Fermer le menu

facebook

Toute l'actualité sur facebook

Facebook : une version light mais complète pour les pays émergents

| 27/01/2015 | 10:15 |  

Certains en rêvent : Facebook a commencé à diffuser une version de test de son application mobile en version « allégée », mais qui ne signifie pas pour autant « au rabais ». Ce client light pour les smartphones Android se distingue par son poids réduit (252 Ko au garrot, contre plus de 70 Mo pour l' app iOS) qui malgré tout, ne fait pas l'impasse sur les fonctions de base, avec en plus les notifications par poussée et le support de l'appareil photo. En bonus, les fonctions Messenger sont intégrées : nul besoin de télécharger une seconde application.

Facebook Light n'est donc pas le site web « recapsulé » mais bel et bien un logiciel complet basé sur Snaptu, le client Facebook pour feature phone, avec la prise en charge d'Android. Cette application se destine aux utilisateurs des marchés émergents, là où les connexions cellulaires se limitent à de l'Edge sur des smartphones d'entrée de gamme. Le logiciel fait de son mieux pour tirer le meilleur parti de ce type de connexion, ce qui peut dégrader la qualité des images.

C'est le marché des émergents qui connait la plus forte croissance ; c'est pourquoi le réseau social a lancé une version de test de cette nouvelle application au Bangladesh, au Népal, en Afrique du Sud ou encore au Vietnam. L'app est proposée sur Google Play, mais ceux qui n'habitent pas dans les huit pays visés par le réseau peuvent récupérer l'APK, d'ores et déjà en circulation. Facebook a-t-il en préparation un tel client pour iOS ? Rien n'est moins sûr, l'iPhone restant un produit de luxe dans la plupart des pays en développement.

> Accéder aux commentaires

Facebook achète le studio de design Teehan+Lax

| 16/01/2015 | 20:00 |  

Facebook renforce son équipe de design avec de nouvelles pointures. Le réseau social s'est en effet offert les talents du studio Teehan+Lax, une société canadienne assez connue sous nos latitudes puisque chaque année, elle livrait un fichier PSD reprenant les principaux éléments d'interface d'iOS (comme en 2013 pour iOS 7, ou encore ici pour iOS 8). Ces spécialistes du design ont également participé à la création du réseau Medium et de l'app de lecture de rattrapage Readability ou encore redessiné le site web du quotidien Globe and Mail. De sérieux clients donc, qui ont pour ambition de développer des projets créatifs à destination du plus grand nombre, sans avoir besoin pour autant de muscler démesurément l'architecture matérielle nécessaire pour assurer un service de qualité.

Teehan + Lax : ceci n'est pas le Blue Man Group.

C'est évidemment là qu'intervient Facebook et ses poches profondes, qui n'a pas peur d'investir dans de nouveaux serveurs. Reste à voir maintenant si l'entreprise de Mark Zuckerberg aura aussi la volonté de miser sur les idées de Jon Lax, Geoff Teehan, David Gillis, les trois principaux partenaires de Teehan+Lax. Ces derniers quitteront bientôt la neige de Toronto pour la douceur de la Californie (ce qui ne sera pas le cas de 40 ex employés qui ne feront pas partie du voyage). Les conditions financières de cette acquisition ne sont pas connues.

> Accéder aux commentaires

Stickered for Messenger colle des stickers sur les photos

| 23/12/2014 | 08:37 |  

Disponible depuis quelques jours sur Android, l'étrange application Stickered for Messenger [1.0 – US – Gratuit – iOS 8 - Facebook, Inc.] fait son apparition sur l'App Store, juste avant le réveillon. La date n'est sans doute pas innocente, puisque ce logiciel — issu des développeurs du Creative Labs de Facebook — ressemble à un petit cadeau de la part du réseau social. Il offre une étonnante fonction, et une seule : agrémenter ses photos avec des stickers. On peut prendre un égoportrait ou sélectionner une photo depuis la galerie de l'iPhone, puis y coller toutes sortes d'auto-collants, des plus sages aux plus zinzins.

Cliquer pour agrandir

L'application fonctionne main dans la main avec Messenger, le logiciel de messagerie instantanée de Facebook : une fois l'œuvre terminée, il suffit d'appuyer sur le bouton au centre en bas de Stickered pour basculer vers Messenger. Il est aussi possible de conserver une image bidouillée dans la pellicule de son smartphone, mais hélas l'app n'offre aucune autre fonction de partage en tant que tel.

Aussi étrange qu'il puisse paraître, ce logiciel n'en reste pas moins assez rigolo à essayer, et il devrait égayer les réveillons moroses.

> Accéder aux commentaires

Stickered : Facebook agrémente les photos d'autocollants

| 20/12/2014 | 00:04 |  

Facebook n'en finit plus de sortir des applications périphériques. La dernière, Stickered, sert à ajouter des autocollants à ses photos puis à les envoyer à ses contacts Messenger. Facebook propose une sélection variée de stickers pour la plupart assez jolis. Stickered est d'ores et déjà disponible sur Android et doit arriver bientôt sur iOS.

Facebook Messenger va par ailleurs recevoir du contenu spécifique pour Noël dans les prochains jours. Les bulles de discussion (chat heads) vont ressembler à des boules à neige, un cadre photo « festif » sera ajouté et des autocollants de Noël seront accessibles.

> Accéder aux commentaires

Sur iPad, Facebook remplit le bandeau au format paysage

| 17/12/2014 | 22:30 |  

Facebook prépare une mise à jour de son application pour iPad qui va apporter une nouveauté pour les utilisateurs qui aiment parcourir leur fil d'actualité au format paysage. Actuellement, l'application affiche la liste de ses correspondants, ce qui permet de lancer une session Messenger si on souhaite discuter. On a vu plus efficace pour occuper de l'espace. C'est pourquoi le réseau social va recycler ce bandeau pour le remplir d'informations jugées plus pertinentes, en tout cas plus à même de générer du trafic.

Engadget a eu la primeur de l'info : l'utilisateur trouvera donc à cet emplacement des pavés reflétant ses intérêts, notamment des actualités ainsi que des infos liées aux jeux vidéo. On y lira les articles « tendance » susceptibles de coller aux goûts du lecteur, mais aussi à sa localisation, les intérêts de ses amis, ou encore à ses équipes de sport préférées. Dans l'exemple donné par le site, le panneau comprend plusieurs sections alimentées par des dépêches provenant du New York Times, de Buzzfeed et de NPR. On passe de l'une à l'autre d'un mouvement de doigt. Il n'est pas impossible que Facebook rajoute en dernière minute une section vidéos.

La partie consacrée aux jeux listera les titres les plus populaires sur le réseau de l'utilisateur. Un bouton Play Now emportera ce dernier vers l'App Store où il pourra évidemment le télécharger (sans oublier, bien sûr, de s'être connecté à son compte Facebook). Une section retournant les jeux auxquels on a joué sera proposée, et là aussi on pourra basculer de l'application Facebook au jeu d'une tape. Enfin, la partie consacrée aux discussions restera présente, qu'on se rassure.

Cette mise à jour devrait apparaitre dans les jours, voire dans les heures qui viennent.

> Accéder aux commentaires

Vous ne savez pas prendre de photos, mais Facebook va vous aider

| 17/12/2014 | 09:23 |  

Facebook [20.1 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – 70,6 Mo - Facebook, Inc.] a ajouté une fonction en toute discrétion, mais il faut dire que la liste des nouveautés sur l’App Store a perdu tout son sens pour cette application. Quoi qu’il en soit, si vous ajoutez une image, vous verrez désormais une petite baguette magique dans le coin inférieur gauche. C’est normal : le réseau social « améliore » désormais automatiquement toutes les photos pour les rendre « plus nettes et plus claires ».

Avant (centre) / après (droite). À gauche, le message affiché la première fois pour expliquer la nouveauté. Cliquer pour agrandir

En fait, Facebook applique un algorithme d’amélioration automatique, comme iOS le propose dans l’application Photos, et comme la plupart des éditeurs d’image savent aussi le faire. Cet algorithme joue sur quelques paramètres (luminosité, contraste, balance des blancs ou encore saturation) pour corriger une faiblesse du cliché (image trop sombre) ou pour la rendre plus agréable à l’œil.

Sur ce point, le réseau social imaginé par Mark Zuckerberg s’est fait devancer par Google+, qui améliore déjà automatiquement toutes les images depuis quelque temps. Facebook offre toutefois plus de souplesse à l’utilisateur qui peut, d’un tap, désactiver l’effet ou encore l’ajuster à l’aide d’une petite réglette. À l’usage, le résultat dépend, comme toujours avec ces outils automatiques, de la photo originale. Selon les cas, la différence est assez subtile (ci-dessus) ou au contraire bien nette (dessous).

Avant (gauche) / après (droite) — Cliquer pour agrandir

Ce traitement automatique est-il justifié ? À vous de voir, mais on apprécie cette option pour le retirer rapidement et si vous pensez être un meilleur photographe qu’un algorithme conçu par Facebook, vous pouvez désactiver totalement la fonction. Dans les paramètres de l’application, rubrique « Vidéos et photos », décochez l’option « Améliorer automatiquement » et vous n’entendrez plus parler de ce traitement.

> Accéder aux commentaires

Facebook ouvre sa recherche intelligente à iOS

| 08/12/2014 | 23:35 |  

Quasiment deux ans après son lancement officiel en bêta, la recherche intelligente de Facebook va enfin avancer en sortant du navigateur pour terminer dans l’application iOS. Rappelons que cette recherche exploite l’immense graphe social du réseau social pour proposer des résultats qui dépendent de ce que vous aimez et de ce que vos amis ont partagé. On peut ainsi trouver toutes les photos prises lors de vacances, mais aussi les status liés à un mariage ou encore les amis de ses amis qui sont célibataires.

La recherche avancée de Facebook ne se contente plus de trouver des personnes : elle sait aussi piocher dans les évènements et lier les informations entre elles. Ici, elle permet de trouver tous les statuts liés non pas seulement à Jessica, mais plus précisément à son mariage.

Une recherche bien plus puissante… mais qui a pris du temps pour se déployer. Réservée dans un premier temps à quelques testeurs, Facebook a mis près de deux ans pour la sortir de sa bêta et la proposer à tous les utilisateurs. Enfin, tous les utilisateurs, c’est encore beaucoup dire, puisque cette recherche avancée est toujours réservée aux comptes anglophones. Reste qu’elle est désormais disponible dans l’application iOS, en plus du site.

Facebook ne donne aucune date concernant une disponibilité dans d’autres langues et rien non plus pour Android, qui semble exclu pour le moment. Faute de mieux, il faudra toujours fouiller les profils de vos amis… c’est fastidieux, mais c’est tout aussi efficace !

> Accéder aux commentaires

Facebook fait un prix de Groupes

| 18/11/2014 | 22:00 |  

Mark Zuckerberg avait prévenu : le réseau social comptait bien multiplier les applications autonomes. Du catalogue d'apps de Facebook, on compte déjà Messenger, Slingshot, Mentions ou encore Paper (toujours confiné aux États-Unis); depuis ce soir, on peut y rajouter Groupes [1.0 – Français – Gratuit – 54,0 Mo - Facebook, Inc.]. Cette nouvelle application surfe sur la vague de la messagerie instantanée, un secteur dans lequel Facebook investit massivement (19 milliards de dollars pour WhatsApp, par exemple).

Groupes Facebook permet, d'après le réseau social, de partager plus rapidement et plus facilement avec les membres d'un même groupe d'amis ou de contacts. L'orientation de l'application la destine plutôt aux membres d'une association, voire d'une petite entreprise, mais Facebook évoque également un point de rendez-vous pour des amis globe-trotters qui voudraient rester en contact. Grosso-modo, il s'agit du décalque de la fonction Groupes dans une application autonome.

Au sein du nouveau logiciel, l'utilisateur peut créer de nouveaux groupes, et il y retrouvera les groupes de discussion précédemment créés dans Messenger. Des notifications permettent d'être alerté des derniers messages, tandis que l'onglet Découvrir suggèrera des groupes Facebook que l'utilisateur est susceptible de rejoindre, selon ses goûts (pages Facebook aimées, participation à des groupes).

La fonction de groupes du client mobile de Facebook reste disponible… mais à l'instar de Messenger, on peut se demander jusqu'à quand.

> Accéder aux commentaires

Sur Android, Facebook s'optimise selon l'âge du matériel

| 10/11/2014 | 07:30 |  

Quand on nourrit l'ambition, comme chez Facebook, de servir des milliards d'utilisateurs de par le monde, il s'agit d'optimiser son service en ligne à un maximum de terminaux. Le réseau social a livré sur son blog une réflexion sur la fragmentation des appareils Android : un peu plus de la moitié de son milliard d'abonnés se connectent ainsi à Facebook en utilisant un mobile Android — pardon, avec plus de 10 000 mobiles Android différents.

Cette diversité confine au casse-tête pour une entreprise comme Facebook. Auparavant, celle-ci optimisait ses services en fonction de la version d'Android : Gingerbread, Ice Cream Sandwich, Jelly Bean et les autres (des systèmes qui restent toujours très populaires) ont des comportements parfois très différents. Si Jelly Bean a majoritairement pris le dessus chez les utilisateurs Android de Facebook, les capacités matérielles de leurs terminaux représentent désormais une autre fragmentation.

C'est pourquoi Facebook a décidé d'optimiser son application Android suivant les spécifications techniques (nombre de cœurs du processeur, RAM et fréquence d'horloge) des mobiles qui s'y connectent. Le réseau a ainsi pu catégoriser la masse d'appareils Android, dans des « classes d'âges » : même s'il a été lancé en 2012, un modèle d'Alcatel disponible au Mexique fait partie de la classe 2010 étant donné ses caractéristiques.

Deux tiers des smartphones Android qui utilisent Facebook font partie de la classe 2011 ou plus tôt encore (le Galaxy S2 de 2011 était livré avec Android 2.3). En octobre de cette même année, Apple lançait l'iPhone 4S. Autant dire que Facebook doit s'arranger avec des moyens techniques aujourd'hui limités.

Cette classification par année, plutôt que par version du système d'exploitation, donne une meilleure idée aux développeurs du réseau social afin d'améliorer et de maintenir le niveau des fonctionnalités offertes aux utilisateurs. Il s'agit de permettre à tous de lire convenablement une vidéo ou d'apprécier une animation. Facebook agit aussi sur un autre levier pour livrer une expérience correcte pour tous : la qualité de la connexion cellulaire. Le service doit donc assurer le meilleur accès possible à ses fonctions en Edge, par exemple pour l'encodage des images.

À cet égard, on peut comprendre aussi pourquoi les revenus des développeurs sont plus importants avec iOS que sur Android, malgré une part de marché réduite : les terminaux mobiles d'Apple sont peut-être moins nombreux, mais ils sont dans leur majorité plus récents et permettent d'accueillir des services web et des applications plus ambitieuses....

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Le message de Marc Zuckerberg pour justifier Messenger

| 07/11/2014 | 10:45 |  

Mark Zuckerberg, le créateur et PDG de Facebook, a répondu durant une heure à une poignée de questions en webcast, depuis les locaux du réseau social à Menlo Park. Parmi les quelques 9 000 questions posées, le jeune CEO a par exemple choisi de revenir sur The Social Network, le film de David Fincher écrit par Aaron Sorkin (qui planche actuellement sur le biopic de Steve Jobs) et qui s'inspire (très) librement de l'histoire de la création de Facebook. Pour Zuckerberg, le métrage est « largement inexact » et n'aborde pas réellement le thème central, à savoir son amitié avec Eduardo Saverin, cofondateur de la société.

Plus intéressant encore, Mark Zuckerberg a expliqué pourquoi Facebook avait décidé de séparer au forceps Messenger de l'application mobile… et de pousser les utilisateurs à télécharger le nouveau logiciel de messagerie instantanée, ce qui n'a pas manqué de provoquer la controverse (lire : Facebook va pousser à l'adoption de Messenger). « Demander à quelqu'un de notre communauté d'installer une nouvelle application est difficile », admet le CEO.

« Nous voulions le faire parce que nous pensions que [l'app Messenger] offrait une meilleure expérience. La messagerie instantanée est devenue incroyablement importante. » Et en mobilité, pour faire les choses bien, une application ne peut se concentrer que sur une fonction, explique Zuckerberg, avant de lister les problèmes liés à l'intégration de Messenger au sein du client Facebook : attendre que l'app se lance, ouvrir un nouveau menu, … Beaucoup de friction en quelque sorte.

« La messagerie est une des choses que les gens font plus que le réseautage. Dans certains pays, 85% des personnes sont sur Facebook, mais 95% utilisent des SMS ou la messagerie », rappelle Zuckerberg, en précisant que ce sont 10 milliards de messages qui s'échangent chaque jour. Certes, demander d'installer une autre application est « pénible », mais si Facebook souhaitait proposer une meilleure expérience, le réseau n'a pas eu le choix. Mais pourquoi avoir tant forcé la main ? « Nous essayons de construire un service qui est bon pour tout le monde. Parce que Messenger est plus rapide, si vous l'utilisez,...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Pages