où le refus

avatar newiphone76 | 

Ils finiront pas plier...Thierry Frémaux et consorts

avatar Ajioss | 

À mon avis il met le festival en danger. L’importance des films direct to streaming grandira avec le temps. La légitimité du festival se alors en question.

avatar Lymf | 

On voit qu’ils ne suivent pas l’évolution des médias et se leur diffusion, tout comme cette loi sur la chronologie des médias qui devrait être réécrite... 36 mois? Wth

avatar Laurent S from Nancy | 

La chronologie des médias à la française est totalement dépassée. Résultat, Netflix et compagnie sortiront leur production en "direct to video" faute de pouvoir les sortir en salle, et après ce sont les mêmes qui viendront pleurer que les gens ne vont plus au cinéma.

avatar gregelhombre | 

N'importe quoi, le cinéma existe depuis 150 ans et rien ne changera le plaisir d'aller s'asseoir pour regarder un film sur grand écran avec du bon son et surement pas NETFLIX avec son streaming pourri et son son nasillard
Il y a des lois et je ne vois pas pourquoi NETFLIX aurait le droit de griller un feu rouge
S'ils veulent rendre leur film visible de suite en streaming, ils le sortent UNE fois dans UNE salle dans la creuse (ça serait le point de départ) et la vraie sortie serait alors 36 mois plus tard en streaming pour tt le monde.... (ça simule un décalage)

avatar Dgamax | 

@gregelhombre

Et ça sert à quoi d’attendre 36 mois pour le diffuser?
Ton film est finalisé pourquoi tu dois le rendre exclusif aux salles de cinéma?

avatar heu | 

@gregelhombre

Le son pourri et nasiliard on peut le retrouver dans certaines salles. Et pas forcément le cinéma de cambrousse. C'est en tout cas intéressant de découvrir que certains comme toi privilégient la forme sur le contenu. Pour moi, un bon film n'a pas besoin de matériel de projection haut de gamme pour être bon. Il l'est de par son contenu.

avatar gregelhombre | 

C'est marrant comment les gens ne comprennent rien ou lisent en diagonale...
T'as pas compris quoi dans "plaisir d'aller au cinéma ??
Regarde le ton super bon film en streaming tout seul sur ton canapé avec tes mm's et tu as raison c'est le meilleur moyen de mater un film....
Je ne parle pas de fond ou de forme, je parle de plaisir !
etc...

avatar House M.D. | 

@gregelhombre

C’est apparemment vous qui avez des problèmes de compréhension. Vous comparez techniquement les deux procédés de diffusion en utilisant des arguments erronés et ensuite vous venez vous plaindre que l’on vous reprend sur votre jugement hâtif.

Dans votre post d’origine, vous ne parlez en aucun cas du plaisir de vous rendre en famille ou entre amis au cinéma, vous dites, pour résumer, « le cinéma c’est la meilleure qualité et Netflix c’est pourri ».

Qui lit en diagonale maintenant?

avatar gregelhombre | 

"N'importe quoi, le cinéma existe depuis 150 ans et rien ne changera le plaisir d'aller s'asseoir pour regarder un film sur grand écran avec du bon son"
bonne nuit, il est temps d'aller se coucher

avatar House M.D. | 

@gregelhombre

"le plaisir d'aller s'asseoir pour regarder un film sur grand écran avec du bon son"

Quand on commence comme ça pour ensuite dire que l’autre format est nasillard, c’est une comparaison technique. Mais je pense qu’il vous manque le quota de neurones et d’humilité nécessaires pour admettre votre erreur.

avatar heu | 

@House M.D.

Quand on tente d'argumenter par la tradition, c'est qu'on a pas vraiment d'argument ?

avatar House M.D. | 

@gregelhombre

Pas de bol, sur la forme (vu que vous ne prenez pas le fond en compte), on dépasse la « qualité cinéma » depuis quelques temps en image (4K OLED contre 2K dans une majorité de salles hors cas spéciaux genre grandes salles IMAX), et on l’égale en son (Dolby Atmos que ce soit en salle ou chez soi). Et ne me parlez pas de compression, le Dolby Atmos est indiscernable entre version PCM et compressée, et la 4K HDR compensent largement la compression en H265.

Rajoutez à ça les réglages de salles genre caisse de keke le soir au fond du parking de Carrouf et les projos mal réglés ou en bout de souffle, et on a le combo parfait pour préférer son petit chez soi bien équipé. Et je n’ai même pas soulevé le sujet des guignols qui prennent la salle pour un fast-food ou le café de la gare...

avatar IPICH | 

@House M.D.

Avoir une TV sois disant 4K pour regarder les gardiens de la galaxie alors que certains Marvel dont celui là sont filmé en 2k...
Une TV 4K c'est comme les smartphones à écran 4K: c'est une grosse arnaque.
Il faut un ecran suffisamment grand pour avoir l'utilité de la 4K

avatar House M.D. | 

@IPICH

65 pouces OLED et des BR 4K avec mastering sur 4K, ça vous ira où il en faut encore plus? Ne jamais présumer, avant de connaître les moyens techniques/connaissances de son interlocuteur...

avatar lepoulpebaleine | 

@House M.D.

+1 pour l’aspect purement technique

avatar gregelhombre | 

Sur que ça court les rues.... N'importe quoi

avatar House M.D. | 

@gregelhombre

L’idée n’est pas de dire si c’est courant ou non, l’idée est de savoir si on peut préférer ou non le cinéma. Et dans mon cas, la réponse est claire : non, on peut avoir une installation personnelle bien plus agréable que la moyenne des salles françaises. Vous n’avez en aucun cas parlé d’équipement à utiliser, juste que vous trouviez le signal de Netflix pourri. Et je vous réponds donc que non, le signal n’est pas pourri, c’est l’équipement utilisé durant votre expérience qui doit être d’une qualité plus que déplorable.

avatar gregelhombre | 

bon je vais calmement expliquer que certaines personnes préfèrent aller au cinéma, c'est une sortie en famille etc....
Ton son dolby, c'est super bien, mater un film sur netflix, c'est super bien !
Aller au cinéma, c'est un plaisir... Tu peux aussi regarder des concerts sur netflix ou en streaming , je préfère aller dans une salle de concert, tu peux télécharger tous les livres que tu veux, je préfère tourner les pages....
Tu comprends?

avatar House M.D. | 

@gregelhombre

Si vous aviez utilisé cet angle depuis le début, oui. Mais dans votre post original, vous attaquiez sur la partie technique de Netflix, qui selon vos dires étaient moisie.

Si vous voulez être compris des autres personnes, utilisez des arguments et un vocabulaire cohérents. Vous comprenez cette fois?

avatar Wodraks | 

@gregelhombre

Si certains préfèrent aller au cinéma plutôt que devoir en streaming, pourquoi obliger les producteurs à attendre 36 mois après une diffusion au cinéma pour pouvoir la proposer en streaming ?

Si les deux peuvent être simultanés (cinéma et streaming), je suis effectivement certain que les salles continueront d'être remplies pour les bons films.

Je trouve cette loi obsolète et elle risque de causer la perte des cinémas parce que certains studios, comme Netflix, ne voudront pas du tout diffuser au cinéma pour ne pas avoir à subir cette loi.

avatar cheif34 | 

Les mêmes qui rejettent le streaming payant ou la remise en question de la chronologie des medias se plaignent du piratage...

Schizophrénie absolue.

Quand comprendront-ils que l'écrasante majorité des gens qui piratent sont en réalité prêts à payer pour avoir accès à l'ensemble des films qu'ils souhaitent voir rapidement et sur une même plateforme ? Pourquoi ce qui fonctionne pour la musique avec Deezer, Spotify et Apple Music et qui a permis de faire drastiquement chuter le piratage ne fonctionnerait pas pour le cinéma ?

A force de lutter pour la survie d'un modèle totalement dépassé et anachronique, ils creusent leur propre tombe...

avatar bibi81 | 

Les mêmes qui rejettent le streaming payant ou la remise en question de la chronologie des medias se plaignent du piratage...

Le piratage est bien pire pour Netflix (disponible dés la sortie du film sur Netflix, contrairement au cinéma où il faut attendre quelques semaines).

Quand comprendront-ils que l'écrasante majorité des gens qui piratent sont en réalité prêts à payer pour avoir accès à l'ensemble des films qu'ils souhaitent voir rapidement et sur une même plateforme ?

Et surtout dans le format de son choix et sans restriction !

Pourquoi ce qui fonctionne pour la musique avec Deezer, Spotify et Apple Music

Ça fonctionne pour qui ? Les clients (il y a des limites...) ? Les artistes (ils n'ont pas l'air tous heureux) ? Les majors (qui réclament toujours plus d'argent parce qu'elles trouvent que ce n'est pas assez rentable) ? Spotify, Deezer et autres (qui à ma connaissance ne sont toujours pas rentables) ?

Sinon à tout hasard, peut-être qu'on ne consomme pas les films comme la musique ?

avatar lepoulpebaleine | 

@cheif34

+ 1000000000000000000000

Je n’aurais pas dit mieux.

Et cette comparaison entre le monde de la musique où des offres légales, satisfaisantes en termes de budget et de catalogues d’une part existent aujourd’hui, et le monde de la vidéo, je la fais en longueur de temps.

Je suis de ceux qui payent pour la musique et qui suit tout à fait près à le faire aussi pour la vidéo si on nous propose quelque chose de raisonnable.

Certes, il y a des différences : les musiciens gagnent aujourd’hui beaucoup moins par leur disques et plus par leur concerts. Donc il faut réfléchir...

avatar A884126 | 

Il semble que la problématique soit plus liée à une sortie en salle qu'à la chronologie des médias.

Ce sujet est aussi présent aux US et à écouter Steven Spielberg, un film qui sort à la télévision est un film de tv et non de cinéma. Il est donc aussi opposé à l'introduction de films tv produits par Netflix et consorts lors de festivals "cinéma".

Mais contrairement en France il y a d'autres festivals qui récompensent les productions télévisuelles comme le National Télévision Awards

https://consequenceofsound.net/2018/03/steven-spielberg-thinks-netflix-films-are-tv-movies-shouldnt-get-oscar-consideration/

http://variety.com/2018/film/news/steven-spielberg-netflix-movies-oscars-1202735959/

avatar Dgamax | 

C’est bien dommage car Netflix réalise de belle série et des films.
Cette loi empêchant une diffusion en streaming après un passage au cinéma est nul...
Ils ont pas un gros catalogue en France à cause de ça surement, du coup ils créaient leur propre contenu et c’est ça leur force en France

avatar ecosmeri | 

@Dgamax

En même temps quel intérêt ce festival? Que Netflix y soit ou pas je doute que cela impacte leur CA.

avatar occam | 

« Win with Willkie ! »

(Autocollant sur le pare-chocs d'une DeSoto de 1939, achetée d'occasion par Glenn Gould dans les années '50.

Wendell Willkie, candidat républicain malheureux aux élections présidentielles de 1940, perdant massivement contre Franklin Roosevelt.

Pour Gould, cet autocollant symbolisait la pérennité de slogans discutables dès leur énonciation, et dont l'échec s'était amplement confirmé par la suite, mais qui avaient continué de trainer dans la nature par inertie.)

avatar Laurent S from Nancy | 

"Ils ont pas un gros catalogue en France à cause de ça surement"

C'est tout à fait ça. Il y a aussi une autre problématique concernant les "exclusivités". Par exemple une série produite par Netflix mais réservée à Canal pour la diffusion française ne pourra pas être diffusée parallèlement en streaming. Tout ça fait que le catalogue Netflix est relativement pauvre en France comparé à d'autres pays.

avatar cheif34 | 

Les gens ne vont plus au cinéma car aujourd'hui, les écrans plats > 60 pouces et les systèmes de home cinema sont facilement accessibles pour le particulier avec des films qu'on peut télécharger facilement et diffuser via le systeme DLNA. Le modèle des grandes salles de cinéma est dépassé et est amené à mourir à petit feu : il faut se déplacer en voiture, payer un parking, et multiplier le montant d'une place de ciné à 10 euros par 3 ou 4 en y allant en famille. L'industrie continue de vouloir défendre et d'imposer au consommateur une offre dépassée alors que la demande ne suit pas...

avatar Paquito06 | 

@cheif34

“Les gens ne vont plus au cinéma car aujourd'hui, les écrans plats > 60 pouces et les systèmes de home cinema sont facilement accessibles pour le particulier avec des films qu'on peut télécharger facilement et diffuser via le systeme DLNA. Le modèle des grandes salles de cinéma est dépassé et est amené à mourir à petit feu : il faut se déplacer en voiture, payer un parking, et multiplier le montant d'une place de ciné à 10 euros par 3 ou 4 en y allant en famille. L'industrie continue de vouloir défendre et d'imposer au consommateur une offre dépassée alors que la demande ne suit pas...”

Je me trompe peut etre mais je crois que les entrees au cinema en France ne se sont jamais aussi bien portees ces 2-3 dernieres annees, ca va de record en record.
Ici aux US, les frequentations ne desemplissent pas non plus...

Pour ce qui est de Cannes qui n’est que paillette pour le peuple et pavanage pour les acteurs sur le declin, Netflix ne perd rien. Ils pesent plus qu’Hollywood a present donc bon... Et si Cannes pouvait offrir au moins d’agreables sallea de cinema...!

avatar cheif34 | 

@Paquito : c'est tout à fait exact mais c'est le chant du cygne. Ce sont principalement les retraités qui remplissent les salles de ciné. Les -50 ans y vont beaucoup moins...

avatar heu | 

@cheif34

?

avatar Ast2001 | 

Ils défendent le cinéma, les salles, un mode de création et de diffusion plus que centenaire. A ce titre, ils ont raison. Netflix propose la plupart du temps (en création originale) des téléfilms, pas des films. Cela ne remet pas en cause la qualité de certaines créations Netflix.

avatar Vanton | 

@heu

Pourtant tu le dis toi même... Film et cinéma sont deux choses différentes ! Des films qui ne passent pas par la case « cinéma » n’ont rien à faire dans un festival de... cinéma.

Les français se revendiquent d’ailleurs comme les inventeurs du cinéma (le fait de présenter un film à un large public) et non pas du film (dont la paternité revient à Edison). Les frères Lumière ont inventé les projections publiques, simplement. Quand Edison s’était contenté d’appareils dans lesquels un unique spectateur regardait défiler un film.

Après on peut dire que le cinéma se meurt et que l’avenir est au film regardé sur des sites pirates bardés de pubs de cul... Ou au streaming légal sur des plateformes comme Netflix. Mais dans ce cas, à quoi bon organiser à Cannes des projections publiques et presse ? Autant que tout le monde reste chez soi et vote par mail après avoir maté la sélection sur son MacBook.

avatar heu | 

@Vanton

On s'est mal compris. Je n'ai pas dit ça. Je cite Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma) :

"Le cinéma est un art du spectacle. En français, il est couramment désigné comme le « septième art », d'après l'expression du critique Ricciotto Canudo dans les années 1920[1]. L’art cinématographique se caractérise par le spectacle proposé au public sous la forme d’un film, c’est-à-dire d’un récit (fictionnel ou documentaire), véhiculé par un support (pellicule souple, bande magnétique, contenant numérique) qui est enregistré puis lu par un mécanisme continu ou intermittent qui crée l’illusion d’images en mouvement, ou par un enregistrement et une lecture continus de données informatiques."

Dans cette définition, pas de différence entre un film dédié aux salles ou au streaming.

avatar Vanton | 

@heu

Si, la notion de public et d’art du spectacle.

Le cinéma, ce n’est pas le film. Historiquement du moins.

avatar Mac13 | 

Il faut préserver les salles obscures. C'est le bon moyen de contribution à l'industrie du 7e art. Si les industries de streamings gagnent, ils pourraient modifier nos états d'esprits de vie sociales. (Ex : les sociétés sous influences comme les NRA pour promouvoir les armes, Mosanto pour les carottes bleus...)

Les services de streamings restent dans leurs propres domaines : hébergements et gestions, point•

Pages

CONNEXION UTILISATEUR