Entreprise



Apple améliore ses outils de déploiement des appareils iOS

L’IT Center a été revu dans la nuit, mais les changements ne sont pas que cosmétiques. Apple a considérablement amélioré ses outils de déploiement à destination des entreprises et du monde de l’éducation, répondant à quelques-unes de leurs demandes les plus pressantes.

En déportant la gestion des appareils mobiles vers les serveurs d’Apple, le Device Enrolment Program (DEP) permet de configurer et superviser une flotte d’appareils sans jamais y toucher. Un administrateur peut désormais assigner un appareil à un utilisateur depuis un portail web : au premier démarrage, l’appareil est automatiquement rattaché au système de gestion de l’entreprise et l’utilisateur suit un processus de paramétrage simplifié. Dès lors, les appareils peuvent être supervisés over-the-air.

Le DEP est pour le moment réservé aux États-Unis : il implique qu’Apple sache quelle institution a acheté tel ou tel appareil pour pouvoir lier l’un à l’autre. Seuls les iPhone et les iPad achetés par l’institution directement auprès d’Apple sont donc éligibles, l’idée étant qu’elle ne puisse pas s’approprier un appareil acheté par l'utilisateur. Il n’est toutefois pas improbable que le DEP soit étendu à tous les pays comptant des Apple Store.

Le programme d’achat en volume (VPP) évolue dans la même direction. Il n’est plus question d’envoyer des codes aux utilisateurs pour qu’ils puissent télécharger des apps : il est désormais possible d’assigner une app à un identifiant Apple. L’application en question peut être « rappelée » over-the-air en cas de départ du salarié, et son installation peut être forcée sans confirmation.

Ce nouveau système implique que chaque appareil soit utilisé de pair avec un Apple ID : cela ne pose pas de difficultés en entreprise, mais peut en poser dans le monde de l’éducation où les élèves peuvent avoir moins des 13 ans requis pour créer un identifiant. Le programme Apple ID for Students règle ce problème : il permet de générer un identifiant Apple pour chaque élève, identifiant qui ne sera validé qu’une fois que les parents, avertis par mail, auront donné leur consentement.

[Via TechCrunch]

Tags: , ,


De nouveaux guides sur la sécurité et le déploiement des appareils iOS

Apple a récemment mis à jour son guide de référence sur le déploiement des appareils iOS en entreprise. En un peu moins de 50 pages, il fait un tour rapide des possibilités en matière d’intégration aux outils utilisés en entreprise, de sécurité, de configuration et de gestion, ainsi que de distribution des applications.

Autre guide récemment revu, celui sur la sécurité des appareils iOS. Il s’agit là encore d’un tour d’horizon sommaire, qui apporte notamment des précisions sur Touch ID et la Secure Enclave, sans rien apprendre d’inédit à leur sujet. Mais ce n’est pas le but de ces documents, qui sont avant tout des synthèses pour les DSI.

[Via Fraser Speirs]



Windows Phone s'ouvre un peu plus au monde de l'entreprise

Windows Phone est évidemment compatible avec Exchange et SharePoint, mais il n'est sinon pas véritablement adapté au monde de l'entreprise. Avec trois ans de retard, Microsoft va enfin lui apporter quelques-unes des fonctions les plus importantes dans cet environnement.

Entreprise

Un prochain feature pack ajoutera ainsi à Windows Phone :

  • la possibilité de signer et chiffrer les courriels avec S/MIME ;
  • la compatibilité avec l'authentification EAP-TLS sur des réseaux Wi-Fi ;
  • l'activation automatique du VPN si besoin et par application ;
  • de nouvelles fonctions de gestion de flotte (restrictions par appareil, liste blanche / liste noire d'apps…) ;
  • la gestion par certificats (ajout, mise à jour et révocation de certificats pour l'authentification).

Il intégrera une mise à jour qui n'arrivera pas avant le premier semestre 2014, mais qui sera prise en charge 36 mois au lieu des 18 habituels. Une décision qui, l'espère Microsoft, « rassurera les entreprises quant à leur investissement dans Windows Phone ».



iOS 7 : Apple fait les yeux doux aux entreprises

Apple met désormais en avant les fonctions d’iOS 7 qui peuvent avoir un intérêt dans le monde de l’entreprise, où les iPhone et les iPad ont trouvé leur place. Dès cet automne, le déploiement des appareils iOS sera plus simple, la gestion des licences d’apps plus efficace et les communications plus sécurisées.

La gestion de flotte a ainsi été simplifiée, aussi bien pour les appareils appartenant à l’entreprise que ceux apportés par les salariés. Un appareil iOS pourra être géré par les solutions de gestion d’appareils mobiles dès son activation et non plus seulement après la première configuration. Les options d’accessibilité ainsi que la liste des imprimantes AirPrint et des appareils AirPlay sûrs peuvent désormais être configurées par les administrateurs, qui peuvent aussi ajouter des polices personnalisées.

La confidentialité des données transitant via un appareil iOS a été renforcée. Les administrateurs peuvent désormais forcer la connexion des apps utilisées par l’entreprise via un VPN, sans faire de même pour les apps de l’utilisateur. De même, ils peuvent contrôler plus finement l’ouverture de documents et d’apps afin que les documents professionnels restent dans les apps de l’entreprise et que les documents personnels ne puissent pas être mélangés. Enfin, les apps tierces sont désormais concernées par le chiffrement des données et l’authentification unique.

Les utilisateurs apprécieront sans doute la boîte « non lus » et la recherche (beaucoup) plus rapide de Mail ou la synchronisation des notes via Exchange. Les administrateurs, eux, retiendront le nouveau programme d’achat d’apps en volume, qui permet enfin d’assigner des apps à des utilisateurs tout en gardant l’entière propriété et sans avoir besoin de l’Apple ID de l’employé. Ce dernier point est aussi valable pour les apps OS X et les livres.



Un séminaire en ligne sur le déploiement de l'iPad en entreprise

Apple organisera prochainement un séminaire en ligne et en direct sur le déploiement de l’iPhone et de l’iPad en entreprise. Les « experts entreprise Apple » exposeront les « les différentes approches possibles concernant les options de déploiement, de configuration et de gestion, les solutions de gestion des appareils et le déploiement d’apps. »

La première partie de ce séminaire aura lieu le 16 mai de 16h00 à 16h30, la deuxième partie le 22 mai de 16h00 à 16h30. L’inscription est gratuite et le séminaire comporte une session de questions / réponses.



La Défense américaine n’abandonne pas BlackBerry

Le département de la Défense des États-Unis (DoD) n’abandonnera pas BlackBerry : son porte-parole, le Lt. Col. Damien Pickart, l’assure à PC Magazine. L’information d'Electronista selon laquelle le DoD serait sur le point de commander 650 000 appareils iOS serait purement et simplement « erronée ».

Le DoD a certes prévu de réduire sa dépendance à BlackBerry, qui fournit 470 000 de ses 600 000 appareils mobiles, grâce à un système de gestion agnostique qui favorisera l’adoption de terminaux iOS et Android. Mais il continuera à se fournir auprès du fabricant canadien, qui a expliqué à TechCrunch que le BlackBerry Z10 et le BES 10 seraient certifiés par la Défense américaine au mois d’avril.

Malgré ce démenti, Electronista réitère ses déclarations. Quoi qu’il en soit, le renouvellement du parc du DoD est suspendu à la levée du « séquestre », ces coupes budgétaires automatiques qui ont très lourdement touché les dépenses de défense. Mais il semble donc que si iOS et Android ont gagné du terrain, BlackBerry tienne bon sur le front.



L'iPad continue son expansion dans les entreprises

En septembre dernier, lors du Special Event consacré à l'iPhone 5, Tim Cook indiquait fièrement que 94 % des entreprises de Fortune 500 testaient ou déployaient des iPad. Tech Data, un des plus gros revendeurs d'informatique dans le monde, a indiqué que 12 % de ses recettes était lié à Apple, dont la majeure partie concernait des ventes de Mac et d'iPad.

À partir de ce chiffre, un analyste, Tavis McCourt, estime que Tech Data écoule environ deux millions d'iPad directement aux entreprises par an. En considérant que l'iPad soit aussi populaire chez les autres distributeurs, 5 à 10 millions d'unités sont vendus aux entreprises annuellement. Ce chiffre ne prend pas en compte les iPad utilisés en milieu professionnel par le truchement du mouvement BYOD (Bring your own device, apportez vos propres terminaux en français dans le texte) qui prend de plus en plus d'ampleur.

Lors du dernier trimestre, Apple a vendu 14 millions d'iPad à travers le monde (lire : Résultats Apple T4 2012 : tout ce qu'il faut savoir).

Photo Vincent Brown CC BY

[Via AllThingsD]

Tags:


8 500 iPad déployés dans les agences Barclays

La banque Barclays en Angleterre a acheté 8500 iPad pour ses conseillers en clientèle. Dans une brève déclaration auprès de The Register, une porte-parole a expliqué que la préférence pour cette tablette était venue des équipes concernées et que d'autres marques avaient été évaluées. Sans plus de détails sur les modèles mis en concurrence et les critères considérés.

Ces iPad sont en train d'être utilisés dans ses agences pour assister les conseillers dans les dossiers de prêts immobiliers et pour « améliorer l'interaction avec les clients ». Peut-être que l'iPad permettra de mettre les informations sous les yeux du client de manière plus pratique que l'habituel écran de PC que l'on tourne vers lui pour étudier les différents scénarios d'emprunt.

Le logiciel utilisé, Mortgage Brain, est la propriété de six banques. Le grossiste en charge de la vente de ces iPad a confirmé que cet intérêt pour l'utilisation de la tablette d'Apple dans les grandes entreprises était en train de se développer.

[The Register via The Next Web]

Tags:


Comment les iPhone sont protégés en entreprise

L'usine nouvelle a publié une enquête sur la sécurisation des smartphones en entreprise, en prenant comme cas concrets deux multinationales françaises, Total et Sanofi.

Le groupe pétrolier a déployé près de 7 000 iPhone et 300 iPad auprès de ses 96 000 employés répartis à travers le monde entier. Pour identifier ses mobiles, Total installe des certificats sur chacun d'entre eux. En cas de perte ou de vol, les données sont effacées à distance, une opération par ailleurs accessible à tous avec Localiser mon iPhone [1.4 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – Apple].

Les employés de Total doivent passer par un VPN (un tunnel virtuel chiffré) pour se connecter au réseau de l'entreprise en situation de mobilité. Les communications vocales de certains managers susceptibles d'avoir des échanges confidentiels sont également chiffrées.

Chez Sanofi, un seul mot de passe de huit caractères a été mis en place pour protéger les terminaux mobiles — qui sont tout de même chiffrés. La firme pharmaceutique dispose en fait d'un parc plus hétérogène où se mêlent iPhone et smartphones Android.

Les deux entreprises ont néanmoins un point en commun : elles empêchent toutes deux d'utiliser iCloud. Le service d'Apple permet de sauvegarder dans le nuage tout le contenu d'un terminal, une opération qui ne convient pas à ces firmes qui voudraient paramétrer plus finement les réglages. Le directeur des systèmes d'information de Total parle avant tout d'iCloud comme d'un service à destination du grand public.

Sanofi envisage également de développer son propre magasin d'applications mobiles, les différents apps stores étant vus comme une source potentielle de risques.

Enfin, comme nous le faisions remarquer dans notre dossier Témoignages : vous et les logiciels de sécurité, « le principal rempart face à des malwares ou virus reste encore l'utilisateur, mais c'est aussi sa première faiblesse. » Total et Sanofi sont conscientes de cet état de fait et sensibilisent leurs employés aux questions de sécurité. Le groupe pharmaceutique a lancé une campagne de communication l'année dernière sur ce thème et Total quant à lui conseille ses employés lors de la remise du matériel.



Des iPhone pour les contrôleurs dans les trains américains

Amtrak, la SNCF américaine, va équiper ses contrôleurs avec un nouveau système beaucoup plus moderne que les poinçonneurs qu'ils utilisaient encore. Les agents contrôleront les billets à l'aide d'un iPhone et d'un scanner de code-barres.

De leur côté, les passagers n'auront plus à récupérer un billet papier, il leur suffira d'acheter leur titre sur Internet ou via une application iOS et ils pourront même afficher le code-barre correspondant sur l'écran de leur terminal. Un gain de temps — et d'argent — pour l'Amtrak qui devait jusque-là numériser manuellement tous les billets poinçonnés dans ses trains pour en garder une trace.

Pour les passagers, c'est aussi une promesse de souplesse supplémentaire. Amtrak (Gratuit), l'application conçue par l'entreprise, leur permettra de modifier une réservation à la volée, sans devoir passer par un guichet ou une borne.

Ce système construit autour de l'iPhone est expérimenté depuis novembre dernier, il est maintenant étendu à tous les contrôleurs. Dès cet été, 1700 terminaux seront en service dans les trains de l'Amtrack. Cette dernière a dépensé 7,5 millions de dollars, mais les avantages devraient rapidement compenser la somme demandée.

Le processus est beaucoup plus rapide et automatisé, ce qui a de nombreux avantages. Les contrôleurs sauront en permanence où il reste des sièges inoccupés dans le train et ils pourront ainsi réorienter les voyageurs sans place assise. Mieux, ils pourront communiquer avec le chauffeur ou encore notifier l'Amtrack en cas de matériel défectueux.

[Via : AppAdvice et New York Times]