Webos



webOS : l'interface Mochi disponible en open source

En 2011, les équipes en charge de webOS chez HP planchaient sur de nouvelles tablettes et une refonte de l'interface graphique du système d'exploitation inventé par Palm, propriété du constructeur américain depuis avril 2010. Ces beaux projets ont été tués dans l'oeuf en août 2011, lorsque le PDG d'HP de l'époque, Leo Apotheker, a mis un terme (prématuré, pour beaucoup) à cette aventure (lire : Les prototypes méconnus de Palm/HP).

Clic pour agrandir

Clic pour agrandir

Mais une poignée d'ingénieurs a tenu à poursuivre le développement de Mochi, le nom du nouveau design de webOS. Avant iOS 7, Mochi inaugurait une interface « plate » et allégée, mettant le contenu en avant, que certains ont pu qualifier de plus élégant que la révision d'iOS menée par Jony Ive. Outre le réaménagement graphique, Mochi intègre un système de panneaux coulissants original faisant écho au multitâche au coeur de webOS.

Tout cela n'était connu pour le moment que sous la forme de captures écran. L'équipe a décidé d'en faire profiter la communauté open source, puisque le code source de Mochi est disponible au téléchargement. Les développeurs intrépides pourront s'en emparer pour continuer le travail et le peaufiner, ou simplement réutiliser certains éléments dans leurs projets. Les ingénieurs de Mochi n'ont pas fait les choses à moitié puisque le code est documenté, et l'on y trouvera même des éléments graphiques ainsi que des exemples prêts à l'emploi ou presque.

Quant à webOS, l'OS vit encore au sein d'une famille de téléviseurs lancée par LG durant le CES, en janvier dernier. L'interface de ces smart TV a été une des sensations du salon de Las Vegas, mais actuellement le constructeur n'a pas encore lancé la commercialisation de ces produits (lire : LG présente webOS TV).

[Via : The Verge]

Tags: , , ,


Les prototypes méconnus de Palm/HP

Alors que webOS devrait revenir au CES dans un téléviseur LG, des prototypes d'appareil et d'interfaces pour ce système sont réapparus. Ils donnent une idée de ce sur quoi HP travaillait avant qu'il ne cède à LG une large partie de ce qu'il avait acheté avec Palm.

L'article de The Verge détaille quelques développements datant de 2011/2012. Des documents internes montrent par exemple qu'HP avait été pris par surprise par l'annonce de l'iPad 2 en mars 2011. Une tablette qui s'était considérablement amincie comparée au premier modèle, et qui allait rendre l'épais TouchPad sous webOS de l'été 2011 plus anachronique encore.

HP se donna comme objectif de développer à marche forcée un nouveau TouchPad pour la fin 2011, une version qui soit tout à la fois compatible 4G, plus fine et plus légère. Car Samsung aussi allait dans ce sens d'une plus grande finesse, en réponse à Apple. Un autre modèle avec écran de plus haute définition fut aussi programmé pour le premier trimestre 2012, date à laquelle Apple lancera l'iPad Retina. Aucune de ces tablettes HP ne vit le jour.

Sur le front des smartphones, HP avait "Mako", un prototype doté d'un écran uniquement tactile, avec surface vitrée au dos comme l'iPhone, une bonne définition, la 4G et le chargement sans fil comme les Pre. Le prototype obtenu par The Verge montre des lignes angulaires et une belle épaisseur, mais ses caractéristiques étaient données comme similaires à ce qu'HTC proposa avec son One X. Toutefois, le développement de ce modèle ne serait pas allé très loin.

Autre projet qui rappelle cette fois les Surface et plus généralement les tablettes auxquelles on branche un clavier : "Twain". Développé durant la période de sortie de l'iPad 2, il entendait se positionner comme le « portable de l'avenir ». Chose que Microsoft tente aujourd'hui avec ses Surface, en essayant de démontrer que les iPad ne sont pas des outils de productivité. On aurait utilisé ce "Twain" en faisant glisser son écran tactile vers le haut pour révéler le clavier. Cet appareil aussi devait adopter les nouvelles lignes, avec un châssis plus anguleux.

En parallèle à ce qui se préparait sur du matériel, l'équipe logicielle travaillait à une refonte de webOS prévue pour 2011. Portant le nom de code "Eel", elle mettait en place un principe de panneaux contextuels (voir la vidéo).

Deux pistes étaient envisagées pour le thème d'interface, l'une en accord avec les lignes plus dures des tablettes et téléphones en développement, l'autre, baptisée "Mochi" avec un aspect plus rond. Plus plat aussi et allégé graphiquement. Avec à la place des boutons de navigation, ces petites courbes dans les lignes de séparation des zones pour suggérer les endroits que l'on pouvait manipuler. Rien de tout cela n'a finalement vu le jour, c'est maintenant à LG de donner une nouvelle chance à feu webOS.

Sur le même sujet :
- LG va présenter un téléviseur webOS au CES 2014


Lire la suite

Tags: ,


Le téléviseur webOS de LG s'affiche déjà

Nous vous en parlions il y a deux jours, LG va bien présenter un téléviseur fonctionnant avec webOS au CES 2014. Le très bien renseigné @evleaks a publié une image de ce que serait ce fameux produit.

Comme on peut le voir, webOS garderait bien sa présentation sous forme de cartes. On peut voir des applications YouTube, Facebook, Skype, Twitter... Ce « nouveau » système va-t-il marquer la fin des Google TV chez LG ?

Entre la télévision et son bracelet connecté (lire : LG en passe de sortir son propre bracelet connecté), LG est bien décidé à se faire remarquer en 2014. Plus que quelques jours à attendre avant le démarrage du CES de Las Vegas.



LG va présenter un téléviseur webOS au CES 2014

Que les fans de webOS se rassurent, LG va bien faire quelque chose du système qu'elle a achetée l'année dernière à HP. Le fabricant sud-coréen va présenter un téléviseur connecté fonctionnant sous webOS lors du CES en janvier, selon le Wall Street Journal.

HP Pre 3 sous webOS

Ce système d'exploitation créé par Palm a connu une histoire mouvementée. Conçu pour équiper des smartphones à même d'affronter l'iPhone, webOS est rapidement passé sous le giron de HP à la suite de l'acquisition de Palm. Le constructeur de PC a pendant un temps eu de grandes ambitions pour webOS qu'il comptait placer dans tous ses produits (ordinateurs de bureau, portables, imprimantes), avant finalement de changer totalement de stratégie et de le laisser tomber. Alors que le système était en train de s'éteindre à petit feu, LG a acheté en février 2013 son code source et l'équipe restante.

Le système de cartes, qui permet de naviguer entre plusieurs apps ouvertes et qui a notamment été repris dans iOS 7, sera toujours présent dans le téléviseur LG, a indiqué une personne proche du dossier au Wall Street Journal. Le constructeur pourrait utiliser par la suite webOS dans d'autres types de produits, comme les smartphones.

Tags: ,


Windsor : le terminal webOS sans clavier resté dans un tiroir

HP avait un smartphone webOS 100% tactile dans ses labos mais ce modèle n'a finalement jamais vu le jour. Surnommé "Windsor" et rebaptisé "WindsorNot", ce modèle devait élargir la gamme des téléphones webOS vers la catégorie des sans-claviers physiques.

Doté d'un écran 4" (définition de 800x400) il était un peu plus grand qu'un iPhone 4S mais pas beaucoup plus épais. Le prototype obtenu par webOS Nation était en plastique et assez peu fonctionnel.

iPhone 4, Windsor, Palm Pre 3

Le site explique que Palm, parmi ses différents projets (dont un d'une tablette avec un clavier rétractable), avait deux smartphones assez avancés dans leur développement: le Palm Pre 3 et ce Windsor. Verizon et AT&T, les deux plus gros opérateurs mobiles américains, étaient intéressés par le Pre 3 tandis que le Windsor avait aussi le soutien d'AT&T mais en plus modéré.

AT&T avait déjà plusieurs smartphones tout tactiles à son catalogue - entre les iPhone et les modèles Android - tandis que la catégorie avec clavier mécanique battait de l'aile, représentée essentiellement par les flageolants BlackBerry. En outre, l'opérateur cherchait des terminaux capables d'accompagner son réseau 4G. Une compatibilité absente du Windsor, qui avait comme autre handicap d'être prévu pour un webOS 3 pas encore finalisé. Alors que le Pre 3, déjà annoncé au public, pouvait utiliser webOS 2, John Rubinstein le patron de l'équipe Palm chez HP décida de lui allouer les maigres ressources à sa disposition pour avancer dans sa finalisation. La suite est connue…

Tags: ,


Où va LG avec webOS ?

L'histoire mouvementée de webOS continue. L'achat d'une partie de webOS par LG annoncée hier est curieux à plusieurs égards. Le constructeur sud-coréen s'est emparé du code source, de la documentation, des sites web et de l'équipe derrière webOS... qui a fondu comme neige au soleil à la suite de l'acquisition de Palm, créateur de ce système d'exploitation, par HP (lire : HP divise son équipe webOS par deux). HP de son côté garde la division dédiée aux services dans le nuage (App Catalog, outils systèmes...) et aussi, et surtout, les brevets. L'entreprise américaine va proposer une licence de ceux-ci à LG — les termes de l'accord sont confidentiels.

Interrogé par The Verge sur comment webOS pourrait marquer une rupture sur le marché des TV connectés, Dr. Skott Ahn, directeur de la technologie (CTO) de LG, s'est montré hésitant, expliquant simplement que « l'environnement passera d'un écosystème d'applications à un environnement web ». Quant à la question du bénéfice apporté par webOS pour les TV intelligentes, Dr. Skott Ahn est resté silencieux pendant dix secondes avant d'être secouru par un de ses collègues qui a expliqué que le développement de ces produits était encore à un « stade embryonnaire ».


Smart TV LG actuel

À court terme, LG a réaffirmé que seuls ses téléviseurs seront équipés de webOS. Il n'est pas exclu à moyen ou long terme que le système se retrouve aussi dans d'autres terminaux, a indiqué Dr. Skott Ahn — on pense bien sûr aux smartphones, une expérience qui n'a pas été concluante pour HP faute d'un franc soutient (lire : Comment Palm et webOS ont sombré). Pourquoi investir dans webOS plutôt que dans la personnalisation d'Android ?, a questionné le journaliste. Dr. Skott Ahn a expliqué que LG allait utiliser « ensemble » Android et webOS, mais qu'il pensait que webOS était meilleur sur certains points de l'expérience utilisateur, comme son système de cartes. Se dégage de ces premières déclarations une vision peu claire sur le devenir de webOS au sein de LG.


HP Pre 3

Les reliquats de webOS que sont Open webOS, une version open source du système, et Enyo, un framework compatible avec webOS qui permet de créer des webapps, continueront d'exister sous la coupe de LG.

Pour mémoire, lors de l'été 2011, alors que la TouchPad venait à peine de sortir, HP a envisagé de vendre webOS pour 1,2 milliard de dollars. Google s'était montré intéressé. Apple s'était également manifestée, mais pour faire barrage à Mountain View. Finalement l'opération ne s'est pas faite avec le changement de CEO en septembre 2011. Depuis, HP a démantelé petit à petit le système et l'a mis de côté. Jusqu'à le vendre en partie à LG donc.



LG achète WebOS à HP

LG a annoncé son acquisition de WebOS auprès d'HP. Son objectif est d'en équiper de futures Smart TV et non pas des téléphones ou tablettes qui continueront avec Android.

LG va ainsi récupérer le code source du système et l'équipe restante. HP conserve les brevets Palm/WebOS et en accorde une licence d'exploitation à LG. HP conserve aussi l'App Catalog et le système de mise à jour utilisé par WebOS et ses apps. LG de son côté dit s'engager derrière l'effort open source d'Open WebOS. Aucun montant n'a été communiqué.

En octobre 2012, une rumeur avait circulé annonçant pour janvier une possible présentation au CES d'un téléviseur LG WebOS. La concrétisation d'un chantier qui aurait été entamé avec HP depuis plusieurs mois (lire LG travaillerait sur un téléviseur Open webOS).

Il n'y a finalement pas eu de présentation, mais cette annonce confirme cette stratégie qui voit LG préférer s'appuyer sur un autre système qu'Android pour ses TV. Et ce alors qu'il a montré 7 nouveaux téléviseurs au CES 2013 avec Android à l'intérieur.

HP de son côté clôt la saga du rachat de Palm dont les derniers chapitres avaient vu WebOS être réorienté vers l'open source. Ce week-end, HP a dévoilé une nouvelle tablette mais dotée de l'OS de Google (lire HP Slate 7 : une tablette Android pas chère de plus).

[via CNET]

Tags: , ,


HP enterre définitivement Palm

Faire table rase du passé, tel est l'objectif de HP avec Palm. Une telle démarche peut se comprendre tant le passé récent n'a pas été glorieux.

Alors que la première version définitive d'Open webOS doit être lancée le mois prochain, HP prépare un grand plan pour relancer son système d'exploitation, qui en l'espace de quelques mois, est tombé dans l'anonymat le plus complet.

HP s'apprête à lancer GRAM. Il s'agit à la fois d'une marque et d'une société qui aura la charge d'assurer le développement de webOS, Enyo et d'autres offres pour le cloud.

La principale différence avec la webOS Global Business Unit telle qu'on la connaissait, c'est qu'il s'agit d'une société entièrement indépendante de HP. Enfin, indépendante pas totalement puisque le principal investisseur restera HP tant que GRAM n'aura pas trouvé d'autres partenaires. Il semble que ce point soit un objectif prioritaire pour l'équipe en charge du développement de cette entreprise en cours de fondation.

L'idée semble-t-il est également de retrouver un esprit start-up afin de donner un nouvel élan à ce projet, qui plus le temps passe, aura bien du mal à se faire une place au milieu des iOS, Android et autre Windows Phone.

[Via : WebOS Nation]

Tags: , ,


Open webOS : une partie de l'équipe file chez Google

À ne pas en douter, Google vient de frapper un grand coup. Manifestement, le géant de l'internet aurait réussi à débaucher une bonne partie de l'équipe de développement d'Enyo, qui constitue en quelque sorte le coeur de webOS. Matt McNulty, qui était en charge de cet ambitieux projet, rejoindra lui aussi la firme de Mountain View et aura sans doute l'occasion de retravailler avec un ancien collègue en la personne de Matias Duarte. On doit à ce dernier l'interface de webOS. Suite au rachat de Palm par HP, il avait rejoint Google pour s'occuper d'Android.

Contrairement à ce que voulait faire croire Meg Whitman, la nouvelle stratégie de HP consistant à miser sur l'open-source (lire : webOS : HP dévoile sa feuille de route) est très loin de faire l'unanimité au sein du Californien. Les départs de cadres dans les différentes équipes de webOS n'ont jamais cessé. En mars dernier, on apprenait que Sam Greenblatt, le directeur technique de la division Open webOS de HP, avait décidé lui aussi d’aller voir ailleurs (lire : Le directeur technique d'Open webOS jette l'éponge). Sans surprise, Google et à un moindre degré Apple, ont profité des déboires de HP pour recruter des ingénieurs de talents.

Pour en revenir à Enyo, depuis que HP a décidé d'arrêter la commercialisation de sa TouchPad, c'est très certainement son meilleur atout. La société voulait faire du SDK de webOS un outil de développement web multiplateforme très puissant (lire : webOS comme outil de développement web multiplateforme ?).

[Via : The Verge]



HP divise son équipe webOS par deux

HP a annoncé aujourd'hui la suppression de près de la moitié de la division webOS. Ce sont ainsi 270 emplois qui vont être réorientés au sein de cette branche qui comptait, au dernier pointage, environ 600 personnes. Un nouveau coup dur après un premier nettoyage au septembre et après le départ de Jon Rubinstein, le responsable de webOS, en janvier (lire : Jon Rubinstein quitte HP).

Même si Meg Whitman, actuelle PDG de HP, répète régulièrement que son entreprise sortira d'autres produits webOS (lire : HP va se relancer dans les tablettes webOS), le futur de ce système devenu libre s'assombrit de jour en jour. Entre les licenciements et les départs volontaires, l'équipe qui le fait vivre est en tout cas devenue très réduite.

hp webos

[Via : The Verge]

Tags: ,