Après Apple, au tour de Spotify de lancer son propre service d'abonnements à des podcasts

Mickaël Bazoge |

Spotify suit Apple à la trace. Une semaine après la présentation des Abonnements Apple Podcasts, le service de streaming dégaine sa réplique qui mitonnait depuis un moment. Les créateurs de podcasts pourront ainsi proposer des abonnements payants à leurs auditeurs via l'outil de création Anchor, propriété de Spotify depuis février 2019.

L'ouverture de ce nouveau service se limite aux États-Unis à l'heure actuelle, mais une expansion internationale est dans les tuyaux (Apple lancera ses abonnements dans le courant du mois de mai dans 170 pays). Les premiers podcasts payants apparaitront sous peu, Spotify ayant accordé un laisser-passer à 12 créateurs. Les prix iront de 2,99 $ à 7,99 $ par mois.

Dans Anchor, les créateurs auront la possibilité de marquer comme payants des flux entiers de podcasts, ainsi que des épisodes spécifiques. Spotify recommande de proposer quelques épisodes gratuits afin d'attirer les auditeurs (par exemple les deux ou trois premiers). Comme chez Apple, il sera aussi possible de distribuer des épisodes sans publicité aux abonnés payants. Les podcasteurs pourront également proposer leurs programmes payants sous forme de flux RSS privés (comme Kernel Panic) pour pouvoir les écouter dans l'app de leur choix.

La principale différence entre les deux offres, c'est que Spotify ne prélèvera aucune commission sur les abonnements, au moins pendant les deux années à venir. À partir du printemps 2023, la plateforme demandera une com' de 5%, ce qui reste largement moins élevé que les 30% exigés par Apple (15% la deuxième année d'abonnement).

La rumeur avait couru la semaine dernière que les utilisateurs iOS pourraient s'abonner directement depuis l'application Spotify sans passer par le mécanisme de facturation de l'App Store. L'idée était d'ouvrir une vue web avec le formulaire d'inscription, ce qui contrevient aux règles d'Apple. Spotify explique qu'il reviendra aux podcasteurs de faire de la pédagogie et d'expliquer à leurs auditeurs comment s'abonner à leurs émissions depuis iOS. Et il n'est pas question d'ouvrir une page web d'abonnement dans l'application.

Par ailleurs, Spotify et Facebook ont noué un accord qui va permettre au contenu du premier (musique et podcasts) d'être présenté et joué dans l'application du second. Un mini-lecteur audio va apparaitre dans l'app Facebook pour les abonnés Premium de Spotify, proposant des programmes en fonction des interactions sociales de l'utilisateur. Une nouveauté disponible au Canada et aux États-Unis, mais pas encore en France.


Tags
avatar 1515julian | 

Abonnements, abonnements, abonnements.. je commence à en avoir ras le bol. Donc maintenant il faut un abo pour la musique et un autre pour les podcasts? Alors que le tout est proposé dans la même app..

avatar Franckali | 

@1515julian

Idem je supporte plus. Abonnement à 2-3 euros à droite à gauche, j’ai fini par vite faire le ménage.

Je pense que je ne suis pas le seul, à un moment données les gens vont finir par tout supprimer. Heureusement quelques app résiste et font des achats complets, mais pour combien de temps encore….

avatar bigsteck | 

@Franckali

Pareil pour moi, payer tout le temps, je dit non. Podcast apple, spotify, audible, abo canal, netflix, disney, prime, et j’en oublie. Sa va revenir cher pour certain.

avatar Leoowww | 

@bigsteck

Comment on finance le contenu du coup ? Il faut bien rémunérer les artistes ? Financer les films et les séries ?

avatar Adodane | 

@Leoowww

C’est surtout les plateformes qu’on renumere pour sur, les artistes peut être.

avatar Leoowww | 

@Adodane

Netflix a dépensé 19 milliard de dollars rien que pour ces créations originales (ça prends donc pas en compte l’achat de droit de diffusion)

avatar Adodane | 

@Leoowww

Non c’est 19 milliards prévus en 2021 por ses productions mais surtout l’acquisition de contenus.

Sachant que Netflix appelle original, un produit qui n’a jamais été diffusé dans un pays donné. La casa de papel ( bouse ) n’est par ex pas un original Netflix en Espagne puisque quelle a été diffusé sur sa chaîne d’origine bien avant l’achat par Netflix des droits. Et comme cela, il y a tonnes de cas.

Netflix paye bien, surtout pour des navets.

avatar anton96 | 

@1515julian

C’est clair , encore quand c’est du contenu je pouvais comprendre. Mais elle la entre les différents services complémentaires plus les exclus concurrentes style Netflix vs Disney.

S’il faut rajouter les Adobe, office et companies. Hahah bonne chance

avatar Rigby | 

@1515julian

Mais ça étonne qui sérieusement ? Ces stratégies sont connues de tous mais on continue de se lamenter sur l’inexorable augmentation des prix des services. Les gens veulent des espaces débarrassés de publicité, ça coûte très cher, alors on commence par les habituer en leur faisant payer peu (voire pas du tout) et une fois rendus dépendants, on augmente les prix un peu partout.

Netflix, Spotify & cie n’ont pas fini d’augmenter leurs prix, mais les gens restent et ils continuent à recruter, alors tant que ça marche, ils n’ont aucune raison de se priver 💰

avatar Mickaël Bazoge | 
Le souci, c'est que les gens ne veulent ni pub ni abonnement. Pour les apps de contenus régulièrement renouvelés comme Netflix ou iGen, c'est une équation intenable. Edit : pas tous heureusement sinon on aurait mis la clé sous la porte depuis longtemps…
avatar 13novembre | 

@MickaelBazoge

Il faut rémunérer ce qui nous intéresse, c’est comme tout, il faut faire un choix dans ses abonnements. C’est normal de payer un service que l’on utilise.
Pour les podcasts, je m’attendais plus à un abonnement du style streaming musical donnant accès à une bibliothèque d’épisodes. Dans la proposition d’Apple et de Spotify, c’est plus ciblé, ça sera plus difficile de vendre le service je pense.

avatar Ajioss | 

@MickaelBazoge

En même temps comment leur en vouloir ? il y a toute la reéducation d’une génération à (re)faire . Et vous ( la presse web en general) avaient aussi une part de responsabilité la dedans.
La presse numérique s’est en partie construite dans ses premières années sur un dumping ( le tout gratuit)asphyxiant et précipitant la chute de la presse écrite. Maintenant il est difficile de revenir en arrière ou tout simplement de commencer . Toute une génération n’ayant pas connu cette période des librairies et autre kiosque pour acheter de l’information.

Le podcast suit exactement la même trajectoire et rencontre donc les mêmes défis.

avatar Franckali | 

@MickaelBazoge

Non je ne parle pas de la presse ou un service de streaming !
Mais sur la plupart des app un achat devrait suffire, tout tourne autour des abonnements.

avatar Franckali | 

@MickaelBazoge

Non je ne parle pas de la presse ou un service de streaming !
Mais sur la plupart des app un achat devrait suffire, tout tourne autour des abonnements.

avatar anton96 | 

Puisque qu’on vous le disais

avatar passingphantom | 

Celui qui a inauguré le podcast payant chez nous, c'est Majelan, et on ne peut pas dire que le succès soit au rendez-vous. Certes, c'est un acteur indépendant, rien de comparable avec les grosses machines que sont Spotify ou Apple Music. Mais, en tous les cas pour la France, je doute sérieusement de l'intérêt du public pour des podcasts payants. Dans les pays anglosaxons par contre, l'équation n'est pas la même. Quoiqu'il en soit, je refuse de payer pour quelque podcast que ce soit. Il y a déjà suffisamment de contenus intéressants à écouter sur les replay des médias traditionnels qui sont gratuits (pour le moment du moins.) Nous avos la chance d'avoir des médias riches en contenus intéressants. Ce n'est pas la même chose partout et les podcasts viennent combler un manque. Ici, c'est différent. Bon courage aux acteurs de podcasts natifs qui se lancent dans le podcast payant en France. Ils en seront, à mon avis, pour leur frais et en reviendront.

avatar cherbourg | 

Moi aussi je joins le groupe des stop abonnements. Ayant vécu aux States j’ai de petits abos à droite à gauche : ma banque me prélève 1€ à chaque fois pour «commission paiement par carte ».

CONNEXION UTILISATEUR