Pays-Bas : Apple fait de nouvelles concessions pour les apps de rencontre

Mickaël Bazoge |

Après un psychodrame de plusieurs mois, Apple a finalement cédé à l’autorité pour les consommateurs et la concurrence néerlandaise (ACM) en revoyant ses pratiques concernant les applications de rencontre. Le constructeur a effectivement apporté de nouveaux « ajustements » à sa proposition pour respecter les exigences du régulateur.

Crédit : Yogas Design (Unsplash)

L’un des changements les plus importants est que les développeurs d’apps de rencontre peuvent utiliser soit un système de paiement alternatif, soit celui d’Apple, soit les deux. Les précédentes propositions ne laissaient pas le choix aux éditeurs, c’était l’un ou l’autre mais pas les deux.

Apple a également revu — encore une fois — le texte de la fenêtre modale qui prévient l’utilisateur qui veut souscrire un abonnement ou acheter du contenu au travers d’un système de paiement alternatif. Le langage employé est beaucoup moins passif-agressif qu’auparavant :

Le titre devient : « Votre paiement va être pris en charge par le développeur. Vous n’effectuerez plus de transactions avec Apple » au lieu de « Cette app ne prend pas en charge le système de paiement d’Apple ». Quant au texte, il donne à peu près ça :

Tous les achats dans cette app seront pris en charge par le fournisseur de services choisi par le développeur “developerName”. Le développeur sera responsable des méthodes de paiement et des fonctions liées, comme les abonnements et les remboursements. Les fonctions de l’App Store, telles que votre méthode de paiement App Store enregistré, la gestion des abonnements et les demandes de remboursement, ne seront pas disponibles.

Le précédent texte se terminait par « Apple n’est pas responsable pour la confidentialité et la sécurité des transactions faites avec ce développeur ».

Pays-Bas : Apple revoit à la baisse les obligations pour utiliser un système de paiement alternatif

Pays-Bas : Apple revoit à la baisse les obligations pour utiliser un système de paiement alternatif

Enfin, dernière concession, le généreux rabais de 3 % offert sur la commission s’applique aussi au programme App Store Small Business (15 % de commission au lieu de 30 %) et sur les abonnements de plus d’un an (15 % là aussi). Apple va en effet continuer à prélever sa dîme sur les transactions réalisées en dehors du système de l’App Store. Le constructeur a proposé un niveau de 27 % au lieu de 30 %…

App Store : Apple réduit sa commission à 27% sur les paiements alternatifs aux Pays-Bas

App Store : Apple réduit sa commission à 27% sur les paiements alternatifs aux Pays-Bas

L’ACM rappelle qu’il a fallu mettre Apple à l’amende à hauteur de 50 millions d’euros avant d’obtenir ces concessions. Du côté d’Apple, on continue d’opposer son désaccord avec les exigences du régulateur et un appel est en cours.

Cette procédure préfigure peut-être celle qu’Apple sera obligée de mettre en place quand le DMA européen entrera en vigueur.


avatar Mac1978 | 

C’est quand même fou de voir que des entreprises, et pas qu’Apple, se moquent des décisions des états et se jugent au-dessus de leur régulation.

Au moins, ça aura rapporté 50 millions d’euros aux contribuables néerlandais.

avatar Krysten2001 | 

@Mac1978

Se moque de quoi ? Apple est dans son droit.

avatar Mac1978 | 

@Krysten2001

La loi, le droit, est dit par l’état, pas par Apple ou les entreprises. Ces dernières font déjà assez de lobbying lors de l’élaboration des lois pour faire entendre leur point de vue.

Si, in fine, la loi ne convient pas aux entreprises, elles doivent malgré tout l’appliquer. Point. Cette attitude de faire comme si Apple n’était pas concernée par les lois et règlements qui la dérange est inacceptable.

Par exemple, l’obligation du port USB-C comme port unique de recharge sur les téléphones portables peut plaire ou pas, mais elle devra être respectée si elle entre finalement en vigueur.

avatar raoolito | 

@Mac1978

elles ne s'en moquent pas, elle ne le peuvent pas, elle ne font aucun zèle, nuance.

avatar frankm | 

Pourquoi légiférer pour les applications de rencontre ? On dirait un truc à la française, sauf que c’est à la néerlandaise !

avatar Lu Canneberges | 

@frankm

> « Pourquoi légiférer pour les applications de rencontre ? On dirait un truc à la française, sauf que c’est à la néerlandaise ! »

Il me semble que justement ce n’est pas une législation (qui oui devrait plutôt être pour toutes les apps) mais une simple régulation d’une autorité de la concurrence saisie par des applications de rencontre… si c’était le syndicat des jeux vidéos qui s’en était emparé peut-être que l’adaptation des -3% aurait été sur les jeux…

Mais je ne maîtrise pas totalement le sujet.

En tout cas ce n’est pas comparable à une législation.

Contrairement au DMA justement qui lui devrait tout changer !

avatar bonnepoire | 

@ frankm
A mon avis la plainte initiale émane des apps de rencontre mais il y a fort à parier que ça deviendra applicable à toutes les applications.

avatar webHAL1 | 

Bref, comme d'habitude Apple fait des concessions ridicules sur les aspects les moins importants, juste histoire de gagner du temps.
Il est plus que temps que le D.M.A. entre en vigueur.

avatar airmac | 

@webHAL1

En même temps on s’en fou royalement non ?
Cela ne concerne en rien l’utilisateur qui devra débourser le même tarif au bout…

avatar webHAL1 | 

@airmac :

1. Non, on ne s'en fout pas du tout. Lors d'un achat, il est nettement préférable qu'un maximum revienne au créateur/producteur plutôt qu'un intermédiaire, surtout lorsque ce dernier abuse de son monopole pour imposer une taxe inique.

2. La fin du monopole de l'App Store signifiera la fin de règles qui sont totalement en défaveur de l'utilisateur, comme par exemple l'impossibilité d'avoir des applications de jeux vidéo en streaming. De plus, la concurrence qui en découlerait entraînera de meilleures conditions pour les développeurs, mais les boutiques alternatives auront tout intérêt à proposer des offres alléchantes aussi aux consommateurs.

avatar Krysten2001 | 

@webHAL1

« De plus, la concurrence qui en découlerait entraînera de meilleures conditions pour les développeurs »

Seulement les gros. Nuance.

avatar webHAL1 | 

@Krysten2001 :
« Seulement les gros. Nuance. »

Absolument pas. Tous les développeurs, les petits comme les gros, bénéficieront du fait de pouvoir publier leurs applications où ils le souhaitent, y compris dans une boutique qui prélèvera une commission moins élevée afin de les attirer, et également avoir la possibilité de publier des applications qui aujourd'hui sont refusées par Apple car elle font concurrence à ses propres services ou lui déplaisent.

avatar iPop | 

@webHAL1

« Non, on ne s'en fout pas du tout. Lors d'un achat, il est nettement préférable qu'un maximum revienne au créateur/producteur plutôt qu'un intermédiaire, surtout lorsque ce dernier abuse de son monopole pour imposer une taxe inique »

Rappelle moi combien prend l’état sur ton dur labeur ? Et même sur ce que t’aurait laisser tes parents. Je rappelle que je n’ai rien contre payer des taxes mais force de constater qu’on a l’impression d’être encore au moyen âge.

avatar webHAL1 | 

@iPop :

Rappelle-moi à quoi sert les taxes et impôts prélevés par l'État, comparé à la marge que se fait une entreprise, appartenant à un petit groupe d'actionnaires, qui dispose d'un monopole ou d'une position dominante ?

Je suis toujours halluciné par ces parallèles entre ce que peut faire un État souverain et une entreprise privée... :-|

avatar byte_order | 

@iPop
> Rappelle moi combien prend l’état sur ton dur labeur ?

Rappelle nous combien Apple dépense dans les infrastructures de transport, de santé, d'éducation, de service d'ordre pour les gens qui vivent dans ton pays ? Les taxes et autres recettes d'un Etat va dans son budget, qui va à des dépenses dont bénéficient les personnes y vivant.

Sauf si vous considerez que vous vivez en Appleistan, Apple n'est pas un Etat, elle n'assure en aucun le même niveau d'engagement, d'investissement ni de sécurité de la vie des gens. Les commissions et autres taxes douanières d'accès à des appareils qui pourtant ne lui appartiennent plus vont dans la poche d'une minorité de personnes : les actionnaires.

avatar Krysten2001 | 

@webHAL1

Elle utilise ses droits et en soi ce changement ne va pas être bénéfique pour les consommateurs,…

avatar byte_order | 

@Krysten2001

D'une c'est votre avis et celui d'Apple, ce dernier étant par définition très subjectif en plus.
De deux, désolé, mais y'a pas que les consommateurs dont les intérêts doivent être défendus dans un marché économique.

Après que Apple utilise ses droits de faire appel d'une décision juridique ou administrative contre elle, oui, bien sûr, c'est logique qu'elle le fasse.
Cela ne signifie pas pour autant que sa position est celle qui est conforme aux lois et réglèments d'un pays, mais elle dispose en effet du droit de s'en défendre.

avatar Nexon99 | 

@webHAL1

Le DMA, un texte plus « politique » qu’intelligent et utile…

Je rappel que : « Les gouvernements et les agences du monde entier ont explicitement déconseillé le sideloading (par ex.), qui paralyserait les protections de la confidentialité et la sécurité auxquelles s'attendent les utilisateurs ».

avatar webHAL1 | 

@Nexon99 :
« Je rappel que : "Les gouvernements et les agences du monde entier ont explicitement déconseillé le sideloading (par ex.), qui paralyserait les protections de la confidentialité et la sécurité auxquelles s'attendent les utilisateurs". »

Cet argument a été sorti par Apple elle-même, il n'a donc en soi aucune crédibilité, mais en plus s'avère doublement faux :
1. Plusieurs gouvernements ont souligné l'importance d'avoir plusieurs sources à disposition pour l'installation d'applications, afin de ne pas donner l'intégralité du contrôle à un seul acteur, ce qui entraîne inévitablement des pratiques anti-concurrentielles, comme c'est le cas aujourd'hui sur iOS et iPadOS.
2. En admettant que "paralyser les protections de la confidentialité et la sécurité auxquelles s'attendent les utilisateurs" veuille dire quoi que ce soit, strictement rien ne prouve que la fin du monopole de l'App Store entraînera l'enfer sécuritaire que la Pomme adore dépeindre, utilisant la technique bien connue du F.U.D. (Fear, Uncertainty and Doubt), que Microsoft chérissait également lorsqu'elle était mise en difficulté suite aux abus de sa position monopolistique.

avatar r e m y | 

Je n'ai toujours pas compris comment Apple va faire pour prélever sa commission de 27% sur des transactions qui sont faites totalement en dehors de l'AppStore (via le site web du prestataire de service de l'app)...

avatar Adodane | 

@r e m y

Il y a deux méthodes d'après ce que j'ai compris, méthode de payment alternative et lien Web vers le site de l'éditeur.
Si lien Web et payment chez l'éditeur, pas de commission possible.

avatar r e m y | 

Une méthode de paiement alternative ce n'est rien d'autre qu'un lien web dans l'app vers le prestataire de paiement, ou une page web affichées dans l'app. Je ne vois pas comment Apple peut intercepter les données échangées pour connaître les montants payés ainsi et envoyer une facture de sa commission...

avatar pariscanal | 

Je me garderais bien d aller payer ailleurs que l App Store . Une fois tinder m a évincé après avoir dépensé 60 euro. Apple m a remboursé direct. Tinder m aurait enfler de 60 euro ..
On ne parle pas assez de la facilité de désabonneront et de la gestion de ceux ci.

avatar en chanson | 

@pariscanal

Qu’en sait tu des autres sites de rencontres ?

avatar mat16963 | 

@pariscanal

En effet ça c’est quelque chose qu’on ne peut pas leur enlever! Typiquement ils ont accepté de me rembourser l’abo annuel de Quizlet (après presque 2 mois) qui est soit dit en passant devenu une vraie arnaque hors de prix qui n’est plus que l’ombre de l’outil d’apprentissage gratuit et ultra puissant d’il y a quelques années…

avatar bonnepoire | 

@ pariscanal
Exactement. Je ne suis pas certain que le client soit le gagnant dans cette affaire s'il doit faire confiance à l'éditeur. De mon point de vue client, toute transaction passera par Apple.

avatar iPop | 

@pariscanal

Si tu tapes « lappstore » tu obtiens « l’AppStore » sans difficulté.

avatar Krysten2001 | 

« Le précédent texte se terminait par « Apple n’est pas responsable pour la confidentialité et la sécurité des transactions faites avec ce développeur »

Ils auraient dû garder ce texte car même si on sait que c’est fait exprès par Apple, ce texte a une part de vérité.

avatar Nexon99 | 

@Krysten2001

Je me disais exactement la même chose.

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

L’app store appartient à apple. Les développeurs qui y sont présents en acceptant les règles de la plateforme. Ceux qui ne sont pas d’accord devraient la quitter, basta.

Je ne comprends pas ceux qui signent un contrat et qui ne sont pas d’accord ensuite.

C’est comme signer pour être embauché quelque part et aller ensuite pleurnicher en disant que les conditions de travail ne vous plaisent pas dans votre boîte…

avatar oomu | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

On régule

On organise

On légifère

Apple n’est pas un pays
Les développeurs tiers ne sont pas embauchés

Carrefour n’a pas tous les droits d’exploiter les agriculteurs.

La régulation est obligatoire!

avatar byte_order | 

@laraigneegypsymontealagouttiere
> L’app store appartient à apple.

Pas l'appareil qui sert de pas de porte et de boutique, non.
L'AppStore squatte le bien d'autrui pour faire boutique. L'arrière boutique appartient bien à Apple, mais la partie ouverte au public du magasin, elle, elle est installée chez le bien d'autrui, le propriétaire de l'iPhone.

Ensuite, désolé de doucher vos idéaux, mais être propriétaire d'un commerce, même quand vous l'êtes réellement et complètement, ne vous donne pas le droit de faire absolument tout comme vous voulez. Le droit du commerce, cela existe, hein.

Ce qui signifie donc qu'entre les pratiques qui ont court, les clauses dans les contrats et ce qui est vraiment autorisé par la seule entité qui a l'autorité définitive de décider ce qui est possible et ce qui ne l'est pas, le régulateur d'une zone économique, y'a des légères différences.

> C’est comme signer pour être embauché quelque part et aller ensuite pleurnicher
> en disant que les conditions de travail ne vous plaisent pas dans votre boîte…

Non. Votre analogie c'est plutôt comme de signer pour être embauché quelque part et ne pas dénoncer les abus du contrat mais, simplement, soit continuer de l'accepter soit quitter la boite sans dénoncer ces abus.

Y'a une nuance entre "my way or the highway" et l'état de droit, y compris dans la sphère du commerce. Votre position qui est celle du "si pas content cassez vous" oublie juste la case "et attaquez", qui est parfaitement légitime ensuite.
Que cela vous dérange n'y change rien. Apple à le droit de se défendre contre les accusations d'abus de position, les développeurs d'apps et le régulateur ont le droit d'accuser Apple d'abus de position.

Votre position c'est de leur contester ce droit et de leur imposer qu'à la place, sous prétexe qu'une personne s'estimant victime a pu s'en échapper seule, de la fermer maintenant.

Cela ne marche pas comme ça, désolé.

avatar oomu | 

« Du côté d’Apple, on continue d’opposer son désaccord avec les exigences du régulateur et un appel est en cours. »

Ouais moi aussi obéir aux lois et vivre en société ça m’emmerde. Mais c’est mieux que l’exploitation.

avatar Yves SG | 

Moi ce que je trouve hallucinant c’est qu’une société n’ai pas le droit d’écrire « Apple n’est pas responsable pour la confidentialité et la sécurité des transactions faites avec ce développeur » 😳
C’est quand même bien la réalité.
Et de mon point de vue le système de payment de la pomme est de loin le plus sécurisé de tous, encore plus que celui d’Amazon même !
Quand on voit la galère que c’est sur certains sites pour se faire rembourser que la marchandise ou le programme n’est pas conforme à ses attentes…

avatar abalem | 

C’est le monde à l’envers ! A la base j’étais plutôt pour l’ouverture du système Apple, mais prends le cas des apps de rencontres je trouve ça sidérant. Hormis celles qui ont pignon sur rue, les Tinder et autres Badoo, il existe une myriades d’apps vérolées qui passent quand même sur l’AppStore dont les opérateurs sont de fieffés escrocs domiciliés dans des paradis fiscaux, ou du moins hors de la législation européenne, et qui attendent que le pigeon en mal d’affection tombe dans le panneau pour les spolier, le plus souvent avec des paiements récurrents une fois qu’ils ont le numéro de carte bleue. Cette décision, c’est du pain béni pour les malfrats ! Bravo les technocrates.

avatar byte_order | 

@abalem
> il existe une myriades d’apps vérolées qui passent quand même sur l’AppStore

Ah, donc c'est pas le fait que le paiement se fasse via l'AppStore qui pose problème, c'est le contrôle de qualité des apps fait par Apple, du coup.

> qui attendent que le pigeon en mal d’affection tombe dans le panneau pour les spolier,
> le plus souvent avec des paiements récurrents

Dont 30% partaient donc chez Apple, alors que sa part du boulot à elle, vérifier que les apps qu'elle distribue, ne sont pas des apps d'escrocs...

> Cette décision, c’est du pain béni pour les malfrats !

Cela ne changera rien pour les apps de malfrats qui arrivent quand même à être distribuées via l'AppStore, puisqu'elles continueront de devoir l'être. La seule chose qui change c'est que Apple ne capte plus 30% de ces paiements récurrents / escroquerie mais, en contrepartie, elle n'a pas à devoir gérer le remboursement des sommes.

avatar debione | 

Perso, ce qui me plait le plus et qui est rarement discuté, c'est le fait que le side loading ou autre boutique alternative vont avoir un effet vraiment bénéfique sur l'Appstore. Et cela profitera énormément à l'écrasante majorité qui continuera à utiliser l'appstore...

avatar gequil | 

Pour moi c’est simple pas de paiement par Apple pas pour moi.

avatar gequil | 

Les états n’arrêtent pas de légiférer à tour de bras. Je trouve qu’on emprunte trop le chemin chinois.

CONNEXION UTILISATEUR