Jimmy Iovine : « les services de musique sont tous les mêmes, et c'est un problème »

Stéphane Moussie |

L'industrie musicale va dans le mur. Ce n'est pas une déclaration de Pascal Nègre au milieu des années 2000, mais de Jimmy Iovine, le père d'Apple Music, aujourd'hui. Dans une interview accordée au New York Times, le jeune retraité d'Apple s'exprime sans concession sur l'industrie du disque, qu'il connait comme sa poche.

S'il a cofondé Beats en 2006 avec Dr. Dre, c'est parce que la réponse de l'industrie vis-à-vis de Napster « n'était pas cool », or Jimmy Iovine veut être cool. « J'ai pensé "oh, je suis à la mauvaise soirée". Puis j'ai rencontré plusieurs personnes de la tech, notamment Steve Jobs et Eddy Cue d'Apple, raconte celui qui était alors patron du label Interscope (Eminem, 50 Cent, U2…). Et je me suis dit "la voici la bonne soirée". Nous devons intégrer cette manière de penser dans Interscope. »

Jimmy Iovine présentant Apple Music à la WWDC 2015. Image Apple.

Steve Jobs l'a aidé personnellement à faire ses premiers pas avec Dr. Dre dans la fabrication de produits audio, un domaine dans lequel il ne connaissait rien. « J'ai toujours pensé que la technologie allait permettre aux gens d'écouter de la musique d'une meilleure façon, et qu'il fallait tout promouvoir par le biais d'un service de streaming », déclare Jimmy Iovine, qui, après avoir vendu des millions de casques, crée Beats Music, qui tombera rapidement dans l'escarcelle d'Apple pour devenir Apple Music.

Tout va pour le mieux, alors ? Non, « un problème se pointe pour le business du streaming, et a fortiori pour le business de la musique », prévient le ponte. «[Le problème], c'est la marge. Il n'y a pas d'économie d'échelle. Chez Netflix, plus vous avez d'abonnés, moins vos coûts sont élevés. Pour le streaming de musique, les coûts restent les mêmes », explique-t-il.

Et ce n'est pas le seul problème, selon lui :

Les services de musique en streaming sont des commodités — ils se ressemblent tous. Regardez ce qui marche pour la vidéo. Disney n'a rien d'autre que des contenus originaux. Netflix a une tonne de contenus originaux. Mais tous les services de musique en streaming sont les mêmes, et c'est un problème.

Un constat très amer pour celui qui a lancé Apple Music en 2015 et qui n'a manifestement pas réussi à l'emmener dans la direction qu'il aurait voulue. Jimmy Iovine, qui a quitté Apple à la fin de son contrat en 2018, a tenté en vain de jouer la carte des exclusivités pour démarquer Apple Music.

Le grand manitou imaginait que les utilisateurs allaient s'abonner à plusieurs services de musique, une situation qui pourrait se produire dans l'univers de la vidéo, les programmes étant en train de se fragmenter sur plusieurs services (Netflix, Disney+, Apple TV+…). Mais il n'a pas réussi à imposer sa stratégie.

Beats + Apple. Image Apple.

L'exclusivité de l'album Blonde de Frank Ocean sur Apple Music en 2016 a mis le feu aux poudres. Écartée de la distribution par surprise, Universal a immédiatement répliqué en mettant fin à toutes les opérations d’exclusivité au niveau mondial. Bien qu'il s'en soit défendu après cette affaire, le plan de Jimmy Iovine était certainement de faire d'Apple une nouvelle maison de disques.

« Ce qui se passe quand quelque chose devient une commodité, c'est qu'une guerre des prix s'ensuit. Si vous pouvez obtenir exactement la même chose à côté pour moins cher, quelqu'un va se pointer et faire baisser le prix », prévient-il.

Pour éviter justement que les marges se réduisent, les maisons de disques chercheraient à faire remonter les prix des forfaits famille de Spotify (d'ailleurs plus strict sur les participants à un abonnement famille), Apple Music et des autres.

La bataille des exclusivités voulue par Jimmy Iovine pourrait bien se produire après tout, mais pas pour la musique : « Spotify tente sa chance avec les podcasts. Qui sait, ça marchera peut-être. Ce que fait Daniel Ek avec Spotify est extraordinaire. » Le service suédois a notamment signé un partenariat avec Barack et Michelle Obama pour un podcast exclusif. Apple ne voudrait pas se faire devancer et prévoirait de sortir le chéquier pour avoir également des podcasts en exclu sur sa plateforme.

Bien qu'Apple Music ne soit pas devenu complètement ce qu'il espérait, Jimmy Iovine en tire néanmoins une satisfaction, à savoir la proximité avec le public : « si j'étais toujours à Interscope, je serais inquiet de ne pas avoir de relation directe avec les consommateurs. Les artistes et les plateformes de streaming ont ce rapport direct. […] Les artistes ont maintenant quelque chose qu'ils n'avaient jamais eu auparavant, un moyen de communication massif et direct avec leur public. » 

Reste qu'il n'aura pas réussi à imposer non plus Connect, le canal de communication intégré à Apple Music, qui a été débranché quelques mois après son départ.

avatar debione | 

Le type est jamais allé faire un tour sur Souncloud ou BandCamp? C'est des centaines de millions de musiques qu'aucun service de streaming n'offre, des contenus originaux que les artistes mettent gratuitement à disposition... Ah merde, c'est pour ça qu'il n'en n'a jamais entendu parler...

Bref, discours de marketeux qui se plaint de pas pouvoir faire assez de fric sur le dos des artistes (quand on voit ce que rémunère leurs services de merde, autant mettre ça en gratuit ...)

avatar oomu | 

bandcamp est un de mes sources favoris de zic bien à part. Nombre de gens qui ne prennent pas le temps de se faire éditer sur les grandes plateformes, et c'est très bien ainsi.

(y a aussi quelques pros bien établis, mais les prendre sur bandcamp me donnent le choix des formats audio sans chichi)

avatar dodomu | 

@oomu

J’apprécie aussi leur communication ouverte sur les commissions de vente, dégressives qui plus est : https://bandcamp.com/pricing
J'aime aussi la liberté qui est donnée pour la personnalisation des pages artistes.
J'aime moins leur appli inexistantes sur iPad, et le fait que si un artiste supprime un album déjà acheté, il n'est plus disponible du tout (ce qui m'est arrivé deux fois sur environ 400 achats...).
Le fait que le "merch" soit affiché entre les contrôles de lecture et la liste des pistes est aussi une sacrée bêtise ergonomique, mais dans l’ensemble, je suis très satisfait de ce service, qui rapproche les artistes de leur public (j'ai pu demander les paroles d'une chanson à un artiste une fois, tandis qu'une autre c'est l'artiste qui m'a directement remercié d'avoir acheté sa musique ^^)

avatar oomu | 

honnêtement, je télécharge mes achats, je les ajoutes à itunes et je paie itunes match (attention certains formats et profil audio, itunes match refuse de synchroniser)

ou voir carrément les copies dans une application genre iFiles sur iphone.

du coup j'utilise peu le site web ou leur appli iphone. L'appli iphone me rend service si vraiment j'ai oublié de copier un achat.

A vrai dire, oui, c'est le rapport avec les artistes qui me motive.

avatar françois bayrou | 

+1 !

avatar raphta | 

C’est justement ce qui m’a attiré vers Apple Music : l’absence d’exclus.
Pour la vidéo, en absence de service unique avec une majorité de contenu, pas d’abonnement pour moi. Je continue sur ygg.
Pas très visionnaire le garçon...

avatar Lax | 

@raphta

Je suis totalement d’accord et je fais exactement la même chose.

avatar Jehutty | 

Pour la vidéo on la notre service unique c’est ygg ;)

avatar bhelden | 

@Jehutty

Ygg 😍

Service basé sur le partage entre passionné et gratuit qui plus est.

Et si par grand hasard vous – lecteur – recevez une lettre magique, cessez le partage quelques mois 😁

avatar toddrail12 | 

@bhelden

Faut pas penser que personne ne fait de blé sur ygg... au nombre de publicités intrusive et d’appel à contribuer financièrement, je ne croirais pas que ce soit un hébergement bénévole.

avatar bhelden | 

@toddrail12

On peut évidemment imaginer que les propriétaires du site gagnent de l’argent et vivent grâce au site. Par contre derrière tout ça il y a aussi un risque pour eux de se chopper une amende ou d’être poursuivi car c’est certainement pas légal tous ces contenus.

Certaines team traductrice gagnent de l’argent aussi.

Pour le reste, les utilisateurs ont accès au service gratuitement.

avatar oomu | 

"car c’est certainement pas légal tous ces contenus."

ben non ça l'est pas.

et oui les pubs, ça leur donne un profit.

avatar bhelden | 

@oomu

J’emploi le mot « certainement » car j’ai une hésitation sur le fait de détenir des fichiers torrents sur son ordinateur personnel et le fait de les partager.

Où est la vraie illégalité là dedans ? Selon moi c’est uniquement l’option numéro 2.

avatar Lax | 

@bhelden
Ou prenez une seedbox

avatar bhelden | 

@Lax

Je ne connaissais pas ? Je vais me renseigner

avatar jeserkrugger | 

@bhelden

C’est quoi ygg?
Merci

avatar bhelden | 

@jeserkrugger

Yggtorrent *
Google it.

avatar Lax | 
avatar Mickaël Bazoge | 
ygg c'est du torrent de contenus piratés qui va finir par tomber comme tous les autres…
avatar bhelden | 

@MickaëlBazoge

Un changement de nom de domaine et hop 🙌

avatar Mickaël Bazoge | 

@bhelden

Je vois que c’est pas leur premier, les forbans…

avatar lepoulpebaleine | 

@MickaëlBazoge

Tomber ou plus vraisemblablement déplacer.
Le chat et la sourie...

avatar flux_capacitor | 

@lepoulpebaleine

Jusqu'à ce que les détenteurs soient jetés en prison, comme les autres avant eux. Sauf s'ils habitent dans un pays connu pour fermer les yeux.

avatar iBaby | 

C’est suffisant que les différents services de streaming n’aient pas la même ligne éditoriale : de Tidal (rap, r’n’b) à Qobuz (mises en avant originales, indés, classique, jazz et boutique de téléchargements), de Spotify (la musique ne s’arrête jamais, des suggestions pointues) à Apple Music (bon équilibre de tous les aspects, richesse éditoriale), on a largement le choix des différences. C’est la même chose pour les interfaces, et c’est lié aux contenus éditoriaux, comme sont liés la forme et le fond : chacun sa préférence. Si des exclusivités venaient à paraître sur un ou des services de streaming, ce serait la mort à moyen terme et un vrai carcan. De plus, il existe des sites de streaming spécialisés dans le classique ou le jazz & folk, certains sites proposent du hi-res, master, et même le 360 reality audio de Sony (Tidal). Non, les acteurs du streaming musical n’ont pas attendu que Jimmy Iovine s’exprime sur le sujet pour se distinguer. Il aurait mieux fait de faire passer Apple Music au lossless, Spotify aurait suivi dans la semaine.

avatar marenostrum | 

le gars dit qu'ils gagnent pas assez de fric, ou ils ne sont pas assez rentables. il voit le problème côté distributeur et pas côté client, ou utilisateur.

apparemment personne comprend le texte. tous discutent à côté.

avatar donatello | 

Boarf les exclusivités...

Autant pour les séries, les gens veulent voir les dernières et sont prêts à se battre pour ça. Mais pour la musique, la question de pouvoir écouter dès sa sortie le dernier album de Maitre Pim's ne se pose pas pour la plupart des gens.

avatar Darkgam3rz | 

Bah qu’il rajoute un mode de lecture à l’envers, pour se démarquer 😂😂😂

avatar dodomu | 

@Darkgam3rz

😁

avatar fte | 

Tous les services ne sont pas les mêmes. Aucun service n’est le même.

Il y a l’interface, la curation, les playlists, l’intégration avec la musique achetée existante, le format des fichiers musicaux, l’intégration avec des appareils tiers... et pour certains services, le contenu. Mais ça franchement, je m’en passe. J’aimerais choisir le prestataire selon l’agrément d’usage, pas d’être forcé de choisir sur la base des contenus.

Dit autrement, ça m’emmerderait de télécharger de la musique parce que mon service de streaming ne l’a pas. C’est précisément l’une des raisons majeures justifiant que c’est encore légal de télécharger sauvagement.

Fuck les exclusivités. Les exclusivités se téléchargent.

avatar iBaby | 

@fte

La prochaine fois, merci de te démarquer en faisant un commentaire différent du mien, qui te précède. Ton commentaire ne fait que le répéter tout en faisant l’apologie du téléchargement illégal, ce qui est un problème. Tel n’était pas du tout mon propos, car ce n’est pas bien. Ce n’est pas parce que tu es membre du club iGen que je vais me laisser impressionner par toi. Un peu d’originalité que diable ! Merci d’éditer ta publication.

avatar themasck | 

@ibaby , tu critique qu’on te copie puis tu critique le téléchargement dont tu na pas parlé 🧐

avatar iBaby | 

@themasck

Oui, car fte a introduit sa conclusion au sujet du téléchargement illégal comme un conclusion naturelle à son raisonnement (qu’il a copié sur moi). Or, en réalité c’est un biais idéologique ! Et ce n’est pas en «  le disant autrement » qu’il va tromper son monde.

NB : je te rassure quand même, c’était du second degré de ma part. :)

avatar lome_bbrr | 
avatar fte | 

@iBaby

🤣

Merci, j’ai ris.

avatar Sindanárië | 

@fte

Aussi 😅

avatar fte | 

@iBaby

"car ce n’est pas bien."

Le bien est relatif. Les exclusivités, ce n’est pas bien. Pour les clients. Pour les services, probablement, mais je m’en fout si ça les arrange ou pas, moi ça m’emmerde.

Le téléchargement est ici parfaitement légal. Moral ? Je n’en sais rien. Si l’offre est disponible, confortable, non artificiellement limitée pour l’unique bénéfice des prestataires, alors oui, c’est difficilement justifiable. Mais on parle justement du cas inverse. Donc... ?

Je ne fais aucune apologie. Je dis que c’est légal car ça l’est ici, et que si les prestataires compliquent l’accès aux contenus, ce n’est pas aux clients d’en subir les désagréments.

avatar gwen | 

@iBaby

Toi non plus tu n’impressionnes personne. Laisse les gens s’exprimer surtout si ils ont les mêmes opinions que toi (sauf sur certains points apparement).

avatar iBaby | 

@gwen

J’ai ri. Merci 😂

avatar bhelden | 

@iBaby

Je peux pleurer ?

avatar lepoulpebaleine | 

@fte

« Fuck les exclusivités. »

Je suis d’accord. Avec un bémol : être abonné à au moins un service de streaming. Ce qui est notre cas visiblement.

avatar totoguile | 

Des versions lives exclusives ca pourrait etre sympa. Et des videos aussi (clips, concerts, etc...)
Il y a encore à faire dans ce domaine.

avatar oomu | 

en quoi "exclusives" serait sympa ?

attendez, j'achète des actions Apple, et instantanément je trouverai ça "sympa".

avatar Maestrorocco | 

La fragmentation des exclusivités va juste conduire les gens à encore plus télécharger illégalement. Je n’ai pas envie de payer Netflix, Disney, Apple, HBO, Orange ... je me contente de Netflix, le reste c’est ygg

avatar oomu | 

" Je n’ai pas envie de payer Netflix, Disney, Apple, HBO, Orange"

mais mais...les ayants droits ?

et le budget de Disney pour agrandir Galaxy's edge ?

vous lire...ça rend mon oeil droit humide... ça y est ça monte...

#LeMarchéAUnPetitCoeurAussi

avatar kafy28 | 

Un gars qui fait croire qu’il aime la musique mais dont le fantasme est des offres de streaming limités pour que les pige.... clients prennent plusieurs abonnement.

C’est sur que pour luter contre le piratage, forcer les pige ... clients à mettre 40e par mois c’est la bonne solution .............

avatar oomu | 

"Jimmy Iovine : « les services de musique sont tous les mêmes, et c'est un problème »"

pour moi, non.

avatar lepoulpebaleine | 

Les exclusivités sont une plaie pour l’utilisateur.
Ce Jimmy Iovine est un beau salopard.
Le fait qu’en musique on puisse avoir un seul abonnement pour avoir « à peu près » toute la musique existante est une bénédiction.

Et ceux qui ont voulu s’écarter de ce modèle sont très souvent revenu dans le « droit chemin ».
Pourquoi ? C’est très simple : le téléchargement illégal ponctuel sera toujours moins cher qu’un deuxième abonnement.

Il reste un problème, mais qui ne sera à mon avis jamais réglé, c’est la part infime qui revient in fine aux artistes. C’était très faible au temps des supports physiques, et c’est encore pire aujourd’hui.

Pour la vidéo on commence à y voir plus clair mais l’éclatement des répertoires est quand même pénible. Et surtout il y a des « trous ». Vous voulez voir Mr Robot ou The Mandalorien à l’heure US : pas possible légalement.

Personnellement, étant abonné à Netflix, Amazon Prime Vidéo, Canal+Séries et bientôt Disney+, quand je n’ai pas accès à un contenu j’estime avoir le droit de passer par des méthodes illégales. Et je ne m’en prive pas. Et Fuck Off par avance aux donneurs de leçons.

avatar oomu | 

"Il reste un problème, mais qui ne sera à mon avis jamais réglé, c’est la part infime qui revient in fine aux artistes. C’était très faible au temps des supports physiques, et c’est encore pire aujourd’hui."

je me demande d'ailleurs, si ce modèle commercial est tenable encore longtemps.

sur la vidéo, vu la masse de gens que cela concerne, ça me parait encore + douteux. Il faudra mécaniquement que les abonnements augmentent si + de monde se mettent à voir les oeuvres de + de monde. Pour que chacun soit rémunéré décemment, et pas que le Patron de Disney.

avatar oomu | 

"Personnellement, étant abonné à Netflix, Amazon Prime Vidéo, Canal+Séries et bientôt Disney+, quand je n’ai pas accès à un contenu j’estime avoir le droit de passer par des méthodes illégales. Et je ne m’en prive pas. Et Fuck Off par avance aux donneurs de leçons.
"

mais mais... attendez, je mets mes lunettes de donneur de leçons (celle avec les gros rebords) :

Pensez aux Ayants Droits ! Leur dure vie leur oblige à multiplier les entrées d'argent et la loi se fiche de votre "estimation", c'est au gnouf, direct ! Et rien à fiche que tel le oomu vous ayez acheté toutes les éditions de Blade Runner dans tous les formats (LD inclus), ça sera au gnouf pour avoir récupéré une archive de captures de chaque image du film !

-
4 abonnements, ça fait pas mal d'argents pour voir plusieurs fois de la marvelade ou la nouvelle série où un méchant en veut à la gentille. (j'ai pas encore vu Watchmen, mais je m'attends à ce qu'il y ait un méchant, cela dit j'ai Chernobyl à voir, et le méchant y est un gros bâtiment ou Moscou ou l'Humanité, on sait pas encore...)

bref ! Est-ce bien nécessaire autant d'abonnements ? Y a vraiment des séries si uniques à voir dans chaque ? Cela dit ça m'aurait tué d'avoir raté Dark Crystal (si si, en mode crise cardiaque sur mon lit de mort).

avatar marenostrum | 

les artistes doivent se produire en live, pour en gagner plus. le streaming va leur servir que pour la pub plutôt.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR