Fermer le menu

affaire prototype iphone 4G

Toute l'actualité sur affaire prototype iphone 4G

iPhone 4 : l'« affaire Gizmodo » est classée

10/08/2011 | 21:22

L'iPhone 4 apparaît pour la première fois, sous la forme d'une photo volée, sur le site d'Engadget, le 17 avril 2010. Deux jours plus tard, le même modèle s'étale en Une de Gizmodo : le site technologique du groupe Gawker a acheté pour 5 000 $ ce prototype dont on apprendra plus tard qu'il a été perdu dans un bar de Redwood City par Gray Powell, un ingénieur d'Apple. Ainsi commence l'« affaire Gizmodo », qui a trouvé ce soir sa conclusion : le juge responsable du dossier a décidé de ne pas retenir de charges contre les employés de Gizmodo ou de Gawker incriminés, et de ne retenir que des charges mineures (requalification du crime en délit) contre les deux personnes ayant trouvé puis vendu le prototype.

gizmodo

Gawker, qui publie les conclusions du juge sur le site de Gizmodo se « félicite que le juge […] ait décidé, à la lumière des preuves, qu'aucun crime n'avait été commis par l'équipe de Gizmodo en relation avec la publication d'informations sur le prototype d'iPhone 4 l'an passé. » Le fond de l'affaire portait sur les conditions d'acquisition et de conservation de ce prototype, et les conditions de publications d'informations à son sujet.

Les conclusions de l'enquête ne révèlent pas tous les détails : si l'on sait que Gawker a payé pour obtenir ce prototype — du « journalisme de chéquier » souvent dénoncé —, on ne connaît pas la somme exacte. La rumeur veut que le groupe connu pour ses sites people ait déboursé 5 000 $ pour l'acquérir. Restait donc à savoir si l'iPhone 4 de Gray Powell avait été dérobé, où si l'ingénieur d'Apple l'avait bel et bien oublié. Le compte-rendu du jugement semble indiquer qu'il a été perdu : Brian Hogan et Sage Wallover ont d'abord été...

Lire la suite

Jobs répond à la police

21/09/2010 | 10:37

Les autorités californiennes sont sur le point de terminer l'enquête au sujet du prototype d'iPhone 4 perdu/volé. Le procureur du comté de San Mateo, Stephen Wagstaffe, a indiqué qu'un certain nombre de salariés d'Apple avaient été interrogés par les services de police : le personnel en relation avec l'affaire, mais également Steve Jobs en personne.

Il reste à déterminer les charges et les inculpés dans cette affaire, suite aux résultats de cette enquête. Brian Hogan, l'étudiant qui déclare avoir trouvé l'appareil, mais également Gizmodo qui lui a acheté le prototype, sont concernés au premier chef.

Jobs avait évoqué l'affaire auprès de Walt Mossberg durant la conférence D8.

Source : CNET

Annulation du mandat de perquisition contre Gizmodo

17/07/2010 | 12:02

Le mandat de perquisition contre Gizmodo lancé suite à l'affaire du prototype d'iPhone 4 trouvé dans un bar vient d'être retiré par le comté de San Mateo qui en était à l'origine. Il y avait des doutes sur la légalité de ce mandat qui concernait un journaliste (lire : iPhonegate : l'EFF prend position) et ces doutes étaient apparemment fondés. Tout le matériel confisqué à Jason Chen, le journaliste de Gizmodo, lui sera rendu et ne pourra être utilisé comme preuves contre lui.

Cela ne signifie pas pour autant la fin de l'affaire. Les poursuites contre le site sont maintenues et le procureur pourrait initier une procédure pour confisquer à nouveau le matériel du journaliste. L'affaire semble en tout cas se normaliser : selon le Wall Street Journal, c'est parce que Gizmodo a accepté de coopérer que le procureur a retiré son mandat.

via MacRumors

iPhone 4G : Gizmodo sous la loupe et Jobs ne lâche rien

04/06/2010 | 14:04

Le volet judiciaire de l'affaire Gizmodo et de l'iPhone 4G se poursuit. L'équipement informatique de Jason Chen (qui avait racheté l'iPhone) saisit par la police va être expertisé en vue de recueillir toute information relative à ce dossier. Une personne a été désignée à cet effet pour passer ses ordinateurs et correspondances au crible.

Steve Jobs, lors de la conférence D8, avait abordé cet épisode à deux reprises. D'abord sur un ton mi sérieux mi-amusé "Il y a une enquête en cours. Mais je peux vous dire ce que je sais. Pour fabriquer un produit, vous devez de le tester. Vous devez l'emmener à l'extérieur. Un de nos employés en avait un. Il y a débat pour savoir s'il l'a laissé dans un bar, ou s'il a été volé dans son sac. La personne qui l'a trouvé a essayé de le vendre, ils ont appelé Engadget, ils ont appelé Gizmodo."

"La personne qui a pris le téléphone l'a branché sur l'ordinateur de son colocataire. Et ce gars essayait de détruire des preuves… et son colocataire a appelé la police. C'est une histoire étonnante - il y a eu vol, il y a eu recel, il y a eu extorsion, je suis sûr qu'il y a aussi eu du sexe [rires] il faudrait en faire un film ! Toute cette affaire est très pittoresque. La justice s'en occupe, et à ma connaissance il y a une personne qui s'assure qu'ils ne s'intéressent qu'aux éléments liés à cette affaire. Je ne sais pas comment tout cela finira."

Puis il y était revenu de manière plus sérieuse "Quand toute cette affaire avec Gizmodo a démarré, j'ai reçu des conseils de gens qui m'ont dit "Tu n'as qu'à laisser filer, tu ne devrais pas aller après un journaliste simplement parce qu'ils ont acheté un produit volé et essayer de t'extorquer quelque chose. J'y ai beaucoup réfléchi, et j'en ai conclu que le pire qui puisse se passer, c'est que nous remettions en cause nos principales valeurs et laisser ça de côté. Je ne peux pas faire ça. Je préfèrerai démissionner."

via...

Lire la suite

Gizmodo à Steve Jobs : « nous n'avons rien à perdre »

15/05/2010 | 00:06

La cour du conté de San Mateo, en charge de l'affaire opposant la maison-mère de Gizmodo à Apple sur la question du supposé prototype d'iPhone 4G, a aujourd'hui rendu public un certain nombre de documents (dont certains par erreur) qui permettent d'en apprendre plus sur cette affaire.

L'essentiel de l'affaire y est confirmé : le toujours supposé prototype d'iPhone, même s'il ne reste plus grand doute sur son statut, a bien été perdu par un ingénieur d'Apple, Gray Powell, dans un bar. Il l'avait en fait posé sur son sac, et quelqu'un aurait bousculé ce sac, faisant tomber le prototype.

C'est le patron du bar qui a trouvé l'iPhone. Pensant que ce téléphone, protégé par une coque, était tout à fait normal, il l'a confié à Brian Hogan. Celui-ci a très vite reconnu un prototype, mais après l'avoir branché à son ordinateur, le téléphone a été désactivé à distance.

Le témoignage de la colocataire de Hogan établit clairement sa responsabilité : elle a tenté de convaincre Hogan de ne pas vendre l'iPhone, arguant qu'il pourrait détruire la carrière de Gray Powell, mais celui-ci aurait répondu : « [Désolé] pour lui. Il a perdu son téléphone. Il n'aurait pas dû perdre son téléphone ». Cette phrase le fait, a priori, entrer dans le cas d'un vol selon la loi californienne, comme le note l'inspecteur Matthew Broad, en charge de l'enquête.

Gizmodo, par l'intermédiaire de sa maison-mère Gawker, a payé 5.000 $ en billets de 100 $ pour acquérir l'iPhone des mains de Brian Hogan, lui promettant un bonus si ce modèle s'avérait être celui qui sortira le mois prochain. Reste à savoir si Gizmodo savait comment Hogan...

Lire la suite

Gizmodo : le mandat de perquisition garde ses secrets

12/05/2010 | 12:24

Une fin de non-recevoir a été opposée au groupe de média américain qui réclame que soit rendu public le mandat de perquisition du domicile du rédacteur de Gizmodo, auteur de l'article sur l'iPhone 4G.

CNET, Bloomberg, Wired.com, l'Associated Press, le Los Angeles Times et d'autres font en effet valoir une loi qui leur permet d'avoir accès à ce type de document. En réponse à cette requête, les autorités chargées de cette affaire expliquent que l'identité de personnes ayant fourni des informations au tout début de l'enquête doit être tenue secrète pour le bon déroulement de celle-ci. Même le document qui instaure cette confidentialité sur le mandat n'a pas été produit.

Une autre proposition a été rejetée, celle que ces documents soient publiés, mais avec les noms de ces informateurs masqués. Toutefois, cette demande va être étudiée par un juge ce vendredi.

Gizmodo : des médias réclament le mandat de perquisition

05/05/2010 | 11:46

Plusieurs médias américains dont CNET vont officiellement demander à ce que le mandat de perquisition qui a permis la saisie des matériels informatiques du rédacteur de Gizmodo auteur de l'article sur l'iPhone 4G soit rendu public.

CNET explique vouloir savoir, par la nature de ce mandat, si le juge qui a autorisé cette perquisition considérait le salarié de Gizmodo comme un journaliste ou non. Dans le premier cas, cette opération policière n'avait pas lieu d'être, en vertu de lois protégeant les sources des journalistes. Et cela peut se traduire par des amendes et versement de dommages et intérêts.

Le contenu de ce mandat, toujours selon la loi, aurait déjà dû être rendu public, mais il est toujours placé sous le sceau de la confidentialité. Même le document qui instaure cette confidentialité n'a pas été produit. CNET, Wired.com et une association vont ainsi rédiger une demande formelle d'accès à ces documents. Ils se sont attachés les services d'un cabinet d'avocats qui avait notamment travaillé sur une affaire d'écoutes illégales de la part d'AT&T.

Nouveaux détails sur l'affaire de l'iPhone 4G

28/04/2010 | 18:46

Wired apporte de nouveaux éléments au dossier du prototype d'iPhone 4G. Elles proviennent de l'entourage de la personne qui a trouvé cet iPhone (plutôt que volé, c'est la version donnée ici). Il est dit d'abord qu'Apple était au courant de l'identité de cette personne dès la semaine dernière.

Des personnes venant en son nom se sont ainsi présentées il y a quelques jours au dortoir du jeune homme, demandant la permission d'entrer dans sa chambre, une requête refusée par un camarade de cet individu. L'adresse est située dans la Silicon Valley.

Dans ce qui semble être un effort de présenter l'individu sous un jour plus favorable, le contact de Wired a expliqué que plusieurs personnes dans l'entourage avaient eu vent de sa possession d'un curieux téléphone. "C'était un secret de polichinelle" depuis plusieurs semaines, et un objet de curiosité.

Son nouveau "propriétaire" aurait essayé par de multiples manières de prévenir Apple (ndlr, le plus simple eut été d'aller directement au siège de l'entreprise…) et de retrouver l'ingénieur, allant jusqu'à chercher dans Facebook de "manière alphabétique". Il se serait ensuite tourné vers des médias pour l'aider à retrouver le propriétaire de ce téléphone et au passage de confirmer qu'il s'agissait bien d'un appareil d'Apple.

Des tentatives restées lettre morte. Et ce contact d'insister sur le fait qu'il ne s'agissait pas d'obtenir le meilleur prix, mais de trouver quelqu'un capable d'authentifier cet appareil (Wired précise avoir été contacté par mail le 28 mars, mais avoir décliné l'idée d'un échange après que la personne eut fait une demande d'argent à peine voilée).

Quant aux 5000 $ perçus de Gizmodo, il ne s'agissait pas d'une vente comme cela a été présenté "de manière erronée", mais d'un droit à une exclusivité. "Il avait été très clairement convenu que Gizmodo aiderait cette...

Lire la suite

iPhonegate : Apple considère le prototype volé et non perdu

27/04/2010 | 21:42

Apple considère qu'on lui a volé le prototype d'iPhone qui fait grand bruit depuis que le site américain Gizmodo l'a présenté sous toutes ses coutures (lire : Le futur iPhone dévoilé en vidéo). C'est le procureur du comté de San Mateo, en Californie, qui l'a indiqué au Wall Street Journal.

C'est la première fois que l'on parle officiellement de vol. La version de Gizmodo est très différente puisque le site a affirmé que l'ingénieur d'Apple avait perdu l'iPhone dans un bar. La distinction est bien sûr essentielle dans la suite des évènements : s'il s'avère que Gizmodo a acheté un prototype sachant qu'il a été volé à Apple, les éditeurs du site pourraient encourir jusqu'à un an de prison. La situation est encore floue : on ne sait pas si la justice va poursuivre Gizmodo ou le vendeur. Le site est peut-être protégé par un cadre juridique qui bloquerait les poursuites judiciaires. Apparemment, l'enquête attend de préciser ce point pour continuer.

On comprend en tout cas mieux pourquoi l'ingénieur d'Apple n'a pas été licencié (lire : Apple ne plaisante pas avec la sécurité), mais aussi pourquoi la police a saisi le matériel informatique de Jason Chen, journaliste de Gizmodo (lire : La police confisque le matériel informatique du blogueur de Gizmodo).

via ...

Lire la suite

iPhonegate : l'EFF prend position

27/04/2010 | 08:13

La perquisition chez Jason Chen a d’ores et déjà fait couler beaucoup d’encre (lire : La police confisque le matériel informatique du blogueur de Gizmodo). Pour l’une des responsables de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), les forces de l’ordre ont outrepassé les lois en vigueur tant au niveau de l’État qu’au niveau fédéral. Selon Jennifer Granick , ils n’avaient pas le droit de se rendre au domicile de Jason Chen et de perquisitionner du matériel.

La responsable de l’EFF, dans un entretien donné à LaptopMag, a indiqué qu’il y avait des lois en vigueur afin de protéger le travail d’investigation et de collecte de données des journalistes et des reporters, des lois qui en théorie empêchent toute perquisition et saisie de matériels. Selon l’EFF, ces lois s’appliquent même si Gizmodo a obtenu l’iPhone dans des conditions «douteuses».

Suite à la perquisition chez Jason Chen, l’éditeur de Gizmodo, Gawker, a rencontré les autorités pour se plaindre de la manière dont l’enquête se déroule. Selon Steve Wagstaffe, du bureau du procureur du comté de San Mateo, la justice va d’abord considérer la requête de Gawker - à savoir si lois de protection des journalistes qui peuvent en Californie être étendues aux blogueurs s’appliquent dans le cas présent - et éventuellement examiner le matériel saisi.

Pages