Bridage d’iPhone : Apple publie sa condamnation sur son site

Anthony Nelzin-Santos |

Condamnée par la DGCCRF pour « pratique commerciale trompeuse par omission », Apple devra s’acquitter d’une amende de 25 millions d’euros, au terme d’une procédure de transaction pénale. Un montant record, mais insignifiant pour la société la plus riche de la planète. Comment marquer le coup, alors ? En la condamnant à publier les conclusions du jugement sur son site web.

La batterie de l’iPhone 8 Plus. Image iFixit (CC BY-NC-SA).
La batterie de l’iPhone 8 Plus. Image iFixit (CC BY-NC-SA).

Depuis quelques heures, et pendant les trente prochains jours, la section iPhone du site français d’Apple porte le message suivant :

Au cours du mois de décembre 2017, le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a été destinataire d’une plainte émanant d’une association de consommateurs. Cette plainte vise le groupe Apple, pour des faits qui auraient notamment consisté en la diffusion de mises à jour du système d’exploitation iOS entraînant un ralentissement de certains iPhones, sans en avoir préalablement averti les clients et utilisateurs.

Au terme de son enquête, le Service National des Enquêtes de la DGCCRF estime que le groupe Apple a commis le délit de pratique commerciale trompeuse par omission (article L. 121-3 du code de la consommation) en ne révélant pas aux consommateurs et utilisateurs, la présence d’un système de gestion dynamique de l’alimentation inclus dans les mises à jour d’iOS à partir de la version 10.2.1 et pouvant, sous certaines conditions, ralentir le fonctionnement des iPhones des catégories 6, 7 et SE, en particulier ceux équipés de batteries âgées. Un procès-verbal de délit a été adressé au procureur de la République.

Avec l’accord du procureur de la République, une amende transactionnelle significative a été proposée à la société Apple Inc. qui l’a acceptée.

La publication de la condamnation, classique dans les affaires de fraude, est largement symbolique. « Une association de consommateurs », pour ne pas citer l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP), « une amende transactionnelle significative », pour ne pas donner le montant de 25 millions d’euros, les termes sont neutres et mesurés. Reste que le communiqué occupe une place de choix sur l’une des pages les plus importantes du site d’Apple.

Apple peut bien se féliciter d’avoir trouvé une « issue » heureuse. HOP a remporté une victoire à la Pyrrhus, puisque la DGCCRF affirme que « l’enquête n’a pas mis en évidence l’obsolescence programmée au sens juridique ». « Les consommateurs auraient dû être informés du risque », explique l’administration, qui ne remet pas en cause le bridage des iPhone aux batteries usées, mais sanctionne une erreur grossière de communication.


avatar Bigdidou | 

@carabat

Oui, oui. Je suis d’accord.
Un pilori numérique.
Je ne disais pas ça par hasard.
Je suis très ambivalent vis à vis de ce type de mesure.

avatar jazz678 | 

@Bigdidou
@malcolmZ07

Il parle de tarte à la crème dans la g...
Il y a pire comme torture
On peut se calmer un peu

avatar carabat | 

@ malcolmZ07,

Oui, comme je l'ai dit, ça me ferait bien marrer.

Et c'est beaucoup moins violent que ce que font ces multinationales au quotidien, vois-tu...

N.B.: Il s'agit juste d'un peu de crème fouettée, il n'est pas question de lui couper un doigt.

avatar guibrush | 

Mouai, je suis dubitatif, comme toujours, on s'attaque au faux problème. Si il y avait un moyen facile de remplacer la batterie, tout cela ne serait pas arrivé. Et toute cette histoire montre une seule chose : la batterie est un consomable. Donc, comme tout consomable, on doit pouvoir le changer facilement, sinon on peut parler d'obsolescence programée. Tout le reste, c'est de la connerie. Et non, envoyer son iphone par courrier et attendre une semaine qu'il revienne, ce n'est pas un moyen acceptable. On a pas tous la chance d'avoir un Apple store à proximité.

avatar macinoe | 

Tout à fait d'accord, mais il faut aussi considérer le fait que les fanatiques bloquent complètement sur le terme "obsolescence programmée".
On peut leur accorder qu'une batterie en fin de vie, ce n'est pas vraiment une panne, mais plutôt une usure.
Mais en même temps ne pas pouvoir la changer simplement est évidemment un élément qui est fait pour raccourcir la durée de vie de l'appareil et donc favoriser son remplacement bien qu'il soit encore parfaitement fonctionnel.

Je serais d'avis d'imposer une notion d'entretien pour ces appareils et de garantir cet entretien pour un coût prévisible et raisonnable.
Un peu comme un voiture dont on doit faire les niveau, vidange, changement de filtre, batterie régulièrement.

avatar Bigdidou | 

@macinoe

« Je serais d'avis d'imposer une notion d'entretien pour ces appareils et de garantir cet entretien pour un coût prévisible et raisonnable. »

Je suis d’accord avec ce que tu dis par ailleurs, mais je pense comme d’autres ici, qu’il faudrait surtout revenir à un design raisonnable des objets qui permet de remplacer les pièces d’usure facilement.
Quand j’étais plus jeune, cela paraissait une évidence.
Je ne sais pas quand ça commencé à déraper et qu’on a accepter d’acheter des voitures qu’il,faut démonter pour changer un phare, et des smartphones fabriqués sur le même principe.

L’autre jour, au BHV, je voyais de super lampadaires à LED. Ils pouvaient : 1000, 1500€, mais pourquoi pas ?
J’allais partir avec.
Le souci, c’est que juste, on peut pas changer les LED. Faut changer tout le lampadaire (le renvoyer en Allemagne...), puis le jeter après les cinq ans de garantie. Un gros machin de métal, de plastiques divers, bourré d’électronique. À la benne pour des LED de quelques grammes.
Comment peut-on en 2020 oser proposer des trucs pareils ?
Le truc rassurant, c’est que tous les gens que j’ai vu passer devant faisaient cette réflexion.

avatar byte_order | 

@guibrush
> Si il y avait un moyen facile de remplacer la batterie, tout cela ne serait pas arrivé

Les batteries des voitures sont globalement facile à remplacer.
Cela ne rend pas pour autant normal que votre voiture de moins de 2 ans, avec sa batterie d'origine et alors que vous faites un usage parfaitement normal de votre véhicule, se coupe sans prévenir si vous avez le malheur d'oser activer l'autoradio, la clim, le dégivrage arrière tout en voulant conserver l'ABS, parce que la batterie d'origine a été mal dimensionnée.
Et cela ne rend pas pour autant normal que votre constructeur profite d'une mise à jour du logiciel embarqué dans votre véhicule pour brider, sans notification et sans moyen de le désactiver, l'usage de l'électricité à bord pour éviter les coupures inopinées du véhicule et ainsi d'échapper à un rappel massif et coûteux pour remplacer ces batteries d'origine mal dimensionnées.

Et tant pis désormais si le propriétaire doit choisir entre ABS, la radio et la clim pendant qu'il s'en sert...

Certes, cela n’ôte rien à votre argument sur le fait de pouvoir remplacer un élément "consommable" d'un produit.

Mais en l’occurrence, la tromperie par omission faisant l'objet de l'amende ici porte sur autre chose, sur la "solution" mise en place par Apple de manière opaque pour "cacher" le problème de dimensionnement de la batterie d'origine.

avatar dvd | 

Dommage sur ce soit pas en page d'accueil.

avatar kitetrip | 

Pas besoin d’obsolescence programmée chez Apple.
Leurs consommateurs changent souvent de téléphone au bout de 4 ans...

avatar Krysten2001 | 

@kitetrip

4 ans c’est bien 🙂

Pages

CONNEXION UTILISATEUR